Rechercher
Rechercher

Société - Crise au Liban

Interruption de l'approvisionnement en eau à Beyrouth et au Mont-Liban

Ce problème est dû à des "pénuries d'électricité, des dysfonctionnements majeurs et des vols de câbles", affirme l'Office des eaux de ces deux régions.

Interruption de l'approvisionnement en eau à Beyrouth et au Mont-Liban

Un camion-citerne transportant de l'eau à Beyrouth. Photo d'illustration Saïd Meallaoui

L'approvisionnement en eau dans plusieurs régions de Beyrouth et du Mont-Liban a été interrompu en raison de "pénuries d'électricité, de dysfonctionnements majeurs et de vols de câbles", a annoncé jeudi l'Office des eaux de ces deux régions dans un communiqué.

Cela faisait plusieurs jours que les habitants de plusieurs quartiers de Beyrouth et du Mont-Liban se plaignaient d'une interruption totale de l'approvisionnement en eau, ce qui pousse beaucoup d'entre eux à faire appel à des services privés de citernes d'eau pour remplir leurs réservoirs. Dans un communiqué, l'Office des eaux a énuméré les principales complications qui ont exacerbé le rationnement sévère et conduit à la coupure totale de l'approvisionnement en eau dans un certain nombre de secteurs.

Beyrouth, la côte du Metn et la banlieue-sud : un dysfonctionnement s'est produit sur "la ligne de pompage principale, connue sous le nom de ligne 1.200, qui alimente un grand nombre de quartiers de la capitale Beyrouth et des secteurs de la côte du Metn et de la banlieue-sud". L'établissement a noté que son équipe de maintenance œuvre pour réparer le dysfonctionnement d'ici mardi soir. Sur les quelque 380 stations de pompage d'eau que comptent Beyrouth et le Mont-Liban, la plupart sont équipées de générateurs.

Mkallès, Ras Dekouané, Abou Adal : l'Office a indiqué qu'une panne a été signalée au niveau du générateur qui approvisionne en courant la station de pompage de Mkallès qui alimente ces régions. Il a assuré qu'il cherche "à obtenir le financement nécessaire pour le réparer". La distribution de l'eau se limite actuellement aux heures d'alimentation en électricité publique, a-t-il également noté.

Mar Roukoz, Dekouané, New Raouda : l'Office des eaux a souligné que "la cause de l'interruption de l'eau dans ces régions est due au vol des câbles électriques de la station de Mar Roukoz - Dekouané". Il a affirmé "coordonner avec les municipalités et les comités locaux pour sécuriser les câbles et rétablir la situation telle qu'elle était auparavant". Le vol de câbles électriques est devenu courant depuis le début de la crise économique au Liban il y a trois ans, en raison de leur valeur élevée à la revente, alors que la monnaie nationale a perdu plus de 90% de sa valeur face au au dollar.

Laklouk et le nord de Jbeil : l'établissement a déclaré que "le manque d'approvisionnement en eau est dû à un vol d'équipements à la station de Laklouk", notant que des efforts sont déployés pour trouver des alternatives.

Jbeil et la côte-nord de Jbeil : "Une panne est en cours de réparation sur la ligne Afqa, qui alimente le centre de Byblos et la côte-nord de Byblos, explique l'Office des eaux. Les travaux ne nécessitent qu'un travail manuel, ils devraient donc être terminés dans les 36 heures", a-t-il expliqué. 

Wata el-Joz et le Kesrouan : L'Office des eaux a signalé "un problème au niveau des lignes d'approvisionnement en eau de la station de Wata el-Joz - Kesrouan" qui nécessite une semaine pour être réglé, sans toutefois préciser la nature du problème.

La région de Bmariam et ses banlieues dans le Chouf : L'établissement a précisé que "le rationnement sévère dans cette région est dû au manque de diesel", dont dépendent les générateurs qui font fonctionner les pompes à eau.

L'Office a également noté que la valeur du salaire des employés et du corps administratif a baissé de plus de 95% en raison de la crise économique, notant toutefois qu'il "continue d'assurer tous les services possibles aux citoyens".

Des organisations étrangères et internationales, dont l'ONU, soutiennent le secteur de l'eau depuis plus d'un an. Jean Gebran, directeur de l'Office des eaux de Beyrouth et du Mont-Liban, a confirmé cependant à notre publication anglophone L'Orient Today jeudi que le programme de l'ONU, qui livrait du diesel aux offices de distribution, a pris fin. L'Office "a demandé et obtenu l'aide de donateurs et d'ONG", a-t-il ajouté. Si nous avons besoin d'une pièce de rechange, par exemple, nous demandons cela aux donateurs", a-t-il encore expliqué. M. Gebran a enfin signalé certains "retards" et noté que la réception des pièces de rechange pour effectuer les réparations des pompes à eau prendra "plusieurs semaines". 


L'approvisionnement en eau dans plusieurs régions de Beyrouth et du Mont-Liban a été interrompu en raison de "pénuries d'électricité, de dysfonctionnements majeurs et de vols de câbles", a annoncé jeudi l'Office des eaux de ces deux régions dans un communiqué.Cela faisait plusieurs jours que les habitants de plusieurs quartiers de Beyrouth et du Mont-Liban se plaignaient d'une...

commentaires (8)

Bienvenue à Gaza !

Georges Lebon

08 h 52, le 26 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Bienvenue à Gaza !

    Georges Lebon

    08 h 52, le 26 juin 2022

  • On ne tue pas la poule aux œufs d’or. Après le monopole des générateurs qui profitent aux mêmes dégénérés qui gouvernent le pays on attend la saison de chaleur pour mettre sur le marché ces citernes qu’ on croyait relégués aux oubliettes pour faire des sous sur le dos de ces pauvres libanais. Quelqu’un de sensé peut nous expliquer comment l’eau que le peuple paie sans jamais l’avoir dans son robinet manque dans les habitations alors qu’elle coule à profusion pour remplir les citernes que les citoyens paient cher et ce quelque soit sa qualité et au péril de leur santé? Pourquoi les systèmes D fonctionnent mieux que les infrastructures étatiques auxquelles les libanais n’ont pas droit mais sont obligés de payer les factures sous peine d’être sanctionnés lourdement par ces mêmes voleurs qui mangent à tous les râteliers.

    Sissi zayyat

    12 h 31, le 25 juin 2022

  • Une semaine sans eau ? Ça touche Beyrouth et la banlieue donc un peu moins de la moitié de la population du pays! L'OLJ a donc mis une semaine pour écrire un article qui est en rapport avec une denrée de base, l'eau, alors qu'on nous bassine tous les jours avec l'essence, le blé, l'électricité. En plus, les expatriés et les touristes qui écoutent le ministre du Tourisme avec son "Ahla bi hal Tallé" , j'espère qu'ils vont pas être déçus quand ils seront ici.

    Joema

    09 h 01, le 25 juin 2022

  • Avant que de reclamer le ministere de l'energie, l'actuel ministre CPL devrait plutot se demener pour assurer l'eau (polluee) aux Libanais. La distribution d'eau depends en effet de son ministere.

    Michel Trad

    12 h 29, le 24 juin 2022

  • Voilà le Prestige de l’Etat tant vanté par ce régime fort qui a transformé tous les citoyens en mendiants. Au début du vingtième siècle, l’invasion du Liban par les sauterelles a provoqué la famine et a décimé une partie de la population. Au début du vingt et une siècle, le même scénario se répète hormis qu’il n’y a pas de sauterelles mais un régime fort

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 34, le 24 juin 2022

  • Allez, un petit "supplement" alloué par la mafia des citernes n'est pas à dédaigner, pour note crasse politique.

    Je partage mon avis

    07 h 34, le 24 juin 2022

  • QUE N,ENTENDRAIT-ON ENCORE DE CES INCOMPETENTS, CORROMPUS, VOLEURS ET MAFIEUX. IL NE RESTE QU,A COUPER LE PAIN. LIBANAISES/LIBANAIS, IL N,EST JAMAIS TROP TARD DE SE SOULEVER D,UN BLOC ET D,IMPOSER LE CHANGEMENT EN DEGAGEANT ET JUGEANT AVANT TOUT TOUTE CETTE CANAILLE DE GOUVERNANTS ET DE ZAIMS ET CORROMPUS ENRICHIS DE TOUTES SORTES ET DE TOUS BORDS.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    20 h 31, le 23 juin 2022

  • L'office des eaux est entrain de vivre d'aumônes. Ashrafieh est privée d'eau depuis 5 jours. Avec les pénuries de toutes sortes, eau, électricité, médicaments, pain, les restrictions bancaires de plus en plus sévères, on se demande à quoi sert d'avoir un semblant d'Etat qui est en fait un chimère.

    Esber

    19 h 19, le 23 juin 2022

Retour en haut