Rechercher
Rechercher

Économie - Tourisme

Restitution de la TVA : Global Blue veut traiter directement avec les marchands

Restitution de la TVA : Global Blue veut traiter directement avec les marchands

Une enseigne de Global Blue à l’Aéroport international de Beyrouth. Photo P.H.B.

Global Blue Lebanon SAL a annoncé lundi dans un communiqué publié sur son site qu’elle suspendait temporairement ses opérations de détaxe au Liban, une décision qui devrait être maintenue pendant un mois au moins, sauf changement.

Selon son directeur général, Joe Yacoub, la filiale libanaise de la société suisse spécialisée dans la restitution de la TVA sur les achats des touristes souhaite en effet modifier le circuit de remboursement en place, de sorte à récupérer la TVA remboursée directement auprès des marchands plutôt que via l’administration libanaise.

« Le circuit est normalement le suivant : un touriste achète un bien au Liban, il peut récupérer la TVA auprès de nos services avant de repartir et notre société se fait rembourser par l’État libanais. Mais ce système pose plusieurs problèmes. Non seulement les délais de remboursement sont longs – ils peuvent dépasser trois mois–, mais ils se font en livres libanaises par virement », a expliqué Joe Yacoub à L’Orient-Le Jour.

Pertes sur les montants en livres

Le problème, c’est que la livre est en chute libre depuis le début de la crise et que le taux de change réel dollar/livre sur le marché a plus que doublé depuis l’automne (il se rapprochait de la barre des 90 000 livres pour un dollar hier). Et qu’en raison de cette chute et des restrictions bancaires qui limitent notamment les possibilités de retraits de dollars et de livres, l’argent déposé dans les comptes bancaires vaut moins cher que l’argent liquide dans une monnaie comme dans l’autre.

C’est pour cela que depuis un certain temps, des déposants échangent entre eux des chèques bancaires contre des montants en espèces escomptés par rapport à ceux inscrits sur le chèque. Ainsi, pour retirer en une fois un montant en livres qui dépasse le montant des plafonds de retrait de sa banque, un déposant n’a d’autre choix que d’aller sur ce marché informel et subir une décote pouvant lui coûter 20 % de la valeur qu’il souhaite retirer. Et une fois le montant retiré, il faut passer par un agent de change pour obtenir l’équivalent en « dollars frais », le petit nom des vrais dollars qui coexistent avec les dollars déposés en banque pour lesquels la décote à subir est encore plus importante. « Global Blue SAL ne peut donc pas retirer ses livres en une fois quand l’État règle les montants de TVA à rembourser et les commissions que nous prélevons sur chaque transaction se font absorber par les différentes décotes subies. D’où notre demande de traiter directement avec les marchands et d’encaisser les remboursements en dollars frais », expose encore Joe Yacoub. Il assure que cette solution a été adoptée après des discussions menées aussi bien avec le ministère des Finances que les détaillants qui font de la détaxe.

« Nous avons entamé les discussions fin 2022 et l’administration a promis de travailler sur une solution. Mais cela prend du temps et ce sont des pertes que nous ne pouvons plus assumer », a encore expliqué Joe Yacoub. Il assure que la solution préconisée est conforme aux standards internationaux pour ce type de procédure.

Pour l’heure, Global Blue a donc suspendu son application déployée chez les commerçants pour émettre les bordereaux de détaxe et ne va traiter que les demandes effectuées avant le 27 février, jusqu’à nouvel ordre. Joe Yacoub rappelle que Global Blue SAL, qui est établie au Liban depuis 2002, emploie une quarantaine de personnes au Liban, dont 25 qui travaillent dans un centre d’appel qui traite aussi des requêtes de clients dans le monde entier. « Le Liban reste un marché intéressant pour Global Blue International, mais ce problème doit être traité », conclut-il.

Global Blue Lebanon SAL a annoncé lundi dans un communiqué publié sur son site qu’elle suspendait temporairement ses opérations de détaxe au Liban, une décision qui devrait être maintenue pendant un mois au moins, sauf changement.Selon son directeur général, Joe Yacoub, la filiale libanaise de la société suisse spécialisée dans la restitution de la TVA sur les achats des touristes...
commentaires (1)

Vous me faites rire Gobal Blue... vous avez un peu tardé à comprendre que les remboursements de TVA ne pouvaient être espérés d'un état failli. Remballez votre barda et allez plutôt chasser la taxe dans des pays solvables. Vos affaires s'en porteront infiniment mieux !

Ca va mieux en le disant

00 h 40, le 01 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Vous me faites rire Gobal Blue... vous avez un peu tardé à comprendre que les remboursements de TVA ne pouvaient être espérés d'un état failli. Remballez votre barda et allez plutôt chasser la taxe dans des pays solvables. Vos affaires s'en porteront infiniment mieux !

    Ca va mieux en le disant

    00 h 40, le 01 mars 2023

Retour en haut