Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise au Liban

Les restaurateurs appellent les fournisseurs à accepter d'être payés en livres libanaises

Les restaurateurs appellent les fournisseurs à accepter d'être payés en livres libanaises

Une file de voitures, le 7 janvier 2022 rue d'Arménie dans le quartier de Mar Mikhaël où se trouvent de nombreux bars et restaurants beyrouthins. Photo d'illustration Matthieu Karam

Le syndicat des propriétaires de restaurants, cafés, boîtes de nuit et pâtisseries au Liban a appelé les fournisseurs et autres acteurs du secteur à accepter d'être payés en livres libanaises, alors que le pays traverse une grave crise depuis 2019. Il a dans ce contexte critiqué le récent passage à la dollarisation dans le secteur, affirmant que la plupart des établissements "n'ont pas de dollars".

Dans un communiqué publié mardi, le syndicat appelle les fournisseurs à accepter d'être payés "en livres libanaises uniquement et à des prix qui ne soient pas alignés aux taux de change du marché (parallèle)".

"En raison des fluctuations continues du taux de change du dollar par rapport à la livre, certaines des entités avec lesquelles le secteur traite pour faire fonctionner leurs établissements, notamment les fournisseurs, les propriétaires de biens immobiliers ou les avocats, les sociétés de marketing et autres, exigent désormais que tout ou partie de leurs dus soient payés en dollars frais", indique le communiqué.

Le syndicat explique ensuite qu'en tant qu'institutions touristiques, les propriétaires de restaurants, cafés, boîtes de nuit et pâtisseries collectent l'argent en livres libanaises et ne peuvent pas répondre aux demandes de ceux qui exigent des dollars américains. "Nous appelons les syndicats et les parties concernées à se faire payer en livres, et à prendre en compte les conditions financières difficiles que traverse le pays", ajoute le communiqué.

Accablés par des dépenses qu'ils ne peuvent plus se permettre, les restaurateurs demandent depuis l'été dernier l'aide du gouvernement dans une série de domaines, notamment la suppression des taxes et le lancement de programmes et de campagnes touristiques. Ils ont également demandé l'aide du secteur privé en implorant les propriétaires d'être plus indulgents sur les loyers.


Le syndicat des propriétaires de restaurants, cafés, boîtes de nuit et pâtisseries au Liban a appelé les fournisseurs et autres acteurs du secteur à accepter d'être payés en livres libanaises, alors que le pays traverse une grave crise depuis 2019. Il a dans ce contexte critiqué le récent passage à la dollarisation dans le secteur, affirmant que la plupart des établissements "n'ont...