Rechercher
Rechercher

Société - Fêtes

Cinq traditions de Noël libanaises... et une syrienne

D’un petit chameau porteur de cadeaux à une belle sainte martyre, voyage à travers les traditions chères au Liban (et à la Syrie).

Cinq traditions de Noël libanaises... et une syrienne

Décorations de Noël à Beyrouth. Photo João Sousa

Dans de nombreux foyers libanais, qu’ils soient laïcs, chrétiens ou d’autres confessions, Noël occupe une place particulière : les lumières de Noël s’enroulent autour des arbres et éclairent les rues bordées de crèches. Un arbre de Noël illumine une pièce, les proches échangent des cadeaux et les festins partagés conduisent souvent à une indigestion alimentaire. Les traditions de Noël du pays sont aussi variées que festives, des friandises saisonnières aux coutumes religieuses répandues.

Voici cinq traditions de Noël libanaises et les légendes qui les ont inspirées.

Les graines de sainte Barbe

L’une des premières traditions de Noël est en lien avec la fête de la sainte Barbe. Le 3 décembre, les gens plantent des graines de blé en l’honneur de sainte Barbe, qui fut cachée dans un champ de blé alors qu’elle fuyait son père.

Au fil du temps, les grains de blé ont été rejoints par des lentilles, des pois chiches et autres sur un lit de coton. Lorsque les graines germent et poussent, elles gagnent une place sous l’arbre de Noël, à côté de la crèche.

La légende raconte qu’il y a quelque 1 700 ans, une belle jeune fille nommée Barbara est née à Baalbeck, l’Héliopolis de l’époque romaine. Fille d’un riche marchand, elle était, dit-on, si sublime que son père, Dioscorus, se sentit obligé de la cacher des yeux d’autrui en l’enfermant dans une tour.

Dans son isolement, Barbara commença à s’émerveiller des prairies sinueuses le jour et du ciel scintillant la nuit, ce qui l’amena à contempler avec curiosité l’origine de la vie et son créateur, donnant ainsi le ton à sa conversion imminente.

Son emprisonnement n’a pas empêché la ville de raconter des histoires sur sa beauté, ce qui a suscité une litanie de demandes en mariage qui ont toutes été accueillies par un non catégorique de sa part. Son père, inquiet que sa réclusion ne l’affecte trop, lui permit de sortir de la tour. Barbara profita de cette indulgence et décida de s’enfuir, rencontrant sur son chemin des servantes chrétiennes qui lui inspirèrent la décision de se faire baptiser dans une nouvelle foi.

Lorsqu’il apprit la nouvelle du baptême de sa fille, son père l’emprisonna une nouvelle fois, et la fit torturer. Miraculeusement, toutes les blessures infligées étaient toujours guéries le lendemain matin.

Un jour fatidique, la jeune femme réussit finalement à s’échapper, évitant astucieusement grâce à des déguisements d’être capturée. Pendant sa fugue, elle comptait sur la gentillesse d’étrangers, frappait aux portes et se voyait offrir du blé et des grenades pour se nourrir. Sa liberté fut de courte durée, car elle fut à nouveau capturée et décapitée par son père, qui trouva ensuite la mort lorsqu’il fut frappé par la foudre.

Meghli

Il est tout naturel que le meghli (qui signifie bouilli), ou karawiyah, un dessert crémeux saupoudré de noix, traditionnellement servi dans les foyers levantins pour célébrer la naissance d’un bébé, soit également servi le jour de la naissance du bébé, le plus important de l’histoire chrétienne.

Le riz au lait brunâtre en poudre, aromatisé avec différentes épices, comme l’anis, la cannelle et le carvi, est généralement garni de pistaches, de pignons, d’amandes, de noix, de raisins secs et de noix de coco râpée ou hachée. Certains disent que le meghli est brun, comme la terre, et que les noix, comme les graines germées de la terre, symbolisent la renaissance.

Une crèche dans une grotte plutôt que dans une étable

Le débat sur l’environnement physique de la naissance de Jésus (une grotte, une étable ou peut-être même une pièce dans une maison) fait toujours rage – certains avancent qu’il n’y a pas encore de réponse concluante.

Comme dans beaucoup d’autres cas, le Liban suit la tradition française, suivant laquelle la crèche est placée dans une grotte. Elle sert souvent d’autel de fortune, où les familles se réunissent pour prier pendant la saison. De nombreuses recherches, universitaires ou autres, semblent indiquer que la « théorie de la grange » reste la plus plausible.

Pas plus tard qu’en 2014, dans un article du Guardian, le révérend Ian Paul, érudit évangélique britannique, a relancé une ancienne théorie selon laquelle Jésus n’était en fait pas né dans une étable et qu’il s’agissait d’une mauvaise lecture du Nouveau Testament. Il explique qu’à l’époque, les familles palestiniennes vivaient dans « une maison d’une seule pièce, avec un niveau inférieur pour faire rentrer les animaux la nuit, et soit une pièce à l’arrière pour les visiteurs, soit un espace sur le toit. L’espace de vie de la famille comportait généralement des cavités dans le sol, remplies de paille, dans lesquelles les animaux se nourrissaient ».

Lorsque Marie et Joseph sont arrivés à (la grotte), la « chambre supérieure » était déjà bondée de membres de la famille, on leur a donc donné de la place dans la pièce inférieure chaude, avec les animaux qui font toujours partie de la scène de la nativité, répète le révérend Paul dans un article de 2021. L’auteur ajoute que l’idée que Jésus est né dans une étable découle « d’une élaboration traditionnelle, de problèmes de grammaire et de signification, et d’une méconnaissance de la culture palestinienne du premier siècle ».

Le panier des pauvres

« Le panier des pauvres » est courant et réconfortant dans les maisons libanaises à Noël. Les sept aliments choisis pour faire partie du panier préparé par le ménage représentent chacun un jour de la semaine, et les offrir aux visiteurs est une façon de leur souhaiter une nouvelle année remplie de prospérité.

Certains prétendent que ce panier symbolise les offrandes des Rois mages à Jésus. Le panier contient généralement un mélange de plusieurs sortes de noix, notamment des amandes et des châtaignes, des dattes, des raisins et des abricots secs, des canneberges et des pruneaux.

Le poinsettia – « l’étoile de Noël »

Au Liban, le poinsettia est offert aux amis et à la famille à Noël. Une vieille légende mexicaine illustre le lien irrévocable entre le poinsettia et Noël : il était une fois une pauvre fille mexicaine surnommée Pepita qui n’avait pas de cadeau à offrir à l’enfant Jésus lors des festivités de la veille de Noël.

Alors que Pepita marchait tristement vers la chapelle les mains vides, son cousin Pedro a essayé de lui remonter le moral. « Pepita, je suis sûr que même le plus petit cadeau, offert par quelqu’un qui l’aime, rendra Jésus heureux », a dit Pedro. Pepita, désespérée après une recherche vaine, s’est contentée d’un bouquet humble mais, à ses yeux, embarrassant, de mauvaises herbes cueillies sur le bord de la route.

Se souvenant des conseils de Pedro, elle a apporté son cadeau à la chapelle, s’est agenouillée et l’a placé sur la scène de la nativité. À sa grande surprise, les mauvaises herbes ont éclaté en une floraison miraculeuse de fleurs rouge vif, ce qui lui a valu le surnom de « Fleurs de la nuit sainte ».

Les poinsettias, qui étaient connus des Aztèques, se trouvaient à la base dans la ville de Taxco del Alarcon, dans le sud du Mexique, et sont arrivés dans les serres de Caroline du Sud dans les années 1820. Le premier ambassadeur des États-Unis au Mexique, Joel Roberts Poinsett, était un botaniste amateur qui avait une passion particulière pour une plante qu’il envoyait souvent à ses amis et à sa famille.

Poinsett cultivait cette fleur d’un rouge profond aux reflets violets, pas uniquement pour les jardins botaniques américains. La fleur est ensuite devenue une manne économique : en 2014, plus de 70 millions de poinsettias ont été vendus toutes les six semaines, pour une valeur de 250 millions de dollars américains ainsi que plus de 100 brevets américains d’espèces uniques de poinsettia.

L’omniprésence du poinsettia lui a valu une importance religieuse supplémentaire. Elle a été associée à l’étoile de Bethléem et sa couleur, au sang du Christ, tandis que les frères franciscains ont intégré les poinsettias aux activités de Noël, telles que les processions, depuis les années 1600.

Et une tradition de Noël syrienne très sympathique

Pour les Syriens, selon la légende, le plus jeune et le plus petit chameau transportant les Rois mages, ou Mages, qui avaient été guidés par l’étoile pour rendre visite à l’enfant Jésus, était tellement épuisé par le long voyage qu’il s’est effondré.

On dit que Jésus a béni ce pauvre chameau fatigué en lui accordant l’immortalité. Comme certains enfants chrétiens syriens croient que c’est ce petit chameau immortel qui leur apporte des cadeaux le matin de Noël, ils laissent leurs chaussures sur le pas de leur porte la veille de la fête, avec un peu de foin et d’eau pour nourrir l’animal. Le lendemain matin, ces enfants cherchent avec impatience leurs cadeaux dans les chaussures.

Une autre tradition de Noël qui est toujours célébrée au sein de la diaspora libanaise et syrienne est celle du plus jeune enfant de la famille qui récite à voix haute l’histoire de la Nativité dans l’Évangile la veille de Noël, après quoi un membre de la famille doit allumer un feu de joie dans la cour. La famille se réunit ensuite autour du feu, bougies à la main.

La façon dont les flammes du feu de joie se propagent dans le bois détermine si l’année à venir apportera des bénédictions. Des psaumes sont récités jusqu’à ce que le feu ne soit plus que fumant, puis les membres de la famille sautent par-dessus les restes du feu et formulent leurs vœux.

Dans de nombreux foyers libanais, qu’ils soient laïcs, chrétiens ou d’autres confessions, Noël occupe une place particulière : les lumières de Noël s’enroulent autour des arbres et éclairent les rues bordées de crèches. Un arbre de Noël illumine une pièce, les proches échangent des cadeaux et les festins partagés conduisent souvent à une indigestion alimentaire. Les traditions...
commentaires (1)

Nous on a aussi la tradition très sympathique de l’oncle aouniste qui se prend la tête avec le beau-frère ouwet et le repas qui finit en pugilat

Le Tigre

22 h 25, le 24 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Nous on a aussi la tradition très sympathique de l’oncle aouniste qui se prend la tête avec le beau-frère ouwet et le repas qui finit en pugilat

    Le Tigre

    22 h 25, le 24 décembre 2022

Retour en haut