Rechercher
Rechercher

Sport - Tennis / Open d’Australie

Naomi Osaka rend le trophée

La tenante du titre a été sortie hier par la 60e mondiale, Amanda Anisimova.

Naomi Osaka rend le trophée

En 2021, Naomi Osaka avait remporté à Melbourne son quatrième titre du grand chelem avant de sombrer dans la dépression. Pour son retour à la compétition cette année, elle s’était montrée bien dans sa tête et dans son tennis. Mais visiblement pas assez… Elle a été éliminée hier du tournoi. William West/AFP

L’Américaine Amanda Anisimova (60e mondiale) a éliminé hier vendredi Naomi Osaka, et ainsi privé l’Open d’Australie de tennis d’un 8e de finale choc entre la tenante du titre et la n° 1 mondiale Ashleigh Barty. Dans le tableau masculin, Gaël Monfils et Alexander Zverev se sont qualifiés sans avoir encore cédé la moindre manche, alors que Rafael Nadal s’est lui aussi qualifié et que Matteo Berrettini a sorti la pépite espagnole Carlos Alcaraz au super tie-break du 5e set.

En 2021, Naomi Osaka avait remporté à Melbourne son quatrième titre du grand chelem avant de sombrer dans la dépression. Pour son retour à la compétition, elle s’était montrée bien dans sa tête et dans son tennis. Mais pas assez pour battre une Amanda Anisimova en état de grâce et qui a sauvé deux balles de match avant de s’imposer (4-6, 6-3, 7-6 (10/5)). « Je savais que je devais être très forte pour avoir une chance. Je devais élever mon niveau de jeu et être agressive. Je suis tellement heureuse de l’avoir fait », a lancé l’Américaine qui avait déjà atteint les huitièmes à Melbourne en 2019. La même année, elle avait atteint les demi-finales à Roland-Garros. Après avoir créé une première surprise en éliminant la Suissesse Belinda Bencic (22e mondiale) au deuxième tour, Anisimova a encore accroché une victoire de prestige. Et demain dimanche, c’est la n° 1 mondiale australienne Ashleigh Barty qui se dressera donc sur sa route.

Devant son public, Ashleigh Barty a su serrer son jeu pour passer sans encombre son premier test du tournoi et battre (6-2, 6-3) l’Italienne Camila Giorgi (33e mondiale). « Elle frappe très bien la balle et contrôle de façon remarquable le centre du court depuis la ligne de fond. Donc, l’objectif était de la sortir de cette zone », a expliqué Barty, qui s’est notamment appuyée sur son exceptionnel revers slicé et sur un très bon service.

Le joueur français Gaël Monfils (20e mondial) a dominé (7-6 (7/4), 6-1, 6-3), « sans faire un bon match », le Chilien Cristian Garin (19e mondial). À 35 ans, il atteint ce stade d’un Majeur pour la 20e fois de sa carrière, la première depuis l’Open d’Australie 2020. Une alerte physique a failli tout faire dérailler en début de partie : une cheville qui se tord, une chute, un cou récemment atteint de torticolis qui se contracte... Mais, finalement, plus de peur que de mal. Pour une place en quarts, il affrontera demain dimanche le Serbe Miomir Kecmanovic, qui aurait dû être le premier adversaire de Novak Djokovic si le n° 1 mondial n’avait pas été expulsé d’Australie la veille du début du tournoi. Et c’est le n° 77 mondial qui est parvenu en 8es de finale, grâce à une convaincante victoire (6-4, 6-7 (8/10), 6-2, 7-5) hier vendredi sur l’Italien Lorenzo Sonego (26e mondial).

Matteo Berrettini (7e mondial) a remporté, lui, un long bras de fer entre cogneurs face à Carlos Alcaraz (31e mondial), qui a craqué sur une double faute dans le super tie-break pour s’incliner (6-2, 7-6 (7/3), 4-6, 2-6, 7-6 (10/5)). « Il est incroyable !

À son âge, je crois que je n’avais même pas de points ATP », a lancé le vainqueur italien de 25 ans, au sujet de l’Espagnol de 18 ans. En session nocturne de ce troisième tour de l’Open d’Australie, Rafael Nadal (5e mondial) a cédé son premier set du tournoi face au Russe Karen Khachanov (30e mondial), qu’il a néanmoins confortablement vaincu (6-3, 6-2, 3-6, 6-1). En 8es de finale, l’Espagnol de 35 ans affrontera un autre Russe, Aslan Karatsev (15e mondial), ou le Français Adrian Mannarino (69e mondial). Du fond du court ou au filet, il a contré Khachanov, il l’a bougé, il l’a dépassé, il lui a tout fait ! « C’est sûrement mon meilleur match du tournoi », a-t-il d’ailleurs souligné. Il avait déjà impressionné au premier tour en éliminant l’Américain Marcos Giron (66e mondial) pour son retour en grand chelem, après des mois à soigner une blessure à un pied puis un Covid-19 contracté en décembre dernier et qui l’a mis à plat. Puis, au deuxième tour, face à Yannick Hanfmann (126e mondial) dont « le niveau était bien plus élevé que ce qu’indique son classement », selon les propres termes de l’Espagnol. « C’est une semaine très spéciale pour moi. Revenir d’où je viens, ça rend les choses très spéciales », a-t-il souligné, ajoutant que le souvenir de ces mois difficiles ne faisait qu’accroître son énergie.

Dans le tableau féminin, le duel entre l’ex-n° 1 Viktoria Azarenka (désormais 25e mondiale) et l’ex-n° 3 Elina Svitolina (17e mondiale) avait tout d’un choc probable, mais a très vite tourné à une impressionnante domination. « J’ai bien joué tactiquement. Elle défend très bien, alors il fallait que je l’étouffe et c’est ce que j’ai réussi à faire », a commenté Azarenka après avoir balayé l’Ukrainienne (6-0, 6-2) en 1h07. Double lauréate à Melbourne (2012 et 2013), la Bélarusse affrontera pour une place en quarts de finale la Tchèque Barbora Krejcikova (4e mondiale), qui a livré un terrible combat pour battre la Lettone Jelena Ostapenko (27e mondiale), lauréate de Roland-Garros en 2017.

Menée (6-2, 3-1), Krejcikova a fini par s’imposer (2-6, 6-4, 6-4). « Je savais que j’aurais des opportunités sur certains points. Il fallait juste que je les attende et que je les saisisse. Je me disais continue, essaye de rester au contact, essaye de conserver tes jeux de service, essaye de jouer », a-t-elle expliqué. À 26 ans, elle a atteint ou dépassé les 8es de finale de chacun des quatre derniers Majeurs (titre à Roland-Garros, 8es de finale à Wimbledon, quarts de finale à l’US Open et, donc, au moins les 8es de finale à l’Open d’Australie).

Source : AFP


L’Américaine Amanda Anisimova (60e mondiale) a éliminé hier vendredi Naomi Osaka, et ainsi privé l’Open d’Australie de tennis d’un 8e de finale choc entre la tenante du titre et la n° 1 mondiale Ashleigh Barty. Dans le tableau masculin, Gaël Monfils et Alexander Zverev se sont qualifiés sans avoir encore cédé la moindre manche, alors que Rafael Nadal s’est lui aussi qualifié...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut