Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Assemblée générale de l'ONU

Absence de drapeau libanais durant la réunion Mikati-Raïssi : Beyrouth se justifie


Absence de drapeau libanais durant la réunion Mikati-Raïssi : Beyrouth se justifie

Le président iranien Ebrahim Raïssi (d.) s'entretenant avec le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati, à New York. Photo Dalati et Nohra

Des "mesures de sécurité exceptionnelles" entourant la présence du président américain Joe Biden à l'Assemblée générale des Nations unies à New York mercredi sont à l'origine de l'absence de drapeau libanais lors de la rencontre entre le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati et le président iranien Ebrahim Raïssi, a expliqué le Grand Sérail.

Lorsque MM. Mikati et Raïssi se sont rencontrés mercredi soir en marge de la 77e Assemblée générale des Nations unies, seul un drapeau iranien était visible derrière les deux responsables, ce qui a suscité des critiques sur les réseaux sociaux libanais.

Dans un tweet partagé par le Grand Sérail, le ministre sortant des Affaires étrangères Abdallah Bou Habib, qui faisait partie de la délégation libanaise présente à l'ONU, a affirmé que le rendez-vous avec le président iranien avait été fixé peu de temps avant qu'il n'ait lieu et avait même "été retardé d'une demi-heure afin d'amener le drapeau libanais du siège de la mission libanaise auprès des Nations unies". Cependant, des "mesures de sécurité exceptionnelles liées à la présence du président américain Joe Biden à l'Assemblée générale" ont rendu impossible l'arrivée du drapeau sur le lieu de la réunion.

La controverse autour du drapeau a éclaté sur les réseaux sociaux, alors qu'au Liban, certains accusent l'Iran d'avoir une influence grandissante sur la scène politique libanaise via le Hezbollah, financé par Téhéran.

Avant la réunion Mikati-Raïssi, M. Bou Habib avait rencontré mardi son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian, une réunion au cours de laquelle le chef de la diplomatie iranienne avait réaffirmé la volonté de l'Iran de fournir au Liban du carburant, et "toute autre aide que le pays demande afin de surmonter ses problèmes". Lundi soir, l'ambassade d'Iran à Beyrouth avait annoncé que "des navires iraniens remplis de carburant seront prêts à faire route vers le Liban dans une ou deux semaines et qu'ils arriveront dans tout port choisi par le Liban".

Le Liban subit des pannes de courant depuis des décennies, mais son effondrement économique depuis 2019 a vidé les caisses de l'État, ralentissant les importations de carburant nécessaires pour faire fonctionner les centrales électriques, ce qui a encore aggravé les pénuries d'électricité.

L'année dernière, l'Iran avait envoyé du carburant au Liban via le Hezbollah, désigné comme une organisation terroriste par les États-Unis et d'autres pays occidentaux. Ce carburant a été expédié en Syrie, puis introduit au Liban dans des camions afin d'éviter les sanctions. Les États-Unis n'ont pris aucune mesure en réponse.


Des "mesures de sécurité exceptionnelles" entourant la présence du président américain Joe Biden à l'Assemblée générale des Nations unies à New York mercredi sont à l'origine de l'absence de drapeau libanais lors de la rencontre entre le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati et le président iranien Ebrahim Raïssi, a expliqué le Grand Sérail.Lorsque MM. Mikati et Raïssi...