Rechercher
Rechercher

Politique - Discours

Aoun jubile : Le Liban est devenu un pays pétrolier

Le président annonce l’approbation de l’accord sur le tracé de la frontière maritime avec Israël.

Aoun jubile : Le Liban est devenu un pays pétrolier

Le président Michel Aoun s’adressant aux Libanais dans un discours télévisé, hier soir. Photo Dalati et Nohra

Le président Michel Aoun a annoncé hier que le Liban approuvait l’accord de démarcation de la frontière maritime avec Israël, après d’intenses négociations menées par Washington, qui ouvre la voie à la prospection d’hydrocarbures. « J’annonce l’approbation par le Liban de la version finale préparée par le médiateur américain pour délimiter la frontière maritime méridionale », a déclaré M. Aoun dans un discours télévisé.

Éclairage

Frontière maritime : ces deux points litigieux que le Liban a avalisés

La réponse officielle du Liban intervient deux jours après que le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a qualifié l’accord d’« historique ». Après de nombreuses navettes entre les deux parties, le médiateur américain, Amos Hochstein, avait remis aux deux parties la dernière mouture du texte dans la nuit de lundi à mardi. En vertu de l’accord, le champ offshore de Karish se situe entièrement dans les eaux israéliennes. Le Liban pour sa part aura tous les droits d’exploration et d’exploitation du champ de Cana, situé plus au nord-est, dont une partie se situe dans les eaux territoriales d’Israël. Mais « Israël sera rémunéré » par la firme exploitant Cana « pour ses droits sur d’éventuels gisements », selon le texte. Washington, qui mène depuis deux ans une médiation entre les deux voisins officiellement en état de guerre, a salué une « avancée historique ».

 « Un exploit historique » 

Le président Aoun a souligné que l’accord constituait pour le Liban « un exploit historique ». « Nous avons pu récupérer une superficie de 860 kilomètres carrés qui faisait l’objet d’un différend, et le Liban n’a concédé aucun kilomètre à Israël », a-t-il argué. Il a ajouté que le Liban avait obtenu « l’intégralité du champ de Cana, sans qu’aucune compensation ne soit payée de notre côté, bien que l’intégralité du champ ne soit pas située dans nos eaux ». « Cet accord indirect répond aux revendications libanaises et préserve pleinement nos droits », a encore dit M. Aoun.  « Malgré les obstacles intérieurs et les pressions extérieures pour nous empêcher de profiter de nos ressources, le Liban est devenu un pays pétrolier. Ce qui était un rêve hier est aujourd'hui une réalité », a-t-il lancé. « J'espère que cela constitue un début prometteur, une pierre de fondation pour le redressement économique dont le Liban a besoin », a affirmé le chef de l'État, souhaitant que l'accord puisse ouvrir la voie à la « sécurité, la stabilité et la prospérité » du pays, qui traverse depuis 2019 la pire crise économique de son histoire moderne.

Merci... Gebran Bassil

L'aboutissement à un accord sur la démarcation de la frontière maritime « n'est pas le travail d'un instant, mais le fruit d'un long processus débuté en 2010 », a souligné M. Aoun. « Au moment où Gebran Bassil était ministre de l'Énergie et de l'Eau, il a préparé le projet de loi sur le pétrole offshore, approuvé par le Parlement », a poursuivi le président en citant son gendre, chef du Courant patriotique libre. Le président a ensuite retracé l'historique des avancées de l'accord depuis cette date.

Lire aussi

La France, l’autre médiateur...

Il a remercié ses homologues américain Joe Biden et français Emmanuel Macron, le médiateur Amos Hochstein et « tous les pays frères qui ont aidé le Liban à obtenir ses droits, notamment le Qatar ». Il a salué l’équipe libanaise de négociateurs, notamment le vice-président du Parlement Élias Bou Saab qu’il avait mandaté pour suivre les pourparlers, mais aussi le président du Parlement Nabih Berry, le Premier ministre désigné Nagib Mikati, le commandement de l’armée et les experts techniques. Et de remercier les Libanaises et les Libanais : « À travers votre ténacité et la lutte de votre résistance qui a prouvé être une force pour le Liban, vous avez renforcé la position libanaise dans les négociations et avez réalisé cet exploit. »

Le chef de l'État a en outre estimé que « la prochaine étape doit consister en des pourparlers avec la Syrie » pour résoudre la question de la zone "litigieuse » entre les deux pays. Damas avait déjà signé un contrat avec la compagnie russe Kapital pour l’exploration et l’exploitation du bloc syrien numéro 1, qui déborde sur une partie de la Zone économique exclusive (ZEE) du Liban.

Analyse

Pourquoi le Hezbollah a donné son feu vert à un accord avec Israël

Le texte distribué aux députés

Plus tôt dans la journée, le président Aoun avait contacté MM. Berry et Mikati afin de s’entretenir avec eux de l'accord avec Israël. De son côté, M. Berry a demandé au secrétariat général de la Chambre d’« envoyer une copie de l’accord sur le tracé de la frontière maritime sud à tous les députés pour consultation, après que le texte a été approuvé par le gouvernement », alors que des députés ont réclamé que cet accord soit étudié et voté par le législatif. Le bref communiqué du président de la Chambre ne mentionne pas si les députés recevront la version en anglais ou en arabe de l’accord. La procédure d’approbation du texte fait débat. Selon le professeur Rizk Zgheib, avocat et maître de conférences à la faculté de droit et de sciences politiques de l’Université Saint-Joseph, l’accord étant un « acte unilatéral », il n’a pas besoin d’être voté par le Parlement. Le Liban n’a qu’à modifier le décret 6433 de 2011 qui définit sa ZEE, et l’amendement doit être signé par le président de la République, le Premier ministre et les ministres des Travaux publics et de la Défense. Toutefois, les députés de la contestation, les Kataëb et d’autres experts en droit international estiment qu’il s’agit d’un traité international qui, selon l’article 52 de la Constitution, doit nécessairement passer par un vote à la Chambre avant qu’il ne soit ratifié par le président et après accord du Conseil des ministres. Le communiqué de M. Berry et sa mention de l’approbation du gouvernement laissent entendre qu’il suit cette seconde procédure.

Le président Michel Aoun a annoncé hier que le Liban approuvait l’accord de démarcation de la frontière maritime avec Israël, après d’intenses négociations menées par Washington, qui ouvre la voie à la prospection d’hydrocarbures. « J’annonce l’approbation par le Liban de la version finale préparée par le médiateur américain pour délimiter la frontière maritime...
commentaires (25)

Titre pernicieux qui attire les moqueries

Hitti arlette

15 h 04, le 16 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (25)

  • Titre pernicieux qui attire les moqueries

    Hitti arlette

    15 h 04, le 16 octobre 2022

  • On dirait un zombie le pauvre.

    Sissi zayyat

    22 h 44, le 14 octobre 2022

  • On aurait préféré que vous désarmiez le hezb diabolique et traître , ,,

    Wow

    17 h 20, le 14 octobre 2022

  • Et nous, citoyens de ce "pays pétrolier"...???... jubilons d'être dirigés par des marionnettes souvent désarticulées, jouant sur la scène de notre Cirque National, devant certains spectateurs bavant encore et toujours d'admiration inconditionnelle...- Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 08, le 14 octobre 2022

  • Ce discours est l’illustration parfaite du comportement de Michel Aoun depuis 1988. Des paroles en l’air qu’il contredit au fil des évènements. Résumons quelques exemples:Le 12 octobre 1991: je serai le dernier à quitter Baabda alors qu’il a été le premier à en fuir sous escorte française. En France chez Ardisdon, il déclare que c’est le Hezbollah qui a assassiné Rafic Hariri, de retour au Liban en 2005 il déclare que le 14 février 2005 est un non événement. Arrive à la présidence par la force des armes du Hezbollah, il a promis de rendre le Liban meilleur, six ans après le Liban et les libanais dont les plus pauvres du monde. En réalité ce monsieur a été une catastrophe naturelle pour le Liban et son g3ndre promet d’être pire.

    Lecteur excédé par la censure

    14 h 47, le 14 octobre 2022

  • LA SYRIE exploite déjà une zone appartenant au LIBAN?? Alors pas de drone envoyé côté syrien ? On laisse faire ? Pas de politicien scandalisé ? Sachez que si avec votre ennemi israélien vous avez pu parvenir à un accord… Avec votre frérot ( ennemi) vous n’aurez RIEN… NADA …QUE DALLE… Pour les syriens : tout ce qui est au liban c’est pour la Syrie. Le liban ne pourra rien faire. Wait and see…

    LE FRANCOPHONE

    14 h 43, le 14 octobre 2022

  • Rien que le fait que les israéliens aient accepté aussi facilement de se désister de Cana est une preuve irréfutable que ce gisement est aussi sec en gaz et en pétrole que le "règne fort" ne l’est en accomplissements positifs…

    Gros Gnon

    14 h 33, le 14 octobre 2022

  • Il est content. Il croit qu’il est celui qui a accompli cet acte? Faut croire d’après diverses sources: on ne sait PAS encore s’il existe du gaz ou autres dans les périmètres maritimes libanaises. ( en revanche celles données à Israel, les résultats ont prouvé l’existence de ressources enfouies Ensuite: Selon lui, les pressions occidentales pour signer n’existent pas? L’Europe a besoin de gaz à l’heure où une guerre sévit et la Russie a fermé les robinets Ensuite LAPID voulait à tout prix signer puisque les carrés marins que le liban lui a remis regorgent de ressources Enfin, Le AOUN himself voulait accomplir ne serait-ce qu’un accomplissement pour le liban avant de partir. Son séjour familial à baabda n’ayant servi que ses intérêts personnels et familiaux en bloquant systématiquement toute décision n’allant pas dans le sens de ses intérêts… oups pardon.. fallait dire« les intérêts des chrétiens » prétexte officiel repris par ses perroquets.

    LE FRANCOPHONE

    14 h 10, le 14 octobre 2022

  • A cela il faudrait ajouter le fait que nos responsables passent sous silence l'accord entre la compagnie russe Kapital et le gouvernement syrien pour l’exploration et l’exploitation du bloc syrien numéro 1 qui concerne un empiétement de 750 km carrés sur le territoire libanais des îles au large de Tripoli sur notre ZEE.. Et là, plus personne.

    C…

    13 h 58, le 14 octobre 2022

  • En fait ils n'arrêtent pas d'insulter l'intelligence des Libanais, le 27 février 2020, il déclarait déjà: "C'est un jour heureux pour nous et pour tous les Libanais", en inaugurant les travaux dans le bloc 4 à bord du navire Tungsten Explorer.... avec les résultats que l'on connait. Au moment où son gendre était ministre , il avait préparé le projet de loi sur le pétrole offshore, approuvé par le Parlement pour aboutir aux résultats que l'on a aujourd'hui, l'autre déclaration croustillante...illuminé de Zghorta , présumé préféré candidat à la présidence, par les hezbollahis, le 11 mai 2020 a déclaré textuellement ""le Liban n'est pas un pays pétrolier", contrairement à ce qu'ont assuré à plusieurs reprises ces responsables. "Le Liban n'est pas un pays pétrolier, a-t-il lancé. Il n'y a aucune trace de gaz, ils vous ont menti. J'assume mes paroles", quant au ministre actuel de l'énergie, il nous a promis depuis sa nomination 10 H d'électricité par jour quelle crédibilité pourrait on accorder à ces tristes individus ....

    C…

    13 h 48, le 14 octobre 2022

  • Mais qui donc est cet esprit farceur qui a glissé quelques grammes de LSD dans les manakiches matinales du Président ? Ces hallucinations matinales induites par quelques substances chimiques planantes relèvent davantage du comique troupier bas de gamme que d’une quelconque vista politique. Asséner sans le moindre complexe (et, surtout, ce qui est le plus grave, sans le moindre début de preuve tangible, sans que quelconques forages aient abouti, sans étude approfondie) que le Liban est subitement passé du stade de république bananière ruinée et corrompue à celui de « pays pétrolier » est une clownerie de plus. Certaines fins de règne relèvent plus du domaine du pathétique qu’autre chose….

    DC

    12 h 54, le 14 octobre 2022

  • Dommage qu'il n'est pas fait ce "enjez" 3 semaines apres sa prise de fonction plutot que 3 semaines avant la fin de son mandat.

    Lebinlon

    12 h 50, le 14 octobre 2022

  • L.ADAGE DIT QUE QUAND LE BAUDET BRAIE, DANSE ET FESTOIE C,EST QU,IL A COMMIS UNE GRANDE ANNERIE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 37, le 14 octobre 2022

  • Vivement que le Liban devienne "UN PAYS" tout court ,au lieu de cette ferme (mazraa) et de cette jungle ,fief des voyous,meurtriers et voleurs ,dont les plus représentatifs siègent aux plus hautes fonctions de l'état... TFEH ...Wlik TFEH

    Emile G

    12 h 05, le 14 octobre 2022

  • Il aurait mieux fait de négocier une partie du champ de Karish et 10% des revenus

    sarraf antoine

    10 h 49, le 14 octobre 2022

  • Ha ha ha

    Staub Grace

    10 h 39, le 14 octobre 2022

  • Quel ridicule !!! Franchement la bêtise n’a pas de limites chez nos dirigeants politiques

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 41, le 14 octobre 2022

  • Si je comprends bien Bassil est notre sauveur ?

    Goraieb Nada

    08 h 47, le 14 octobre 2022

  • Mimique figée, il est certain qu'il ne s'attend qu'à rejoindre sa maison pour se reposer. Il n'a pas l'air de jubiler, en lisant ce qui est écrit.

    Esber

    08 h 27, le 14 octobre 2022

  • Heureux les pauvres d'esprit. Le Liban n'a meme pas de preuves qu'il y'a du gas ou petrole et meme s'il y'en avait qu'une societe ferait l'investissement dans un pays controle par des milices.

    Ma Realite

    08 h 04, le 14 octobre 2022

  • Que pèsent les deux ou trois milliards de dollars qui , Inch'Allah, iront se verser dans les caisses de l'Etat dans une dizaine d'années, en regard des cinquante milliards gaspillés par l'EDL sous la direction de Bassil? Pas vraiment de quoi pavoiser!

    Yves Prevost

    07 h 58, le 14 octobre 2022

  • Devrait-t-on rappeler à notre président en fin de course la tirade du Cid: « o rage, o désespoir, o vieillesse ennemie, n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie? »…Mais c’est quoi cette jubilation déplacée? On est ainsi devenu un pays pétrolier et tous nos problèmes réglés avant même d’avoir vraiment finalisé l’accord, ni débuté l’exploitation du Cana pour savoir ce qu’il contient ni s’il est économiquement exploitable, et encore, si c’est le cas, pas avant 3 à 5 ans…On met la charrue avant les bœufs et ce n’est que de la poudre aux yeux…Du populisme bon marché qui ne sauvera rien du sexennat catastrophique ni de la misère des gens…Trop peu, trop tard pour se racheter une crédibilité, Mr le Président!

    Saliba Nouhad

    02 h 03, le 14 octobre 2022

  • Ce n'est toujours pas clair pourquoi Le Liban n'est plus considéré un pays pétrolier depuis déjà plusieurs années? Le Président avait fait cette déclaration à la veille du forage du bloc 4 par Total. De plus, il y a neuf autres blocs à exploiter autre que les blocs 8 et 9. Quand il n'y a pas de clarté, c'est qu'il n'y a plus de transparence.

    Zovighian Michel

    01 h 51, le 14 octobre 2022

  • C’est pour prononcer ce discours psychédélique avant le 31 octobre qu’il a bradé la ligne 29, véritable frontière maritime!

    Gros Gnon

    01 h 29, le 14 octobre 2022

  • UNE DEFAITE HISTORIQUE PLUTOT. UNE TRAITRISE. LA SOUVERAINETE DU LIBAN FUT SACRIFIEE. LES ABRUTIS CROYANT DORER LEUR BLASON ET FAIRE OUBLIER AU PEU[;E LEUR IMCOMPETENCE, LEUR CORRUPTION, LES VOLS CO,MKMIS, LES ENRICHISSEMENTS ILLICITES, LA FUITE DES CAPITAUX VOLES, ET LA DEVALISATION DES ECONOMIES D,UNE VIE DES DEPOSANTS. LE MANDAT DE LA CATASTROPHE A TOUS POINTS DE VUE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    00 h 40, le 14 octobre 2022

Retour en haut