Rechercher
Rechercher

Sport - Moto GP

Quartararo prend l’eau en Thaïlande

Au terme d’un Grand Prix de Thaïlande remporté par Miguel Oliveira, le Français, leader du championnat du monde, n’a pu faire mieux qu’une 17e place. Ses principaux concurrents, dont Francesco Bagnaia, le talonnent désormais dangereusement au classement.

Quartararo prend l’eau en Thaïlande

Fabio Quartararo (à gauche) devant la Ducati de son dauphin au classement général Francesco Bagnaia durant la séance d’essais libres du Grand Prix de Thaïlande sur le circuit de Buriram. Manan Vatsyayana /AFP

Quartararo a perdu gros. En grandes difficultés au guidon de sa Yamaha sur un circuit mouillé par les fortes pluies tombées sur la Thaïlande ce week-end, le Français termine seulement 17e de la course et laisse son principal rival italien Francesco Bagnaia se rapprocher à deux petits points au classement, et ce à seulement à trois courses de la fin.

Le Portugais Miguel Oliveira (KTM) s’est montré le plus imperméable aux conditions humides pour remporter sa seconde épreuve de la saison, après l’Indonésie en mars... déjà sur piste mouillée. « Je ne peux pas me plaindre, je suis toujours rapide sur mouillé », a souri le pilote qui rejoindra Aprilia-RNF en 2023. Il a devancé le duo de l’équipe d’usine de Ducati, Jack Miller et Bagnaia, qui complètent le podium.

L’Italien, solide deuxième du classement, a résisté au retour de l’autre Tricolore Johann Zarco (Ducati-Pramac) dans les derniers tours pour arracher des points précieux dans la course au titre. Relégué à 18 points après le Japon le week-end dernier, où il a abandonné en raison d’une chute, « Pecco » n’est plus qu’à deux unités de « Quarta » qui, plus que jamais, tremble sur son trône.

Avant le départ pourtant, le Niçois, sacré en 2021 devant l’Italien, affichait sa décontraction dans le paddock, bien que de gros nuages noirs assombrissaient l’horizon. De fortes averses ont retardé de 55 minutes le départ de la course, mais se sont calmées le temps que les pilotes se livrent bataille.

Mais « Quarta », qui n’apprécie guère les pistes mouillées, a regardé ça de loin : parti quatrième, il était 17e au terme du premier tour faute à un départ catastrophique. Jamais le Niçois n’a réussi à retrouver du rythme, bloqué dans le peloton. Il termine hors du top 15, synonyme de points, pour la première fois depuis le Grand Prix d’Aragon en 2020 – hors abandons.

En plus de Bagnaia, voilà qu’Aleix Espargaro (Aprilia) sent aussi le vent dans son dos. Onzième à Buriram, il pointe à 20 points de Quartararo dans une position d’outsider.

Drapeau rouge en Moto2

La pluie a rappelé à ses études le rookie italien Marco Bezzecchi (Ducati-VR46), poleman le samedi mais seulement 16e le lendemain. Marc Marquez, lui, a fait parler son expérience de sextuple champion du monde avec une 5e place qui confirme son retour en forme, après un été à l’infirmerie en raison d’une nouvelle opération à un bras.

En Moto2, où la course n’a duré que huit tours en raison des intempéries, l’Italien Tony Arbolino, premier au moment du drapeau rouge synonyme de retour aux stands, a décroché la timbale.

Mis à rude épreuve avec trois courses ces trois dernières semaines, le paddock soufflera le week-end prochain, mais à distance de son camp de base. L’Australie se profile le 16 octobre puis la Malaisie, le 23, avant que cette saison 2022, à l’issue plus incertaine que jamais, ne s’achève le 6 novembre à Valence.

Alexis HONTANG/AFP


Quartararo a perdu gros. En grandes difficultés au guidon de sa Yamaha sur un circuit mouillé par les fortes pluies tombées sur la Thaïlande ce week-end, le Français termine seulement 17e de la course et laisse son principal rival italien Francesco Bagnaia se rapprocher à deux petits points au classement, et ce à seulement à trois courses de la fin.Le Portugais Miguel Oliveira (KTM)...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut