Rechercher
Rechercher

Le décryptage - Cinq minutes pour comprendre

Comment élit-on un président au Liban?


Pour la quatrième fois dans l'histoire du Liban, le pays est confronté à une vacance présidentielle. Depuis la fin du mandat de Michel Aoun le 31 octobre dernier, les députés libanais ont organisé six séances parlementaires dans le but d'élire son successeur. Sans succès.

La dernière séance électorale en date a eu lieu jeudi. Elle n'a, sans surprise, pas abouti à l'élection d'un président. Lors de cette séance, un total de 112 députés ont voté au premier tour. 43 ont voté pour le parlementaire de Zghorta Michel Moawad qui avait obtenu 44 suffrages lors de la cinquième séance électorale ; 7 ont voté pour le professeur et universitaire respecté Issam Khalifé qui avait obtenu six voix la semaine dernière, et 46 ont voté blanc. Pour la première fois, un vote a été déposé dans l'urne en faveur de Sleiman Frangié, leader maronite et chef du mouvement des Marada. La prochaine séance aura lieu le 24 novembre.
Comment fonctionne l'élection présidentielle et pourquoi cela bloque-t-il aujourd'hui ? Le Liban peut-il rester sans chef d'État pendant plusieurs années, comme en 2016 ?
Nous faisons le point, en vidéo.

Notre dossier spécial, pour aller plus loin

La fin d'un mandat tourmenté

Notre précédente vidéo décryptage

Frontière maritime : quels sont les enjeux, pour le Liban, de l’accord avec Israël ?



Pour la quatrième fois dans l'histoire du Liban, le pays est confronté à une vacance présidentielle. Depuis la fin du mandat de Michel Aoun le 31 octobre dernier, les députés libanais ont organisé six séances parlementaires dans le but d'élire son successeur. Sans succès.La dernière séance électorale en date a eu lieu jeudi. Elle n'a, sans surprise, pas abouti à l'élection d'un...

commentaires (9)

Et on voudrait se convaincre que nous sommes un pays civilisé. C’est pathétique et risible. Mais c’est tout ce dont nous sommes capables. Etre des moutons. Tant pis pour nous.

Youss

08 h 40, le 24 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Et on voudrait se convaincre que nous sommes un pays civilisé. C’est pathétique et risible. Mais c’est tout ce dont nous sommes capables. Etre des moutons. Tant pis pour nous.

    Youss

    08 h 40, le 24 novembre 2022

  • IL N,Y A PAS D,ELECTION. IL Y A DES MARCHANDAGES. PUIS UNE COMEDIE D,ELECTION. ET UN PION DIT CONSENSUEL EST CHOISI. DONC PARALYSE D,AVANCE. ET LA COMEDIE SE REPETE TANT QUE NOS ABRUTIS ZAIMS ACHETES OU VENDUS INCOMPETENTS, VOLEURS ET MAFIEUX REVIENNENT A LA SCENE PROJETES PAR LES QUADRUPEDES QUI LES UNS BELENT ET LES AUTRES BRAIENT OU MEUGLENT LES SUIVENT TETE BASSE. HELAS, CAR LES VRAIS PATRIOTES EN PAIENT LE PRIX FORT.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    09 h 01, le 23 novembre 2022

  • Facile: on choisit celui qui n'a pas de couteaux à planter dans le dos de la awrama...

    Wlek Sanferlou

    20 h 34, le 18 novembre 2022

  • Le seul pays au monde ou il n'est pas besoin de faire acte de candidature pour etre elu.... C'est tout dire.

    Michel Trad

    19 h 32, le 18 novembre 2022

  • Oui, c’est bien le rappel de certains mais au Liban, tout est question d’interprétation, et de d’opinion personnelle de la personnalité politique la plus forte du moment. C’est même écrit dans le journal d’aujourd’hui, je cite : """Et comme à son habitude, M. Berry a tranché, se basant non sur la Constitution, mais sur sa propre jurisprudence : le quorum des deux tiers est requis pour élire le chef de l’État à tous les tours""". De jurisprudence en jurisprudence, on finit par se plier aux désidératas de la personne la plus en vue, la plus influente, je vous le dis chacun a sa propre "jurisprudence".

    Nabil

    13 h 23, le 18 novembre 2022

  • Bonne explication pour un pays tribal ou nos députés ne sont que des marionnettes

    Antoine Sabbagha

    13 h 05, le 18 novembre 2022

  • ELECTION PRESIDENTIELLE ? OU ? DANS LA REPUBLIQUE BANANIERE DU LIBAN ? ELECTION PLUTOT D,UN PION AUX MAINS DES MERCENAIRES IRANIENS MANIPULES PAR LE WALI EL FAKIH ET LES GARDIENS DE LA REVOLUTION IRANIENNE DONT ILS FONT PARTIE INTEGRALE. VOYONS SI LES AUTRES LIBANAIS VONT PERMETTRE LA REPETITION DES MANDATS LAHOUD ET AOUN HONNIS.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    12 h 23, le 18 novembre 2022

  • On ne peut pas dire "élections présidentielles" au Liran, mais "érections pestilentielles" [Coluche]…

    Gros Gnon

    11 h 47, le 18 novembre 2022

  • RE-Bonjour Beyrouth! Video ( par ailleurs très claire) finit par " une démocratie " ...2/3 des " débitées " et un Quorum et l'aval de puissances étrangères ! Et le "choix "est fait d'avance ! ben voyons et on ose parler de démocratie?! Je dois revoir ma définition alors ! Pour un suffrage universel !... Fallait oser il y a deux ans pour effacer cet accord de complaisance ! Bonne journée

    salamé riad

    10 h 54, le 18 novembre 2022

Retour en haut