Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Proche-Orient

Quatre Palestiniens tués dans un raid israélien en Cisjordanie occupée

Quatre Palestiniens tués dans un raid israélien en Cisjordanie occupée

Un Palestinien portant un drapeau national lors d'une manifestation à Gaza, le 26 septembre 2022. Photo d'illustration MOHAMMED ABED / AFP

Des jeunes en colère, des pierres qui jonchent le sol et des murs noircis: le camp palestinien de Jénine a été le théâtre mercredi de violents affrontements et d'un raid israélien qui ont fait au moins quatre morts et des dizaines de blessés. Ces violences témoignent d'un chaos croissant dans le nord de la Cisjordanie occupée, après des mois d'opérations israéliennes quasi-quotidiennes, voire des heurts entre jeunes et les forces de l'Autorité palestinienne accusés de laisser sans broncher l'armée israélienne mener ses actions dans ces territoires.

Le ministère palestinien de la Santé a fait état d'au moins quatre Palestiniens tués et d'une quarantaine de blessés dans l'opération et les heurts qui ont suivi.

"Il s'agit des affrontements les plus importants depuis que nous avons ouvert cet hôpital il y a environ deux ans. Ce n'est pas seulement le nombre de morts mais celui des blessés et leur gravité qui me fait dire ça", a déclaré à l'AFP Mohammed al-Haj Qasem, directeur du département de chirurgie à l'hôpital Ibn Sina, situé en contrebas du camp.

Mercredi matin, l'armée a pénétré dans le camp de Jénine, où d'ailleurs avait été tuée en mai dernier la reporter d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh, pour détruire la résidence où vivait Abed Hazem, frère de Raëd Hazem, auteur d'une fusillade fatale à trois personnes le 7 avril dernier sur la rue Dizengoff, en plein centre de Tel-Aviv. "Alors que le logement où se trouvaient les deux suspects était encerclé, un engin a explosé et les suspects ont ouvert le feu en direction des forces de sécurité, qui ont riposté (...) tuant les deux suspects", a indiqué l'armée israélienne, confirmant que Abed Hazem était l'un des hommes tués.

A la grande mosquée Cheikh Zaïd Ben Salmane, située au centre du camp, des centaines de personnes se sont massées pour rendre hommage à Abed Hazem, son corps recouvert d'un drapeau palestinien et sa tête d'un keffieh, certains embrassant son front ou tenant l'épaule du jeune homme.

"Peur de rien" 
Dans ce camp, l'AFP a vu des affiches à la gloire de Raëd Hazem, qualifié de "lion" de la "rue Dizengoff" et des bonbonnes de gaz que des jeunes utilisent désormais pour fabriquer des engins explosifs pouvant être actionnés à distance.

"Nous n'avons peur de rien. Si les Israéliens veulent l'escalade, nous sommes prêts à leur faire face", a déclaré un jeune dans la vingtaine, refusant de donner son nom par crainte d'être reconnu et accusant l'Autorité palestinienne de "coordination" avec l'armée israélienne.

Dans un tweet, l'Union européenne s'est déclarée "inquiète du pic de violences faisant suite à l'incursion israélienne à Jénine"

Au cours des derniers mois, des combattants de Jénine ont ouvert le feu sur les bureaux du gouverneur palestinien de cette région. Et les forces palestiniennes ne s'aventurent plus dans le camp par crainte notamment d'affrontements. 

"Nous combattons les Israéliens mais n'allons pas ouvrir le feu sur les forces palestiniennes à moins qu'elles entrent ici dans le camp pour arrêter l'un des nôtres", affirme un Palestinien âgé, en évoquant les heurts la semaine dernière à Naplouse, autre grande ville du nord de la Cisjordanie.

La semaine dernière de violents affrontements entre des Palestiniens et les forces locales avaient paralysé le centre de Naplouse après l'arrestation sur place d'un jeune commandant influent du mouvement islamiste Hamas, Moussab Shtayyeh, le tout sur fond d'une intensification des raids israéliens en Cisjordanie. Depuis, le début en mars d'une vague d'attaque anti-israéliennes fatale à 20 personnes, dont certaines ont été menées par des Palestiniens de Jénine, l'armée a multiplié les raids armés dans le nord de la Cisjordanie, territoire occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu. Ces raids, émaillés de heurts avec la population locale, ont aussi fait des dizaines de morts côté palestinien. 


Des jeunes en colère, des pierres qui jonchent le sol et des murs noircis: le camp palestinien de Jénine a été le théâtre mercredi de violents affrontements et d'un raid israélien qui ont fait au moins quatre morts et des dizaines de blessés. Ces violences témoignent d'un chaos croissant dans le nord de la Cisjordanie occupée, après des mois d'opérations israéliennes...