Rechercher
Rechercher

Sport - Moto GP

Quartararo perd très gros

Tombé et contraint à l’abandon dès les premiers tours du Grand Prix d’Aragon, le tenant du titre Fabio Quartararo laisse son dauphin Francesco Bagnaia se rapprocher dangereusement de son fauteuil de leader. L’Italien s’est contenté de la 2e place derrière son compatriote Enea Bastianini.

Quartararo perd très gros

Francesco Bagnaia devant Enea Bastianini lors du Grand Prix Moto GP d’Aragon à Alcaniz en Espagne. Pau Barrena/AFP

Enea Bastianini sourit, Fabio Quartararo pleure. Si l’Italien a remporté dimanche le Grand Prix d’Aragon en MotoGP devant son compatriote Francesco Bagnaia (Ducati), deuxième au championnat du monde, le Français, leader au général, a lui perdu gros après son abandon dès l’entame de la course.

Le pilote Ducati-Gresini s’est imposé devant le poleman Bagnaia et l’Espagnol Aleix Espargaro (Aprilia), 3e. Les deux Italiens ont livré jusqu’au bout une belle bataille pour la première place, Bastianini doublant son futur coéquipier chez Ducati la saison prochaine dans le tout dernier tour du GP.

« Je ne me voyais pas à nouveau dépasser Enea parce que j’avais déjà pris trop de risques dans les tours précédents », a expliqué Bagnaia à l’arrivée de la 15e manche de la saison.

Le Turinois réalise tout de même une belle opération et, avec 201 points au compteur, ne compte désormais plus que dix points de retard au championnat sur Quartararo (211 points), qui a abandonné après un accrochage avec l’Espagnol Marc Marquez (Honda), également contraint à l’abandon après un problème mécanique lié à l’accident.

Parti 6e sur la grille, le Français a lourdement chuté dans le premier tour du GP, après avoir percuté par l’arrière la moto de Marquez, de retour en compétition après trois mois d’absence à cause d’une opération du bras.

« J’ai mal, ça me brûle (sa combinaison s’est ouverte lors de la chute, NDLR). Pour une fois qu’on avait le rythme pour se battre pour un bon résultat ici, malheureusement nous n’avons pas pu le faire », a-t-il regretté devant les journalistes.

Un malheur n’arrivant jamais seul, le pilote Yamaha, qui n’a rien de cassé mais explique ne pas se souvenir de l’accident, a de nouveau chuté sur le scooter le transportant hors du circuit.

Une première pilote en Moto3

L’autre Français de la grille, Johann Zarco, qui court pour l’écurie satellite Ducati-Pramac, a terminé 8e. Plus tôt dans la journée, en Moto2, la pépite espagnole Pedro Acosta (KTM) s’est imposée. Son coéquipier et compatriote Augusto Fernandez, attendu l’année prochaine en MotoGP avec l’équipe GasGas, conserve la tête du championnat grâce à sa troisième place.

En Moto3, l’Espagnol Izan Guevara (GasGas), leader au championnat, a creusé son avance au général en s’imposant loin devant son poursuivant et coéquipier Sergio Garcia, seulement 13e de la course.

À noter également en Moto3 la présence pour la première fois en Grand Prix moto d’un équipage 100 % féminin, avec l’équipe italienne Angeliuss MTA et sa pilote Maria Herrera qui bénéficie d’une wild card pour cette épreuve.

« Être ici c’est un premier pas vers notre objectif de voir plus de femmes dans le milieu de la moto », a défendu à l’AFP la responsable de l’équipe, Aurora Angelucci, l’une des cinq membres de l’équipage présent ce week-end en Aragon.

Herrera, 28 ans, a terminé dernière du GP, à une seconde de l’Italien Alessandro Morosi, 26e. Mais pour l’Espagnole, qui a déjà couru en Moto3 entre 2013 à 2017, avant de rejoindre le championnat de MotoE en 2019, « c’est surtout une victoire, j’ai fait un super boulot », s’est-elle félicitée.

Source : AFP


Enea Bastianini sourit, Fabio Quartararo pleure. Si l’Italien a remporté dimanche le Grand Prix d’Aragon en MotoGP devant son compatriote Francesco Bagnaia (Ducati), deuxième au championnat du monde, le Français, leader au général, a lui perdu gros après son abandon dès l’entame de la course.Le pilote Ducati-Gresini s’est imposé devant le poleman Bagnaia et l’Espagnol Aleix...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut