Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Présidentielle

La France appelle les dirigeants libanais à être "à la hauteur du moment"

La France appelle les dirigeants libanais à être

Le Quai d'Orsay. Photo d'archives AFP

"Les dirigeants libanais doivent être à la hauteur du moment, qui exige le rassemblement", a déclaré vendredi le ministère français des Affaires étrangères à propos de l'élection présidentielle au Liban. La première séance parlementaire consacrée à ce scrutin jeudi dernier n'avait pas abouti et l'actuel chef de l’État, Michel Aoun, doit quitter son poste le 31 octobre.

"Les dirigeants libanais doivent être à la hauteur du moment, qui exige le rassemblement et la mise en œuvre des réformes nécessaires à une sortie de crise", a déclaré un porte-parole du Quai d'Orsay lors d'une séance de questions-réponses à la presse.  "L’élection présidentielle est une étape essentielle pour amorcer une sortie de crise au Liban. Il importe que cette élection intervienne dans le délai constitutionnel, soit avant le 31 octobre prochain, afin d’éviter toute vacance du pouvoir", a-t-il poursuivi, alors que certains redoutent un vide au niveau de la magistrature suprême.

Si aucun successeur n'est trouvé à Michel Aoun, le Liban se retrouverait dans une situation inédite dans son histoire politique : une vacance politique totale au niveau de l'Exécutif, sans président et avec un gouvernement démissionnaire.

La France appelle régulièrement les autorités libanaises à respecter les délais constitutionnels et les échéances électorales prévues. Récemment, elle a publié un communiqué commun avec les États-Unis et l’Arabie saoudite pour donner les caractéristiques idéales à ses yeux du futur chef de l’État, tout en traçant une feuille de route ainsi que certaines lignes rouges à ne pas franchir.


"Les dirigeants libanais doivent être à la hauteur du moment, qui exige le rassemblement", a déclaré vendredi le ministère français des Affaires étrangères à propos de l'élection présidentielle au Liban. La première séance parlementaire consacrée à ce scrutin jeudi dernier n'avait pas abouti et l'actuel chef de l’État, Michel Aoun, doit quitter son poste le 31 octobre."Les...