Rechercher
Rechercher

Politique - Analyse

Pourquoi Hariri a choisi de se « saborder »

Et si la mise en veilleuse du courant du Futur était un lever de rideau sur la confrontation finale...

Pourquoi Hariri a choisi de se « saborder »

L’ancien Premier ministre Saad Hariri quelques minutes avant l’annonce de son retrait de la vie politique libanaise, le 24 janvier 2022, à Beyrouth. Anwar Amro/AFP

Tout a été dit au cours des derniers jours sur les raisons qui ont poussé Saad Hariri à rendre officielle sa décision – prise il y a quelque temps déjà – de mettre fin à son engagement politique personnel et à celui de sa formation, à quelques mois...

Tout a été dit au cours des derniers jours sur les raisons qui ont poussé Saad Hariri à rendre officielle sa décision – prise il y a quelque temps déjà – de mettre fin à son engagement politique personnel et à celui de sa formation, à quelques mois...

commentaires (21)

Une occasion manquée malheureusement par Saad Hariri : L’élégance d’une sortie accompagnée d’une reconnaissance et d’une recommandation à ses électeurs potentiels de se joindre à l’opposition. Paul Sidani

Paul SIDANI

15 h 24, le 14 février 2022

Tous les commentaires

Commentaires (21)

  • Une occasion manquée malheureusement par Saad Hariri : L’élégance d’une sortie accompagnée d’une reconnaissance et d’une recommandation à ses électeurs potentiels de se joindre à l’opposition. Paul Sidani

    Paul SIDANI

    15 h 24, le 14 février 2022

  • Je vous avais envoyé mon commentaire vers 15h aujourd’hui et je note qu’il n’a pas été publié? Je doute que vous ne l’ayez pas reçu. Tel que noté par d’autres lecteurs, on se demande qui sont vos modérateurs et sur quelle base ils décident de ne pas publier même en tenant compte de votre fameuse charte de modération qui remonte à plus de 20 ans et totalement dépassée dans le contexte actuel... C’est vraiment insultant pour vos lecteurs et ayez au moins l’amabilité de leur envoyer un e-mail explicatif et ne pas les traiter comme des enfants immatures qu’on punit.... Dans cette atmosphère morbide et scandaleuse que se trouve le pays, permettez au moins un défoulement sain et des avis un peu plus nuancés dans les commentaires sans les considérer nécessairement des insultes personnelles d’autant que certains de vos éditorialistes n’y vont pas de main morte à cet égard... Si cette attitude persiste, sachez que beaucoup d’entre nous vont déserter vos colonnes! Merci de publier

    Saliba Nouhad

    19 h 35, le 27 janvier 2022

  • PRESQUE TOUS LES ARTICLES D,AUJOURD,HUI SONT DES ANALYSES CAD DES SUPPOSITIONS VUES PAR CHACUN. POINT DE NOUVELLES REGIONALES ET SURTOUT MONDIALES ET DIEU SAIT QU,IL Y EN A DES TAS. LA CRISE DE L,UKRAINE DEVRAIT ETRE PRESENTE TOUS LES JOURS CAR IL EN VA DE LA PAIX MONDIALE. ET TANT D,AUTRES NOUVELLES INTERNATIONALES DES PLUS INTERESSANTES. OLJ, QUE SE PASSE-T-IL CHEZ VOUS ? POURQUOI CETTE DECADENCE ?

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    19 h 32, le 27 janvier 2022

  • Ceci dit, il aura eu le double mérite de reconnaître ses erreurs et de se retirer de la scène politique, même s’il a qualifié ce retrait “une suspension”.

    Helou Youssef

    18 h 05, le 27 janvier 2022

  • Les raisons de ce repli sont autant internes qu’externes. Un cumul de différentes causes proches et lointaines, citées par différentes sources. En réalité, c’est un parti qui a perdu de vue son véritable projet, ce qui explique sa politique et son parcours incohérents.

    Helou Youssef

    18 h 02, le 27 janvier 2022

  • Hariri l'a dit dans son discours, qu'il fuyait la confrontation à tous les tournants. Mais, ce qui n'est pas sain par la suite, c'est que nombre de "futuristes", commencent leurs attaques contre les forces libanaises et leur chef, de façon inacceptable et illogique, comme pour prendre une revanche mal calculée. Il reste à Hariri lui-même de faire taire ces langues nocives pour lui avant de l'être pour l'autre. Ils se trompent d'adresse effectivement.

    Esber

    14 h 52, le 27 janvier 2022

  • De grâce, arrêtez de critiquer ce malheureux ! Lui, au moins, a eu le courage d'avouer ses fautes et ses faiblesses, et de quitter un domaine dans lequel il n'a pas réussi. Qui d'autre, parmi tous ces "responsables politiques", a eu le courage de le faire publiquement ? Tous ceux qui ont amené le Liban à la catastrophe actuelle...ne savent faire qu'une chose: rejeter la faute sur les autres. Il suffit d'assister aux émissions de télé et d'écouter et de voir ces "responsables" de tous bords politiques et même religieux se pavaner et se justifier sans aucune gêne et regrets...!!! - Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 39, le 27 janvier 2022

  • La tiédeur tue!

    Wow

    13 h 44, le 27 janvier 2022

  • Quel Gloubi-boulga! il se saborde parce qu'il ne sait rien faire d'autre! Il faut regarder les choses en face, Saad Hariri n'a rien reussi en 20 ans, ni professionnellement ni politiquement.

    Ventre-saint-gris

    10 h 25, le 27 janvier 2022

  • saad hariri n'a pas "choisi" de se saborder. il en a ete contraint.parce qu'il a enfin realise l'erreur de parcours suivi des le debut de sa carriere politique, etre naif a ce point... croire en la parole de geagea, de aoun de nasroullah et des autres? il n'a realise cela QUE trop tard. comme l'a declare Dr M Allouche,peut etre que hariri pourra revoir beaucoup sa strategie en faisant confiance a certains cadres-serieux- dont Dr. Allouche a fait mention.

    Gaby SIOUFI

    10 h 20, le 27 janvier 2022

  • Je ne vois pas plus clair…cependant il est vrai qu’au Liban il n’y a pas de vrai parti politique avec une direction, un programme digne de ce nom. Toutes les formation politiques sont gérées par des familles, des clans de père en fils sans aucune réelle capacité intellectuelle et sans projet pour TOUT le pays.

    Karam Georges

    09 h 21, le 27 janvier 2022

  • Tout a fait d'accord avec la fin de votre papier, c'est plutôt au Hezbollah de s’inquiéter car le retrait de Hariri ne peut bénéficier qu'a ses ennemis. Ça pourrait bien bénéficier les islamistes d'en face et çà n'est pas très bon pour Hassouna et le Liban autre que pour justifier de garder ses armes. Je souligne le mot d'ennemis car c'est ce qu'il a fait de ces concitoyens de par son comportement: Assassinats, invasions, vols, séquestrations, bastonnades, chemises noires, etc... Cependant, il faut noter: 1- Vous cherchez a définir ce qu'est un parti fort. Eh bien c'est simplement celui qui a travers son histoire a résisté a toutes les persécutions qu'elles soient militaires, politiques, sociales, économiques ou même idéologiques et est resté dans ces convictions sans bouger d'un iota, résistant devant l’adversité malgré la faiblesse des moyens matériaux en sa possession. Il n'y a qu'un seul parti qui remplit tous ces critères ce sont les FL. Le Hezbollah semble aussi se construire dans cette lignée sauf que son idéologie, étant étrangère a ce qu'est le Liban et ce que veut le Libanais même Chiite, finira par se désagréger. Enlevez lui ces armes et vous verrez. 2- Concernant les "Zaamat". Ici aussi il n'y a que deux partis qui n'en ont pas c'est encore les FL et le Hezbollah puisque leurs cadres sont élus par la base. Vous pouvez revoir leur statuts qui fonctionnent.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 14, le 27 janvier 2022

  • Qu’essayez vous de dire?

    Zampano

    08 h 52, le 27 janvier 2022

  • Il est mou!

    Nassar Jamal

    08 h 24, le 27 janvier 2022

  • "… sa décision de mettre fin à son engagement politique personnel et à celui de sa formation …" - Il y a quelque chose de dérangeant dans cette affirmation. Qu’il se retire de la vie politique, ça peut se comprendre. Mais qu’il ferme aussi "son" parti (pardon, "son" courant). Attitude typiquement Libanaise, féodaliste, filsàpapatiste (ne cherchez pas, je viens de l’inventer, et on peut y ajouter gendreàbeaupapatiste)… Ma formation c’est moi et moi c’est ma formation. On a un long, très long chemin devant nous avant d’atteindre une quelconque maturité politique dans ce "pays".

    Gros Gnon

    08 h 17, le 27 janvier 2022

  • En 1990 après la fuite honteuse de Michel Aoun à l’ambassade de France puis en France, on disait qu’il s’était mis en retrait pour mieux revenir en force. On a bien vu le résultat.. Un vrai retrait tactique c’est par exemple ce qu’a fait Samir Geagea quand il a retiré sa candidature à la présidentielle pour soutenir Aoun. Si Hariri avait voulu opérer un retrait s’inscrivant vraiment dans une tactique de confrontation du Hezbollah et de son axe, il aurait fait bien autrement. Bien sûr il ne se serait pas présenté ni lui ni son parti étant donné son passé de compromissions-trahisons. Mais surtout il aurait insisté pour la tenue des élections à la date prévue et aurait soutenu des sunnites indépendants mieux faits que lui et son parti pour la confrontation avec l’axe néo-safavide, et enfin il n’aurait pas quitté le pays. Là ce que fait Hariri ressemble vraiment trop à ce qu’à fait Aoun en 1990. Ce n’est pas un retrait pour mieux revenir au combat, c’est un retrait pour mieux revenir aux compromissions, que ce soit du style de Mar Mikhaël ou du style de Doha ou pire encore.

    Citoyen libanais

    08 h 09, le 27 janvier 2022

  • "… Pourquoi Hariri a choisi de se « saborder » …" - Parce qu’il n’a trouvé personne pour le faire?

    Gros Gnon

    07 h 28, le 27 janvier 2022

  • Le seul grand espoir demeure dans l'acte d'accusation.

    Onaissi Antoine

    06 h 10, le 27 janvier 2022

  • Confrontation par quels moyens? Militaires? Sans armes? Par le biais de l'armée? Sauf si c'est à coups d'attentas qui pourraient affaiblir les Fous d' Allah sans pour autant les paralyser comme constaté durant la guerre syrienne. Je ne vois surtout pas Israël s'engager dans la bataille, alors que les Fous d'Allah font très bien leur affaire. Et nous, pris au piège, en attendant de meilleurs jours qui seraient suivis comme à l'accoutumée par une autre guerre.

    Onaissi Antoine

    06 h 05, le 27 janvier 2022

  • Je reste sur ma faim à la fin de la lecture de cet article. Pourquoi un lever de rideau avant la confrontation finale ? L’article a expliqué ce qu’on sait déjà, pour rappeler le contexte. Puis au moment où l’analyse devait être étayée, l’auteur s’empresse de conclure par l’idée qui n’a absolument pas été expliquée…démontrée…il y a une suite?

    NAJJAR Karim

    04 h 18, le 27 janvier 2022

  • JE NE COMPREND RIEN À CE RÉSULTAT "C'EST AU HEZBOLLAH QU'IL REVIENT DE S'EN INQUIÉTER. ! ? TROIS FOIS SAAD HARIRI PREMIER MINISTRE. QU'EST CE QU'IL A FAIT PENDANT TOUTES CES ANNÉES À PART CÉDER PETIT À PETIT LE POUVOIR AU HEZBOLLAH ET À SES MERCENAIRES AOUN ET BASSIL ET SURTOUT BERRY. IL L'A FAIT PLUTÔT PAR IGNORANCE. ET NOTRE AMI ELIE FAYAD VOIT UN RIDEAU ET DERRIÈRE CE RIDEAU IL VOIT DE LA CONFRONTATION FINALE ! WOW ...SAAD VA RESSUSCITER EN CRACK EN POLITIQUE.

    Gebran Eid

    00 h 40, le 27 janvier 2022

Retour en haut