Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Littérature

Le revival d’Agatha Christie... auprès des « millenials »

Elle a disparu en 1976 à l’âge de 85 ans. La « reine du crime » réapparaît aujourd’hui à une adresse qui lui était inconnue : #Agathachristie, telle une énigme inédite concoctée par Hercule Poirot... À suivre et résoudre.

Le revival d’Agatha Christie... auprès des « millenials »

Agatha Christie continue de créer la surprise. Photo Creative Commons

« Cette fois, j’arrive à #AtoZChallenge avec l’un de mes romans préférés, Curtain, d’Agatha Christie, la dernière énigme assignée à Hercule Poirot » confie Njkinny, jeune participante à cette rencontre littéraire en ligne. Elle est non seulement dévoreuse de livres mais s’est aussi engagée à « apporter la génialité de certains ouvrages devant le monde entier ». Et pour elle, ce titre en est aujourd’hui un bel exemple. Ailleurs, Shashwata Roy, 17 ans, étudiant à l’université indienne de Calcutta et fan d’espace et d’informatique, a tweeté récemment un message rappelant la nécessité de lire le roman d’Agatha Christie, Le meurtre de Roger Ackroyd. Il ajoute qu’il prévoit de lire tous ses romans, « car sa manière unique de raconter des histoires est quelque chose de si rare de nos jours ». De médias en médias et de réseaux sociaux en réseaux sociaux, la reine du crime parfait règne plus que jamais auprès d’une audience encore plus jeune. Car bien que la vente de ses œuvres se maintienne en troisième position, après la Bible et le tout-Shakespeare, elle a fait tomber dans son filet un nouveau lectorat inattendu, les « millénials ». Qui aurait cru que cette génération serait à ce point amatrice d’arsenic et de vieilles dentelles…

Le coussin assorti au pyjama signé Karen Mabon. Photo tirée du site de Karen Mabon

Une réincarnation sur les réseaux sociaux

La lecture d’Agatha Christie semble peut-être d’un autre âge aux yeux de certains. Mais ses oeuvres, dont les intrigues sont souvent résolues par une dame britannique âgée ou un détective belge pointilleux, l’ont propulsée au rang de star sur TikTok. Les amateurs la retrouvent sous le hashtag #AgathaChristie qui a enregistré plus de 26 millions de visiteurs. Au-delà de ses intrigues, ces nouveaux accros sont séduits par le style d’écriture de la reine du crime qu’ils trouvent pertinent et accessible. En témoignent les différentes manifestations sur les réseaux sociaux et notamment sur Instagram où les fans ont l’embarras du choix entre plusieurs « book clubs » et un état des lieux fourmillant de détails sur sa vie et ses œuvres. Sans compter les aficionados qui ont été jusqu’à adopter son look vestimentaire. Selon James Prichard, arrière-

petit fils d’Agatha Christie, qui gère ses droits littéraires et médiatiques, il y a, certes, une augmentation des ventes de ses livres, mais il rappelle qu’elle avait également connu un pic de popularité après la sortie de la version cinématographique, parue en 2017, du Crime de l’Orient-

express, avec le grand acteur britannique Kenneth Branagh en Hercule Poirot. Même phénomène cette année avec l’adaptation sur grand écran de son roman Mort sur le Nil. Paru en février dernier, ce film mettant une nouvelle fois en tête d’affiche Branagh en Poirot, face à la vedette féminine Gal Gadot, a rapporté plus de 137 millions de dollars dans le monde, selon le Box Office Mojo. Aux États-Unis, la vente des livres d’Agatha Christie a connu une augmentation de 39% au premier trimestre par rapport à la période de l’année dernière, selon BookScan.

Rappelons que l’auteure, décédée en 1976 à l’âge de 85 ans, reste célèbre pour ses histoires complexes, ses intrigues intelligentes et ses pistes jalonnées de faux indices. Elle a signé 72 romans, 150 nouvelles et plus de 20 pièces de théâtre au cours d’une carrière s’étalant sur cinq décennies. Son nom de plume est associé à celui de ses deux héros : Hercule Poirot, détective professionnel belge, et Miss Marple, détective amateur.

Le pyjama Agatha Christie, une création de Karen Mabon. Photo tirée du site officiel de Karen Mabon

« Cozy mystery » et pyjama siglé Agatha Christie

L’une des écrivaines les plus importantes et les plus novatrices du genre policier, qui a largement mérité le surnom de la reine du crime, compte à son actif plusieurs romans de genres différents, parmi lesquels des histoires sentimentales, parues sous le pseudonyme de Mary Westmacott. Mais Agatha Christie a également eu ses détracteurs. Notamment de la part de son rival américain, le célèbre auteur de romans policiers Raymond Chandler, qui trouvait ses romans irritants, ses personnages faux et ses indices truqués. Toutefois, envers et malgré l’auteur et le détective de sa création, Philip Marlowe, la reine anglaise du crime a vendu, en 1956, plus de 50 millions d’exemplaires de ses titres dans le monde. Paradoxalement, les Millénials paraissent ne pas connaître Raymond Chandler. « Qui est-ce ? Je n’ai jamais entendu parler de Raymond Chandler », avait ainsi avoué à un libraire, Ari DiDomenico, 17 ans et fan de Christie, selon un article paru récemment dans le Wall Street Journal. C’est aussi le souffle « cozy mystery » présent chez Agatha Christie, qui trouve un grand écho chez les jeunes. Il s’agit là d’un sous-genre du roman policier dans lequel le sexe et la violence se jouent en arrière-plan et où le détective y est plutôt un amateur. Le crime et l’enquête se déroulent dans une petite communauté. Le cozy mystery s’oppose ainsi à la fiction dure, dans laquelle plus de violence et de sexualité explicites sont au cœur de l’intrigue. « Last but not least », pour savourer encore plus ce suspense intimiste, on peut, avant d’attaquer un titre de cette veine, se glisser dans un pyjama de soie baptisé Agatha Christie, dont le tissu est orné de la représentation d’une série de ses livres. Il a été conçu et réalisé par la designer anglaise d’accessoires d’intérieur, Karen Mabon, qui l’a assorti avec un coussin. Pour un cocooning assuré au fil des pages.


« Cette fois, j’arrive à #AtoZChallenge avec l’un de mes romans préférés, Curtain, d’Agatha Christie, la dernière énigme assignée à Hercule Poirot » confie Njkinny, jeune participante à cette rencontre littéraire en ligne. Elle est non seulement dévoreuse de livres mais s’est aussi engagée à « apporter la génialité de certains ouvrages devant le monde...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut