Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle

Un nouvel acte dans la « pièce de théâtre »

À défaut d’avoir rempli sa fonction principale, la séance de lundi a permis de confirmer deux principales tendances. 

Un nouvel acte dans la « pièce de théâtre »

Le Parlement réuni lundi pour la quatrième séance dédiée à l'élection d'un président de la République. Photo Mohammad Yassine

Le vide au sommet de l’État semble de plus en plus inévitable. À une semaine de la fin du mandat de Michel Aoun, la quatrième séance dédiée à l’élection du prochain président de la République n’a (sans surprise) pas abouti, aucun candidat n’ayant obtenu les 86 voix requises pour l’élection dès le premier tour. Il faut rappeler, à ce sujet, que du fait qu’un certain nombre de députés (gravitant autour du Hezbollah) quittent à chaque fois l’hémicycle après un seul tour de vote, le jeu (ou la « pièce de théâtre », pour reprendre les propos tenus dimanche par le patriarche maronite Béchara Raï) est mené de telle sorte qu’il n’y ait toujours que des premiers tours, de façon à ce qu’on ne passe au second tour, où pour être élu un candidat a juste besoin d’obtenir 65 voix, que lorsqu’un accord en amont sur le nom du président est conclu. Lors donc de ce énième premier tour, lundi, 50 élus, principalement du Hezbollah et ses alliés, ont maintenu le vote blanc ; 39 autres issus de l’opposition ont déposé une enveloppe au nom du député réformiste de Zghorta Michel Moawad ; et dix autres, notamment affiliés à la contestation, ont glissé le nom du professeur et géographe Issam Khalifé, un candidat qui vient tout juste de faire son entrée. Quant au second tour, il n’a jamais eu lieu, les députés du Hezbollah et leurs alliés s’étant une fois de plus retirés de la séance, provoquant un défaut de quorum. À défaut d’avoir rempli sa fonction principale, la séance de lundi a cependant permis de confirmer deux principales tendances.

Lire aussi

Moawad à « L’OLJ » : Nous proposons au Hezbollah un accord sous l’égide de l’État


Berry veut reprendre l’initiative

Comme pour toutes les séances, la conclusion reste la même : l’entente en amont reste la condition sine qua non à l’élection d’un président. En termes de chiffres, le rapport de force ne bouge toujours pas. En comptant les quatre absents (3 députés des Forces libanaises et Nadim Gemayel des Kataëb) qui allaient vraisemblablement soutenir sa candidature, la séance de lundi a prouvé que Michel Moawad ne peut (jusqu’ici) compter que sur le soutien de 43 parlementaires. Un léger recul par rapport à la dernière séance, lors de laquelle il a pu compter sur l’appui de 44 élus. Selon le principal intéressé, cette voix perdue résulte d’une désertion parmi les députés ex-haririens, qui restent réticents à soutenir pleinement sa candidature. M. Moawad reste donc très loin des 65 voix nécessaires à son élection au second tour. Et même s’il parvenait à dépasser ce seuil, Michel Moawad ne pourra pas garantir son élection. Faute d’une entente élargie, le Hezbollah – qui le considère comme un candidat de défi – et ses alliés n’hésiteront pas à avoir recours à l’arme (bien qu’anticonstitutionnelle) du défaut de quorum, comme ils l’ont déjà fait à plusieurs reprises. Cette arme, utilisée depuis 1982, complique l’arithmétique nécessaire à l’élection d’un président, puisqu’elle octroie à n’importe quel groupe de 43 députés un véritable droit de veto.Face à ce cul-de-sac, les appels au dialogue se multiplient. Déjà à la veille de la séance, le président du Parlement Nabih Berry a confié au journal panarabe al-Chark al-Awsat qu’il appellera à « un dialogue ouvert » après la fin du délai constitutionnel, le 31 octobre, pour élire un nouveau président. Une façon pour le patron du mouvement Amal de garantir un rôle-clé après l’expiration du mandat de Michel Aoun, son principal rival politique. L’appel de M. Berry a été bien accueilli auprès des formations du 8 Mars. « Le blocage est dû au fait que le Parlement ne parvient pas à élire un président faute d’entente, et non à cause des votes blancs », a affirmé le député du CPL Alain Aoun, alors que le camp aouniste continue à voter blanc depuis la première séance, tout comme le Hezbollah et le mouvement Amal. Le nombre de votes blancs a certes baissé de 55 à 50, mais cela est le résultat de l’absence d’un grand nombre de députés (14 au total). « Pour l’élection d’un président, il faut un minimum de consensus », a-t-il estimé, soulignant « la nécessité d’un dialogue sérieux » et saluant l’appel dans ce sens lancé par M. Berry.

Lire aussi

Un président ? Oui, mais pour quoi faire ?

La fin des 13 ?

Si les divergences qui séparaient les 13 députés se réclamant de la contestation ont déjà été mises à nu ces dernières semaines, la séance de lundi a illustré l’effondrement de ce bloc parlementaire. Ainsi, le député de Beyrouth II Waddah Sadek a annoncé à l’issue de la séance qu’il était « un député indépendant du changement, hors du bloc de la contestation », claquant ainsi officiellement la porte de ce rassemblement. Il emboîte le pas à Michel Doueihy, député de Zghorta, qui s’était retiré du bloc la semaine dernière. Si M. Sadek a profité de sa nouvelle indépendance pour voter en faveur de Michel Moawad, 10 des 11 députés contestataires restants – Paula Yaacoubian était absente – n’ont pas tous voté pour la même figure. Officiellement, ces élus ont décidé de soutenir Issam Khalifé, mais ce dernier n’affichait à son compteur que 10 voix, dont celles des indépendants Oussama Saad (Saïda), Charbel Massaad (Jezzine) et Michel Doueihy. Il n’a donc pu compter que sur 7 des voix des 11 députés du « changement ». Qui sont les électrons libres ? Selon plusieurs sources concordantes contactées par L’Orient-Le Jour, il s’agit de Rami Fanj (Tripoli), qui aurait voté pour M. Moawad, mais aussi des députés du parti Taqaddom Mark Daou (Aley) et Najat Saliba (Chouf), qui ont voté pour le « Nouveau Liban », aux côtés des députés anciens haririens.

Peut-on dès lors parler de la fin du bloc des 13 ? Le député de Beyrouth Ibrahim Mneimné se veut moins fataliste. « Le bloc, tel qu’on l’a connu, traverse actuellement une phase de réforme et de restructuration », affirme-t-il. En effet, l’absence d’un véritable mécanisme de prise de décision constitue une des raisons qui ont conduit à l’éclatement de ce groupe. C’est d’autant plus le cas que ces élus ont des positions souvent hétéroclites, mais sont condamnés à prendre des décisions à l’unanimité. « En l’absence d’un véritable mécanisme démocratique, certains au sein du bloc ont voulu imposer leurs idées d’extrême gauche sur nous tous, via la vetocratie », dénonce de son côté Waddah Sadek, contacté par notre journal. Il dit souhaiter l’émergence d’un nouveau bloc parlementaire avec les élus Rami Fanj, Mark Daou, Najat Saliba et Michel Doueihy.

Le vide au sommet de l’État semble de plus en plus inévitable. À une semaine de la fin du mandat de Michel Aoun, la quatrième séance dédiée à l’élection du prochain président de la République n’a (sans surprise) pas abouti, aucun candidat n’ayant obtenu les 86 voix requises pour l’élection dès le premier tour. Il faut rappeler, à ce sujet, que du fait qu’un certain...
commentaires (7)

Qu'attend-on pour nous débarrasser définitivement de tous ces Nuls qui n'ont plus aucune raison de se trouver: 1) dans un palais soi-disant "présidentiel" 2) dans un Parlement 3) au Sérail 4) certains ministères ? Qu'on les assigne à domicile et, pour les plus âgés, dans des asiles pour vieillards. Ils ont tous causé assez de malheurs à notre pays et à nous, le petit peuple ! Le Liban compte beaucoup de personnes vraiment patriotes, honnêtes et dévouées, capables de le gérer convenablement. - Irène Saïd

Irene Said

16 h 05, le 25 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Qu'attend-on pour nous débarrasser définitivement de tous ces Nuls qui n'ont plus aucune raison de se trouver: 1) dans un palais soi-disant "présidentiel" 2) dans un Parlement 3) au Sérail 4) certains ministères ? Qu'on les assigne à domicile et, pour les plus âgés, dans des asiles pour vieillards. Ils ont tous causé assez de malheurs à notre pays et à nous, le petit peuple ! Le Liban compte beaucoup de personnes vraiment patriotes, honnêtes et dévouées, capables de le gérer convenablement. - Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 05, le 25 octobre 2022

  • Existe il une alternative à ce veto exercer par les fossoyeurs du pays à chacune des échéances pour le sortir de ce pétrin? Sinon pourquoi ne pas l’inventer comme en France le 49/3 qui empêche qu’une minorité bloque et paralyse les institutions pour leurs propres intérêts contre ceux de leur pays et du peuple? Cela est devenu une mascarade à laquelle assiste les citoyens depuis des décennies dans un pays tenu et gouverné par ses fossoyeurs qui ne sont là que pour le détruire si leurs caprices et leur diktat ne sont pas assouvis. Nous n’avons plus qu’un espoir, c’est celui de voir quelques patriotes se redresser contre la volonté de ces dictateurs de malheur et voter à la dernière minute et sans l’accord de leur parti pour leur pays, sachant que c’est le seul moyen d’en finir avec ces vendus qui les mènent par le bout du nez et contre leur volonté à détruire leur propre pays qui est le seul refuge de leurs familles et le futur de leurs enfants. On se demande ce qu’ils attendent pour renverser la vapeur et ainsi inscrire leurs noms dans l’histoire comme étant les sauveurs de leur nation.

    Sissi zayyat

    11 h 23, le 25 octobre 2022

  • LA MASCARADE AVEC LES POLICHINELLES DANS LA CAVERNE ALIBABIQUE ETOILEE GEREE PAR LE PLUS GOUPIL DES GOUPILS SE POURSUIT ET SE POURSUIVRA. SI ON NE S,IMPOSE PAS DU DEHORS LE DERNIER ACTE DE LA MASCARADE RISQUE DE S,ETENDRE SUR DES MOIS VOIRE DES ANNEES TELLEMENT LA POURRITURE EST AVANCEE ET SON ODEUR PESTIFEREE ETOUFFE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    08 h 59, le 25 octobre 2022

  • Berri ne peut prétendre à quoique ce soit. Il est le principal responsable du défaut du quorum. Il ne peut jamais faire l'arbitrage. Son rôle de blocage de l'élection présidentielle est à découvert.

    Esber

    08 h 01, le 25 octobre 2022

  • "Cette arme, (le défaut de quorim) utilisée depuis 1982, complique l’arithmétique nécessaire à l’élection d’un président, puisqu’elle octroie à n’importe quel groupe de 43 députés un véritable droit de veto". C'est la raison pour laquelle ce quorum des 2/3 ne peut être - et n'a pas été - inscrit dans la Constitution. Qu'on se décide - enfin - à l'appliquer, et tout redeviendra simple.

    Yves Prevost

    07 h 05, le 25 octobre 2022

  • Pour être plus clair, c'est un acte de sodomie contre le pays...

    Wlek Sanferlou

    03 h 35, le 25 octobre 2022

  • Un véritable sac de noeuds que sont ces élections… cet embrouillamini, orchestré par les hezbollahis et leurs comparses du cpl et Amal reflète parfaitement l’attitude glauque et sinistre de ces élus qui n’ont que faire du devenir des Libanais, l’un avec une soumission aliénante vis à vis d’un régime obscurantiste, despote et bâillonneur au point de considérer les événements actuels (en Iran) comme un détail et l’autre prêt à tout pour parvenir à ses fins, la présidence, en dépit de toutes les sanctions qu’il encourt.

    C…

    21 h 29, le 24 octobre 2022

Retour en haut