Rechercher
Rechercher

Campus - MARCHÉ FINANCIER

À l’USJ, un club étudiant pour se familiariser avec le trading

Depuis 2020, un club universitaire permet à plus de 60 étudiants en provenance des facultés de sciences économiques (FSE), de gestion et management (FGM) et d’ingénierie (FI), à l’USJ, de découvrir le marché financier.

À l’USJ, un club étudiant pour se familiariser avec le trading

Cyril Smaira, étudiant en 5e année de génie civil et président du Club de trading à l’USJ : « Il s’agit de savoir où et quand prendre des risques, en étudiant la réversibilité de chaque pas. » Photo DR

Unique en son genre au Liban selon son fondateur, le Club de trading de l’USJ (UTC) vise à développer le potentiel de jeunes universitaires intéressés par le vaste monde du marché financier en leur apprenant les bases et les fondements du trading et en leur donnant les occasions d’expérimenter et d’analyser ses processus. Lancé en 2020 à l’USJ par Robert Karam, un jeune diplômé en économie de l’USJ passionné de trading, le club, parrainé par le Dr Georges Andrea, spécialisé en finance, rassemble aujourd’hui plus de 60 étudiants issus des facultés de sciences économiques (FSE), de gestion et management (FGM) et d’ingénierie (FI). « Étudier la psychologie et le comportement des marchés est l’une des motivations principales qui m’ont incité à mettre en place cette petite “société” de traders », confie Robert Karam, 22 ans. Et d’ajouter : « C’est pourquoi j’ai décidé de mettre mon expérience en trading, accumulée au fil des années, au profit des jeunes apprentis pour les lancer dans l’étude de ce marché. » Une mission bien ambitieuse qui exige un degré élevé d’engagement de la part des traders en devenir. « Au début, très peu de membres en étaient réellement conscients », indique Cyril Smaira, étudiant en 5e année de génie civil à l’USJ et président du club, en précisant que le plus grand défi du club est de former une équipe soudée malgré les différences.

Pour aider les membres du club à progresser dans l’étude des marchés de capitaux, l’UTC organise des séminaires et fait appel à de nombreux professionnels en trading pour les animer. Les étudiants ont ainsi l’occasion de perfectionner leurs connaissances financières, de développer leur analyse de la technicité, des indicateurs économiques, de la gestion du risque… Par ailleurs, la pratique leur permet d’expérimenter les techniques apprises tout en leur donnant l’occasion d’y ajouter leur touche personnelle. Ainsi, chacun d’eux conçoit sa propre stratégie, basée sur les méthodes apprises.

Échanges et partages

D’un autre côté, les membres du club se réunissent en ligne une fois par mois pour échanger des idées et partager leurs expériences et ressources. De cette manière, les traders les plus expérimentés partagent leurs connaissances avec les autres et les font profiter de leurs expériences. « Il est essentiel de se lancer des défis en tant que trader ; mais ce qui compte le plus, c’est de ne pas prendre des risques non étudiés dont les répercussions peuvent s’avérer irréversibles et fatales sur le devenir du parcours professionnel du gestionnaire », alerte le président du club, avant d’expliquer : « En limitant le capital investi, on peut gérer les risques. La diversification du portefeuille, grâce à des investissements multiples tels que les actions, les commodités (comme l’or) ou encore la cryptomonnaie, peut aussi être une solution. »

Lire aussi

Des étudiants de l’AUB veulent combler le fossé entre les genres sur Wikipédia

Outre la formation des membres et leur encadrement, le club permet d’un autre côté de promouvoir « l’image réelle du trading », comme le précise Cyril Smaira en indiquant que de nombreuses personnes ont une idée fausse du trading. « Il ne s’agit pas d’un moyen de divertissement ou d’un investissement facile qui permet de s’enrichir rapidement », corrige le jeune étudiant de 23 ans. « C’est une profession qui exige une curiosité intellectuelle, de la pertinence, du sang-froid, une analyse économique basée sur la statistique et les probabilités et enfin une pratique rationnelle afin d’écarter tout risque de perte », indique-t-il encore, soulignant que « les pouvoirs du marché financier sont souvent mal interprétés par les traders, d’où l’importance d’une bonne coopération entre les membres du club ». Et de conclure : « Le trading est un monde en lui-même. Il implique de grands risques et exige par conséquence des prises de décision cruciales qui déterminent aussi bien les gains que les pertes. »



Unique en son genre au Liban selon son fondateur, le Club de trading de l’USJ (UTC) vise à développer le potentiel de jeunes universitaires intéressés par le vaste monde du marché financier en leur apprenant les bases et les fondements du trading et en leur donnant les occasions d’expérimenter et d’analyser ses processus. Lancé en 2020 à l’USJ par Robert Karam, un jeune diplômé...

commentaires (1)

C'est triste de former les jeunes cadres libanais du futur à des techniques de court terme (plus-value et enrichissement avec un simple clic) au lieu de les former aux analyses et aux prises de décision dans le long terme. Le "short termisme" est la grande plaie économique, avec la corruption, qui ont saigné le Liban depuis plus de cinquante ans. Il est d'autant plus étonnant que cette formation se déroule dans un lieu de culture et de formation qui s'inspire d'Ignace de Loyola.

Simon Manassa

09 h 44, le 03 mars 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • C'est triste de former les jeunes cadres libanais du futur à des techniques de court terme (plus-value et enrichissement avec un simple clic) au lieu de les former aux analyses et aux prises de décision dans le long terme. Le "short termisme" est la grande plaie économique, avec la corruption, qui ont saigné le Liban depuis plus de cinquante ans. Il est d'autant plus étonnant que cette formation se déroule dans un lieu de culture et de formation qui s'inspire d'Ignace de Loyola.

    Simon Manassa

    09 h 44, le 03 mars 2022

Retour en haut