Rechercher
Rechercher

Politique - Conseil des ministres

Le gouvernement charge le CDR de démolir les silos du port de Beyrouth

Les parents de victimes de l’explosion au port et l’ordre des ingénieurs ont observé hier un sit-in pour protester contre cette décision.

Le gouvernement charge le CDR de démolir les silos du port de Beyrouth

Les silos endommagés du port de Beyrouth, le 14 avril 2022. Photo Matthieu Karam

Nouveau coup dur pour les familles des victimes de l’explosion du 4 août 2020 : le gouvernement de Nagib Mikati, réuni en Conseil des ministres au palais présidentiel de Baabda, a chargé le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) de détruire les silos à grains du port de Beyrouth, gravement endommagés par la déflagration.

« Le CDR a été chargé de superviser la démolition des silos à blé au port de Beyrouth. Le ministère de la Culture a pour sa part été chargé d’ériger un mémorial sur place », a indiqué le ministre de l’Information Ziad Makari, à l’issue de la réunion présidée par le chef de l’État Michel Aoun, qui a duré deux heures et demi. Il n’a pas donné toutefois de date exacte pour la démolition de la structure.

Avant de prendre sa décision, le gouvernement a examiné un rapport technique dressé par la société Khatib & Alami sur ces silos. Le cabinet avait récemment approuvé une première fois leur destruction avant que le ministre de la Culture Mohammad Mortada ne crée la surprise en affirmant les avoir classés comme monument historique pour les préserver. Toutefois, le ministre était revenu sur sa décision, ce qui a donc finalement donné le feu vert à leur destruction.

Les proches des plus de 220 morts et 6 500 blessés du drame s’opposent en majorité à cette initiative, affirmant que les autorités cherchent à faire oublier la tragédie avant même que justice ne soit faite. Ils ont d’ailleurs observé hier un sit-in à 5h devant le port pour protester contre la décision du gouvernement, en coopération avec l’ordre des ingénieurs qui appuie leur position.

« L’ordre des ingénieurs est en train de préparer une étude sur les moyens de conserver les silos, en coopération avec nous », déclare à L’Orient-le Jour William Noun, dont le frère qui était pompier a été tué dans l’explosion. Il ajoute : « Cette étude montrera en substance que la partie des silos qui serait en danger d’effondrement peut être traitée de manière à conserver l’ensemble de la structure. »

Lire aussi

Si les silos de Beyrouth pouvaient parler...

Divina Aboujaoudé, membre du conseil de l’ordre des ingénieurs et présidente de la branche des architectes consultants, nous explique que l’ordre a accueilli deux experts, dont l’un avait travaillé avec le bureau de consultants d’Emmanuel Durand sur la partie fragilisée de ces silos ayant subi de plein fouet l’impact de la double explosion. Ces experts, selon elle, ont déjà donné leurs conclusions. « Ils pensent qu’il n’y a pas de risque d’effondrement immédiat, d’autant plus que la zone des silos est désertée actuellement », explique-t-elle. « Pour ce qui est des solutions à long terme à la partie fragilisée, c’est une question qui nécessite des études beaucoup plus approfondies et un budget plus conséquent. Nous avons lancé le processus de recherche d’un budget, mais cette décision nous prend de court » , poursuit-elle.

Interrogé sur le timing de la décision gouvernementale, William Noun ne se fait aucune illusion sur les motivations du gouvernement. « Ils font très vite dès qu’il s’agit de prendre une décision pareille, lance-t-il non sans ironie. Je suis convaincu que leur motivation profonde est de faire disparaître ce symbole de la tragédie, afin de faciliter l’oubli auprès de la population. D’autant plus que les responsabilités n’ont pas encore été établies, que justice n’a pas encore été rendue et que les yeux des investisseurs sont déjà braqués sur la reconstruction du port détruit. »

Divina Aboujaoudé elle aussi ne comprend pas l’urgence de démolir les silos, d’autant plus que le gouvernement se montre prêt à débourser une somme substantielle pour cette opération alors qu’il est à peine capable d’assurer le blé à une population appauvrie, dans un pays en crise économique. « Pourquoi cette précipitation à faire disparaître ces importants symboles de l’explosion ? » se demande-t-elle.

Que reste-t-il à faire face à une décision sans équivoque ? « Nous sommes conscients d’avoir affaire à des responsables qui ne sont pas responsables, affirme William Noun. Voilà pourquoi nous allons bloquer la route des bulldozers le jour venu. Il n’y a rien d’autre à faire. »

La visite du pape et les législatives

Sur un autre plan, le gouvernement a chargé hier pendant la réunion le ministre du Tourisme Walid Nassar de diriger un haut-comité pour organiser la visite du pape François au Liban les 12 et 13 juin. Jusque-là, le Vatican n’a toujours pas communiqué de date officielle pour ce déplacement, contrairement aux autorités libanaises.

En début de réunion, le chef de l’État a abordé la question des législatives du 15 mai. « Nous sommes à un mois des élections, et certains continuent de douter de la tenue du scrutin. Je réitère que ces législatives auront lieu à la date prévue, et des crédits supplémentaires ont été approuvés pour cela », a affirmé Michel Aoun aux ministres. Le chef du gouvernement a, lui aussi, indiqué que les législatives auront lieu à la date prévue. « Nous sommes engagés dans ce sens, et les crédits nécessaires sont assurés », a-t-il souligné.

L’affaire sensible des nominations et permutations diplomatiques, qui n’a toujours pas fait l’objet d’un accord entre le président de la République et le Premier ministre, n’a pas été abordée lors de la séance.

Il convient de signaler que parallèlement à la réunion du cabinet, des enseignants de l’Université libanaise, qui réclament entre autres leur titularisation, ont manifesté près du palais de Baabda.

Nouveau coup dur pour les familles des victimes de l’explosion du 4 août 2020 : le gouvernement de Nagib Mikati, réuni en Conseil des ministres au palais présidentiel de Baabda, a chargé le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) de détruire les silos à grains du port de Beyrouth, gravement endommagés par la déflagration. « Le CDR a été chargé de superviser...
commentaires (3)

En fait, c'est detruire les pieces a conviction....

IMB a SPO

14 h 57, le 15 avril 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • En fait, c'est detruire les pieces a conviction....

    IMB a SPO

    14 h 57, le 15 avril 2022

  • Hello la Rédaction, Pour éviter toute confusion concernant mon travail et l'utilisation de mon nom par d'autres j'invite à lire mes rapports qui sont tous publics. Merci! https://linktr.ee/sinavolunteers

    Emmanuel Durand

    12 h 24, le 15 avril 2022

  • On a tiré une balle sur les morts !

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 59, le 15 avril 2022

Retour en haut