Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Proche-Orient

Dissolution du Parlement israélien, élections le 1er novembre

Cette procédure ouvre la voie à un cinquième scrutin en moins de quatre ans et à l'entrée en scène du centriste Yaïr Lapid comme Premier ministre intérimaire.

Dissolution du Parlement israélien, élections le 1er novembre

La Knesset réunie le 30 juin 2022 à Jérusalem. Photo Menahem KAHANA / AFP

Après des heures de retard et des tractations en coulisses, les députés israéliens ont voté jeudi la dissolution du Parlement ouvrant ainsi la voie à des cinquièmes élections en moins de quatre ans et à l'entrée en scène du centriste Yaïr Lapid comme Premier ministre intérimaire.

Quelque 92 députés sur les 120 au total se sont prononcés en faveur de la dissolution du Parlement lors d'un vote final jeudi matin. Peu avant ce vote, les élus avaient fixé au 1er novembre la date des prochaines élections.

Un comité parlementaire, formé d'élus de l'opposition et de la coalition au pouvoir, s'était entendu en début de semaine pour dissoudre la Knesset, le Parlement, mercredi soir. Mais des débats sur différents projets de loi ont retardé l'échéance. M. Bennett, qui a déjà annoncé qu'il ne sera pas candidat aux élections de novembre, doit céder vendredi à 00H00 (21H00 GMT jeudi) son poste de Premier ministre au chef de la diplomatie Yaïr Lapid qui assurera l'intérim jusqu'à la formation du prochain gouvernement.

Lire aussi

En Israël, le come-back programmé (mais pas assuré) de Netanyahu

Dès le vote au Parlement, les deux hommes ont changé de siège, puis Yaïr Lapid s'est rendu à Yad Vashem, le mémorial à Jérusalem de la Shoah, génocide juif dont son père était l'un des survivants. "J'ai promis à mon défunt père que j'allais m'assurer de garder Israël fort, capable de se défendre et de protéger ses enfants", a déclaré dans un communiqué M. Lapid, avant la tenue d'une cérémonie symbolique de passation de pouvoir.

"Je vous transmets (...) la responsabilité de l'État d'Israël", a déclaré M. Bennett lors de cette cérémonie, entouré de sa famille et coiffé comme à l'habitude d'une petite kippa. "J'ai travaillé sous des Premiers ministres, j'ai connu des Premiers ministres. Vous êtes un homme bon et un excellent Premier ministre, et vous êtes un bon ami. Ceci n'est pas une cérémonie d'adieu car je n'ai pas l'intention de vous dire au revoir", lui a répondu Yaïr Lapid.

En juin 2021, MM. Bennett et Lapid avaient écrit une page de l'histoire d'Israël en réunissant une coalition de huit partis (droite, gauche, centre), avec pour la première fois une formation arabe, afin de couper court à 12 ans sans discontinuer de pouvoir de Benjamin Netanyahu. Mais un an plus tard, la coalition a perdu sa majorité à la chambre au point où le gouvernement n'a pas été en mesure de faire voter le renouvellement d'une loi garantissant aux plus de 475.000 colons de Cisjordanie occupée les mêmes droits que les autres Israéliens.

Dans ce contexte, Naftali Bennett, lui-même un ardent défenseur des colonies, pourtant contraires au droit international, a préféré sacrifier son gouvernement, annonçant son intention de dissoudre la chambre pour convoquer de nouvelles élections.

Déjà en campagne

Or l'accord de coalition entre MM. Bennett et Lapid prévoyait un partage du pouvoir, avec une clause selon laquelle M. Lapid assurerait l'intérim jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement en cas de dissolution du Parlement. Selon les sondages le paysage politique israélien est toujours aussi fragmenté avec 13 partis se partageant l20 sièges.

"Ce dont nous avons besoin aujourd'hui est de retourner au concept d'unité israélienne et non de laisser les forces de l'ombre nous diviser", a déclaré la semaine dernière M. Lapid.

Cet ex-journaliste vedette, qui a fondé il y a une décennie le parti centriste "Yesh Atid" ("Il y a un futur" en hébreu), devra rapidement mettre ses troupes en ordre de bataille pour les législatives, en plus d'être à la fois Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. M. Lapid accueillera, à la mi-juillet, en Israël le président américain Joe Biden pour sa première tournée au Moyen-Orient depuis son arrivée à la Maison Blanche. Il devra garder les yeux rivés sur le front politique national où le chef de l'opposition et du parti Likoud Benjamin Netanyahu, 72 ans jugé pour corruption dans une série d'affaires, cherche à retrouver son ancien poste de Premier ministre.

"L'expérience (de la coalition) a échoué. C'est ce qui arrive lorsque vous mettez ensemble une fausse extrême droite avec la gauche radicale, le tout avec les Frères musulmans (...)", a déclaré jeudi M. Netanyahu. "Aurons-nous un autre gouvernement Lapid qui sera aussi un échec ou un gouvernement de droite mené par nous? Nous sommes la seule alternative! Un gouvernement fort, nationaliste et responsable", a ajouté M. Netanyahu au Parlement, avant de se rendre dans un centre commercial de Jérusalem pour prendre un bain de foule et lancé de facto sa campagne électorale.


Après des heures de retard et des tractations en coulisses, les députés israéliens ont voté jeudi la dissolution du Parlement ouvrant ainsi la voie à des cinquièmes élections en moins de quatre ans et à l'entrée en scène du centriste Yaïr Lapid comme Premier ministre intérimaire.
Quelque 92 députés sur les 120 au total se sont prononcés en faveur de la dissolution du Parlement...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut