Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Braquage Blom Bank

Les deux complices de Sali Hafez entendus mercredi par le 1er juge d’instruction de Beyrouth

Les deux complices de Sali Hafez entendus mercredi par le 1er juge d’instruction de Beyrouth

Face à face entre manifestants et police, le 19 septembre 2022 devant le Palais de Justice de Beyrouth. Photo Anwar Amro / AFP

Détenus depuis vendredi pour avoir aidé une déposante, Sali Hafez, à braquer une branche de la Blom bank dans le quartier de Sodeco à Beyrouth afin de récupérer sa propre épargne, Abdel Rahman Zakaria et Mohammad Rustom seront interrogés mercredi par le 1er juge d’instruction de Beyrouth, Charbel Abou Samra, à l’issue de quoi ils devraient être soit relâchés soit faire l'objet d'un mandat d’arrêt, le temps d’élargir l'enquête.

En outre, une information faisant état d’une décision de remise en liberté de M. Zakaria, émise par la 1ère juge d’instruction du Liban-Nord, Samaranda Nassar, est tombée mardi en début d’après-midi. Il s’est cependant avéré que cette décision concerne un mandat d’arrêt par contumace délivré à l'encontre de Abdel Rahman Zakaria le 30 juin pour une autre affaire.

Interrogé par L’Orient-Le jour, un avocat du détenu, Ali Abbas, a affirmé que Mme Nassar a statué sur une demande que lui-même avait formulée il y a quelques jours. "J’avais demandé à la juge Nassar de relâcher mon client, accusé d’avoir insulté le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste), Gebran Bassil, lors de la tournée de celui-ci dans le Akkar, le 30 avril", a-t-il dit. Ce jour-là avait été marqué par une manifestation de colère provoquée par la visite de M. Bassil. La voie publique dans la région de Rahbé avait été alors bloquée, et des portraits du chef du CPL avaient été brûlés en signe de protestation contre son passage dans la localité.

M. Abbas explique que lorsque son client avait été amené mercredi dernier au poste de police de la rue de Damas, compétent pour les actes commis à Sodeco, la police a publié un registre judiciaire dans lequel sont inscrits ses antécédents, notamment les infractions commises. Après consultation, l’avocat s’est dépêché de traiter la question du mandat d’arrêt précédent. "Lorsque Abdel Rahman Zakaria sera remis en liberté dans l’affaire du braquage de la Blom Bank, il n’aura plus à attendre d’être déchargé des accusations lancées contre lui au Liban-Nord", note-t-il.

Il reste que MM. Zakaria et Rustom semblent faire l’objet de mandats d’arrêt émis par le Tribunal militaire. "Le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, m’a indiqué que mes clients sont poursuivis par le Tribunal militaire", indique encore M. Abbas, en relevant que "leurs casiers judiciaires ne comportent pas toutefois cette information". "Il faudrait vraisemblablement aller m’enquérir auprès du tribunal", ajoute-t-il, soulignant que ni le numéro du dossier, ni les raisons des poursuites ne lui ont été communiqués. Le cas échéant, les deux détenus ne seraient pas au bout de leurs peines, puisqu’ils devraient alors attendre un verdict du Tribunal militaire en leur faveur pour être relâchés.  


Détenus depuis vendredi pour avoir aidé une déposante, Sali Hafez, à braquer une branche de la Blom bank dans le quartier de Sodeco à Beyrouth afin de récupérer sa propre épargne, Abdel Rahman Zakaria et Mohammad Rustom seront interrogés mercredi par le 1er juge d’instruction de Beyrouth, Charbel Abou Samra, à l’issue de quoi ils devraient être soit relâchés soit faire l'objet...