Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

"L'entente est proche" entre l'Iran et l'Arabie saoudite, selon l'Irak

Les drapeaux de l'Arabie saoudite et de l'Iran. Photo d'illustration CARL COURT/AFP via Getty Images

Entre l'Iran et l'Arabie saoudite, "l'entente est proche", a estimé le Premier ministre irakien, Moustafa al-Kazimi, dans un entretien publié samedi par le quotidien étatique Al-Sabah, les deux puissances régionales rivales ayant repris leurs pourparlers à Bagdad après une brève suspension.

A l'issue d'un cinquième cycle de pourparlers rassemblant le 21 avril de hauts responsables sécuritaires iraniens et saoudiens, les autorités irakiennes ont multiplié les déclarations optimistes, indiquant qu'une sixième rencontre devrait avoir lieu prochainement et allant jusqu'à espérer à terme une reprise des relations diplomatiques suspendues en 2016.

"Nos frères en Arabie saoudite et en République islamique d'Iran abordent le dossier du dialogue en faisant preuve d'une grande responsabilité, à la hauteur des exigences de la situation actuelle dans la région", a indiqué M. Kazimi dans cet entretien à Al-Sabah. "Nous sommes convaincus que l'entente est proche", a-t-il ajouté. "L'Irak a un intérêt direct à voir se concrétiser l'entente entre les pays de la région pour parvenir à la stabilité régionale". Le Premier ministre a lui-même assisté à la dernière réunion, selon la diplomatie irakienne. "Les pourparlers ont commencé et se poursuivent (...) et pourraient peut-être déboucher sur une restauration des représentations diplomatiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite", avait assuré mardi le porte-parole du ministère irakien des Affaires étrangères, Ahmed al-Sahaf, cité par l'agence de presse étatique INA.

L'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite ont rompu leurs liens en 2016 après l'attaque de missions diplomatiques saoudiennes par des manifestants dans la République islamique à la suite de l'exécution par Riyad d'un célèbre religieux chiite.

Les deux puissances rivales, qui s'accusent mutuellement de déstabiliser le Moyen-Orient, ont cependant entrepris des négociations rendues publiques pour la première fois en avril 2021.

En mars, la presse iranienne avait fait état d'une "suspension" du dialogue après que Riyad a annoncé l'exécution de 81 personnes pour des crimes liés au "terrorisme", notamment des hommes liés aux rebelles Houthis au Yémen, appuyés par l'Iran dans leur guerre face aux forces gouvernementales soutenues par Riyad. Début mars, le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane, avait défendu une politique de "coexistence" avec l'Iran. Une déclaration saluée alors par le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir-Abdollahian, qui y avait vu une "volonté" de Riyad de rétablir les liens avec son pays.


Entre l'Iran et l'Arabie saoudite, "l'entente est proche", a estimé le Premier ministre irakien, Moustafa al-Kazimi, dans un entretien publié samedi par le quotidien étatique Al-Sabah, les deux puissances régionales rivales ayant repris leurs pourparlers à Bagdad après une brève suspension.A l'issue d'un cinquième cycle de pourparlers rassemblant le 21 avril de hauts responsables...