Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit

Deux membres de factions palestiniennes tués dans un raid israélien en Cisjordanie

Deux membres de factions palestiniennes tués dans un raid israélien en Cisjordanie

Des soldats israéliens en Cisjordanie. Photo d'archives Thomas Coex/AFP

Un raid israélien a tué jeudi deux Palestiniens, un commandant du Jihad islamique et l'un de ses proches associés, à Jénine, secteur de la Cisjordanie au coeur ces derniers mois de la plus importante vague de violence depuis sept ans, selon des responsables.

D'après le ministère palestinien de la Santé, Mohammed Ayman al-Saadi, 26 ans, et Naïm Jamal Zubaidi, 27 ans, ont été "tués par balle par l'armée israélienne lors d'une opération à l'aube", dans le secteur de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, considéré comme un bastion des factions armées palestiniennes, et Zubaidi l'un de ses proches associés.

L'armée israélienne a annoncé avoir tué deux "leaders importants" des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine ayant aussi mené à l'arrestation de neuf personnes.

"Ces deux importants terroristes qui ont été mis en échec - un commandant de terrain du Jihad islamique et un cadre des brigades des martyrs d'al-Aqsa- avaient planifié et mené des attaques sur le territoire israélien", a commenté le Premier ministre israélien sortant Yaïr Lapid.

Mais le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a mis en garde contre les "conséquences des crimes de l'occupation" et appelé à une "intervention urgente" afin de calmer le jeu.

La suite

"Vous paierez cher le prix de vos crimes", a menacé dans un communiqué le Jihad Islamique, saluant les deux "martyrs" de Jénine.

Des sources sécuritaires dans la bande de Gaza ont par ailleurs fait état jeudi de "tests" de lancer de roquettes vers la Méditerranée. Et des journalistes de l'AFP sur place ont entendu trois explosions.

Après l'arrestation de l'un des ses chefs, Bassem al-Saadi le 1er août dernier à Jénine, le Jihad islamique avait agité le spectre d'attaques contre Israël, ce qui avait conduit les forces israéliennes à mener une opération "préventive" contre ce groupe dans la bande de Gaza, territoire palestinien séparé géographiquement de la Cisjordanie.

Au total, 49 Palestiniens, dont des membres du Jihad islamique et des enfants, ont été tués dans ces deux jours d'affrontements, selon l'ONU.

Le raid israélien de jeudi à Jénine intervient par ailleurs un peu plus d'une semaine après que des combattants locaux eurent enlevé un jeune Israélien traité dans un hôpital local après avoir été blessé dans un accident de la route en Cisjordanie occupée.

D'intenses négociations, menées par l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas, avaient permis de convaincre les combattants de restituer la dépouille du jeune homme, dont il n'est pas clair s'il avait été enlevé mort ou vivant selon les versions de la famille ou de l'armée.

Les rapts d'Israéliens, morts ou vivants, ont déjà servi de monnaie d'échange pour des groupes armés, afin de demander la libération de prisonniers ou le retour de plus d'une centaine de corps de Palestiniens tués dans des affrontements et conservés par Israël.


Un raid israélien a tué jeudi deux Palestiniens, un commandant du Jihad islamique et l'un de ses proches associés, à Jénine, secteur de la Cisjordanie au coeur ces derniers mois de la plus importante vague de violence depuis sept ans, selon des responsables.
D'après le ministère palestinien de la Santé, Mohammed Ayman al-Saadi, 26 ans, et Naïm Jamal Zubaidi, 27 ans, ont été "tués...