Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Le Hezbollah et Amal appellent leurs partisans à cesser les convois en moto

Le Hezbollah et Amal appellent leurs partisans à cesser les convois en moto

Des partisans du Hezbollah, drapeaux du parti chiite à la main, paradent en moto à Nabatiyé, au Liban-sud, le 15 mai 2022 le jour des élections législatives. Photo REUTERS/Issam Abdallah

Les bureaux politiques du mouvement Amal et du Hezbollah ont appelé mercredi leurs partisans à "cesser d'organiser des convois en moto" à travers le Liban, plusieurs rassemblements du genre ayant été signalés avant, pendant et après les législatives de dimanche, provoquant parfois des tensions. Cette directive intervient quelques heures avant un nouveau discours du chef du Hezbollah, prévu ce soir à 20h30. 

Dans un communiqué conjoint, les partis chiites appellent à "cesser d'organiser des convois en moto, afin de ne pas se diriger dans des lieux où le succès électoral peut être perturbé", en allusion aux quartiers chrétiens voisins où des partisans des Forces libanaises de Samir Geagea sont présents. Le tandem chiite affirme toutefois "comprendre les sentiments de ses partisans après toutes les provocations et les charges" contre eux et affirme soutenir "toutes les manifestations de joie et d'allégresse consécutifs aux résultats des élections".

Mais après le vote de dimanche, le duo chiite en appelle au calme. "Le scrutin est passé, et ce qu'il faut aujourd'hui c'est le retour au dialogue et à la rencontre pour sortir de la situation économique étouffante", indique le communiqué. "Il ne faut pas avoir des comportements qui puissent être qualifiés de provocants par les autres bords", poursuivent les deux formations, qui appellent également l'armée libanaise à empêcher les coups de feu et à "arrêter les contrevenants quels qu'ils soient, tout comme ceux qui ont tiré sur des sympathisants d'Amal et du Hezbollah ces dernières heures".

Le scrutin législatif a consacré deux grands vainqueurs, au détriment du Hezbollah : les Forces libanaises, qui deviennent le premier parti chrétien au sein de l’Assemblée (19 sièges), mais aussi les mouvements issus de la contestation qui obtiennent 13 sièges. Deux évolutions qui font perdre au Hezbollah et à ses alliés leur majorité au Parlement.

Lundi, Mohammad Raad, chef du groupe parlementaire du Hezbollah dans le Parlement sortant, avait reconnu implicitement le revers de son camp à l'issue du scrutin de dimanche et avait à cette occasion mis en garde ses rivaux à l'Hémicycle. "N'attisez pas les flammes de la guerre civile", avait-il lancé à ses adversaires.


Les bureaux politiques du mouvement Amal et du Hezbollah ont appelé mercredi leurs partisans à "cesser d'organiser des convois en moto" à travers le Liban, plusieurs rassemblements du genre ayant été signalés avant, pendant et après les législatives de dimanche, provoquant parfois des tensions. Cette directive intervient quelques heures avant un nouveau discours du chef du Hezbollah,...