Rechercher
Rechercher

Sport

Le Brésil a bien appris sa Corée

Grâce au retour de blessure de Neymar, la Seleção a balayé la Corée du Sud 4-1 en huitième de finale et envoyé un message aux autres favoris de la compétition.

Le Brésil a bien appris sa Corée

Neymar célébrant son but avec Vinicius Junior, Raphinha et Lucas Paqueta lors de la victoire du Brésil face à la Corée du Sud (4-1) en huitième de finale du Mondial 2022, lundi, sur la pelouse du stade 974 de Doha. Pablo Porciuncula/AFP

Le « Roi » Pelé, qui avait fait savoir qu’il suivrait la rencontre depuis son lit d’hôpital, a dû apprécier la spectacle. Tout comme la banderole que Neymar et ses coéquipiers ont déployé à la fin du match, montrant une photo de la légende brésilienne en train de célébrer un but avec la Seleção.

Soigné pour un cancer du côlon, le triple champion du monde (1958, 1962, 1970) de 82 ans a pu admirer le festival offensif auriverde en première mi-temps. L’ancienne star du FC Santos n’a cependant pas encore perdu son record de 77 buts en sélection (selon la FIFA), puisque Neymar, qui a marqué une fois sur penalty, en reste pour le moment à 76 réalisations. « C’est un immense honneur de voir mon nom écrit aux côtés de Pelé, a déclaré l’attaquant parisien. Nous espérons que notre match l’aura rendu fier et que cela lui aura apporté un peu de réconfort. »

Quant aux Croates, ils auront de quoi se concocter quelques séances vidéo sur leur adversaire d’ici à vendredi, en visionnant le récital brésilien paraphé de quatre buts en 36 minutes, face à des Coréens débordés.

Neymar a rassuré son monde

Contrairement aux autres huitièmes de finale, il n’y a pas eu de round d’observation ce lundi sur la pelouse du stade 974. Le tableau d’affichage n’affiche que sept minutes lorsque Vinicius se retrouvait seul dans la surface coréenne pour ouvrir le score ainsi que son compteur personnel dans ce Mondial. Oublié par la défense aspirée à droite par une percée de Raphinha, il a pris tout son temps pour placer sa frappe (1-0, 7e).

Le deuxième but a été inscrit par un penalty sévère sifflé par l’arbitre français Clément Turpin, pour une faute de Jung Woo-young sur Richarlison. Neymar, pour son retour, n’a laissé à personne d’autre le soin de le transformer (2-0, 13e).

C’était la réponse du « Ney » à ceux qui l’avaient mis sous pression ces derniers jours. La presse brésilienne notamment avait insisté sur le brillant début de Mondial de ses comparses du Paris SG, Kylian Mbappé avec la France et Leo Messi avec l’Argentine, et l’appelait à se hisser à leur hauteur, une fois rétabli de son entorse à la cheville droite.

Outre son but, le numéro 10 auriverde n’a pas semblé si gêné que ça par sa cheville pendant la rencontre, avant de sortir à la 80e minute. Mais s’il n’a pas laissé transparaître la moindre douleur, sa prestation a toutefois été bien inférieure à ses standards habituels. Encore prudent sur ses prises de balle ou au moment de disputer des duels, la star brésilienne a visiblement encore besoin de rythme et de temps pour retrouver son meilleur niveau.

Costauds mentalement, les Coréens ont continué à faire front, essayant de jouer les contre-attaques à fond mais sans fermer le jeu. Hwang Hee-chan, d’un superbe tir de 25 m en lucarne, a même obligé Alisson Becker à sortir une grande parade pour éviter la réduction du score.

Quatre buts en une mi-temps

Mais le Brésil était vraiment trop fort ce lundi, et comme à l’entraînement, Richarlison a conclu une action qu’il avait lui-même initiée, lancé dans la surface et dans le dos des défenseurs par Thiago Silva (3-0, 30e).

Le buteur, après avoir célébré par une danse avec ses coéquipiers sur le terrain, a couru vers le banc où les remplaçants ont poussé leur sélectionneur Tite à s’associer à leur chorégraphie. Preuve s’il en fallait que ce groupe en quête d’une sixième étoile vit bien sa Coupe du monde !

À la pause, les quintuples champions du monde menaient 4-0, grâce à un autre but de Paqueta (36e) servi par Vinicius. La messe était dite, mais Tite n’a pas fait tourner tout de suite, et les onze mêmes joueurs ont repris le match sur un rythme plus décontracté, tout en gardant globalement le contrôle.

Les Coréens ont eu des occasions, mais ont longtemps buté sur Alisson Becker, impérial, auteur de deux parades fantastiques après des tentatives de l’attaquant de Tottenham Heung Min-son (47e) et de Hee Chan-hwang (68e). Puis ils ont magnifiquement sauvé l’honneur par Paik Seung-ho, passé par le centre de formation du Barça, auteur d’un tir lointain surpuissant du pied gauche sur lequel le portier de Liverpool a dû s’avouer vaincu (4-1, 76e). Un but qui récompense la meilleure deuxième période des « Guerriers Taeguk », bien plus entreprenants que les Brésiliens emprunts d’un relâchement naturel après leur démonstration dans le premier acte.

Encore loin d’être irréprochables, les auriverde ont une nouvelle fois démontré qu’ils étaient munis de la plus impressionnante force de frappe offensive du tournoi. Et on voit mal qui sera en mesure de se mettre en travers de leur chemin vers une sixième couronne mondiale derrière laquelle court la Seleçao depuis 20 ans.

Source : AFP


Le « Roi » Pelé, qui avait fait savoir qu’il suivrait la rencontre depuis son lit d’hôpital, a dû apprécier la spectacle. Tout comme la banderole que Neymar et ses coéquipiers ont déployé à la fin du match, montrant une photo de la légende brésilienne en train de célébrer un but avec la Seleção.Soigné pour un cancer du côlon, le triple champion du monde (1958,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut