Rechercher
Rechercher

Sport - Tennis / Open d’Australie

Nadal, Osaka et Barty impressionnent

Lauréate à Melbourne en 2020, Kenin éliminée dès le premier tour ; Zverev, Berrettini et Karatsev bataillent.

Nadal, Osaka et Barty impressionnent

Sofia Kenin, lauréate à Melbourne en 2020, a été éliminée hier dès le premier tour de l’Open d’Australie de tennis. Martin Keep/AFP

Rafael Nadal et Naomi Osaka ont déboulé en trombe hier matin au premier jour de l’Open d’Australie de tennis, où leur première prestation était attendue après plusieurs mois d’absence du circuit. Ashleigh Barty a fait de même un peu plus tard, en session nocturne sur le court Rod Laver.

L’Espagnol Nadal et la Japonaise Osaka avaient laissé entrevoir leur bon état de forme lors des tournois de préparation au Majeur australien : le premier a remporté l’ATP 250 de Melbourne et la seconde s’était hissée en demies du WTA 250 de Melbourne avant de déclarer forfait pour une blessure abdominale. Ils ont tous deux confirmé hier : en l’absence de Novak Djokovic, triple tenant du titre expulsé la veille, Nadal est un candidat sérieux pour porter à 21 le record de titres du grand chelem et Osaka, bien que retombée à la 14e place mondiale, est là pour conserver son titre.

« Il est difficile de dire où j’en suis par rapport à mon meilleur niveau », a estimé Nadal (5e mondial), après avoir roulé sur l’Américain Marcos Giron (66e mondial) en trois sets (6-1, 6-4, 6-2). Si le match a duré 1h49 (dont 49 minutes pour la seule deuxième manche), c’est parce que l’Espagnol de 35 ans a commis quelques fautes directes (26), notamment dans le deuxième set (17), qui ont permis à son adversaire de se maintenir un peu plus longtemps sur le court. Mais pas vraiment dans la partie. Puissant, efficace, mobile, Nadal semble bien remis de la blessure au pied qui l’a obligé à mettre un terme à sa saison 2021 début août, ainsi que du Covid-19 qui l’a mis à plat en décembre. « Je joue de mieux en mieux », a-t-il convenu. Le prochain à en juger sera le Grec Thanasi Kokkinakis (103e mondial et invité) ou le qualifié allemand Yannick Hanfmann (126e mondial).

Rafael Nadal s’est facilement défait hier de Marcos Giron, au premier tour de l’Open d’Australie de tennis. Brandon Malone/AFP

Un match sur deux jours

Toujours dans le tableau masculin, l’Allemand Alexander Zverev (3e mondial) a dû s’employer pendant 2h38 pour battre son compatriote Daniel Altmaier (87e mondial) en trois manches (7-6 (7/3), 6-1, 7-6 (7/1)). « C’était le premier match d’un tournoi que j’espère long », a plaidé Zverev, un des prétendants au titre. « Il n’y a que Roger (Federer) ou Rafa (Nadal) qui soit capable de jouer tout de suite à la perfection. Je ne suis pas eux », a-t-il ajouté. De même, l’Italien Matteo Berrettini a lutté contre des crampes d’estomac et de fréquentes visites aux toilettes avant de se qualifier pour le deuxième tour à Melbourne. La tête de série n° 7 a tenu bon pour battre l’Américain Brandon Nakashima (68e mondial) dans une lutte de quatre sets (4-6, 6-2, 7-6 (7/5) 6-3), achevée en 3h10 sur la Margaret Court Arena. Au prochain tour, l’Italien de 25 ans affrontera l’Américain Stefan Kozlov.

Par ailleurs, en session nocturne, le Russe Aslan Karatsev (15e mondial) a mis 4h52 pour venir à bout, malgré 107 fautes directes, de l’Espagnol Jaume Munar (71e mondial), dans un match qui a débuté lundi et s’est terminé mardi en Australie. Le Russe, qui s’était fait un nom l’an dernier en atteignant les demi-finales à Melbourne, s’est imposé (3-6, 7-6 (7/1), 6-7 (3/7), 6-4, 6-4) en dépit du nombre faramineux de ses fautes directes, contre 35 à son adversaire. Mais c’est bien lui qui affrontera au deuxième tour l’Américain Mackenzie McDonald (55e mondial). Contre Munar, le seul troisième set a duré 76 minutes, le deuxième 69 minutes et le quatrième 64 minutes. Et le Russe a conclu la rencontre sur sa première balle de match...

Dans le tableau féminin, Naomi Osaka, elle, a tranquillement écarté la Colombienne Camila Osorio (50e mondiale) en deux sets (6-3, 6-3). Et tant son jeu que son comportement sur le court tendent à prouver que la dépression qui l’a handicapée la saison dernière est passée. « Ce n’est que le premier tour et, ce que je retiens, ce n’est pas la victoire, mais mon état d’esprit », a-t-elle souligné. Désormais, elle s’amuse sur le court, à l’image de ce smash complètement manqué dont elle a souri. « Je suis là parce que je veux être là et parce que je m’amuse. Et que je suis consciente de devoir en profiter tant qu’il en est encore temps », a affirmé la joueuse de 24 ans aux quatre titres majeurs (Open d’Australie 2019 et 2021, US Open 2018 et 2020). Mais parvenir à rire de ses fautes n’est pas encore « automatique », a reconnu l’ex-n° 1 mondiale, expliquant qu’elle était toujours dans le processus de « modifier son état d’esprit ». En tout cas, la plus grande légèreté avec laquelle elle aborde le tennis lui a permis d’ajouter une arme à son arsenal : le revers coupé. « Je l’ai toujours travaillé, mais je ne me sentais pas assez à l’aise pour l’utiliser en match. Mais j’essaye de ne plus vraiment m’en faire si je fais une faute sur un revers coupé et je sais que, petit à petit, je réussirai de mieux en mieux ce coup », a-t-elle expliqué.

De son côté, la joueuse n° 1 mondiale australienne Ashleigh Barty n’a fait qu’une bouchée de l’Ukrainienne Lesia Tsurenko (119e mondiale et issue des qualifications), avalée (6-0, 6-1) en 54 minutes. « C’était propre. J’ai fait du bon boulot, a analysé l’Australienne de 25 ans. J’ai contrôlé avec mon coup droit et je me suis fait plaisir. » Lauréate de deux titres du grand chelem (Roland-Garros 2019 et Wimbledon 2021), elle affrontera au prochain tour une autre joueuse issue des qualifications, l’Italienne Lucia Bronzetti (142e mondiale), qui a écarté au premier tour du tableau principal la Russe Varvara Gracheva (78e mondiale) en trois manches (3-6, 6-2, 6-3).

Blessée au dos, Jabeur se retire

Grosse surprise de ce premier tour, l’Américaine Sofia Kenin, 13e mondiale et lauréate à Melbourne en 2020, a été éliminée par sa compatriote Madison Keys (51e mondiale) en deux sets (7-6 (7/2), 7-5). Keys affrontera au deuxième tour la Belge Greet Minen (84e mondiale) ou la Roumaine Jaqueline Cristian (69e mondiale). Kenin n’est pas la seule joueuse du top 20 à s’être fait piéger lors de ce premier tour de l’Open d’Australie par une rivale mal classée : la pépite américaine Coco Gauff, 16e mondiale à 17 ans, a été surprise d’entrée par la Chinoise Qiang Wang (110e mondiale), qui l’a éliminée en deux manches (6-4, 6-2). C’est le pire résultat de Gauff en trois participations au Majeur australien, où elle avait atteint les 8es de finale en 2020 et le deuxième tour l’an dernier. Son meilleur résultat en grand chelem reste le quart de finale à Roland-Garros en 2021. Wang, qui avait atteint les 8es de finale à Melbourne en 2020, affrontera au prochain tour la Belge Alison Van Uytvanck (55e mondiale).

Par ailleurs, la Tunisienne Ons Jabeur (10e mondiale) s’est retirée à cause de douleurs au dos. L’Open d’Australie est le tournoi où elle s’était révélée en 2020 en devenant la première joueuse arabe à atteindre les quarts de finale d’un Majeur. Jabeur devait affronter hier l’Espagnole Nuria Parrizas (63e mondiale). Cette dernière a donc été opposée à la lucky loser (éliminée au 3e tour des qualifications) roumaine Irina Bara (134e mondiale).

Enfin, aujourd’hui, Garbiñe Muguruza débutera la seconde journée de l’Open d’Australie dans la Rod Laver Arena, où lui succéderont Daniil Medvedev puis Stefanos Tsitsipas. Andrey Rublev, Simona Halep et la lauréate surprise du dernier US Open, Emma Raducanu, feront le spectacle dans la Margaret Court Arena. Andy Murray et Nick Kyrgios débuteront, eux, leur tournoi dans la John Cain Arena.

Source : AFP

Pour concourir en France, tout sportif venant de l’étranger devra être vacciné

Tout sportif, y compris professionnel, qui vient pour une compétition en France, comme prochainement pour le tournoi des Six-Nations de rugby, devra être vacciné pour entrer dans une enceinte sportive, ont indiqué hier lundi des sources gouvernementales françaises. Au lendemain de l’expulsion d’Australie de Novak Djokovic, le gouvernement français a précisé que le passe vaccinal ne s’appliquerait pas uniquement aux sportifs amateurs et professionnels basés en France, mais aussi aux sportifs étrangers qui viennent pour des compétitions. Cette position vient clarifier des propos tenus la semaine dernière par la ministre française des Sports Roxana Maracineanu, qui avait laissé entendre que la bulle sanitaire en vigueur lors du tournoi de tennis de Roland-Garros (22 mai-5 juin) permettrait de recevoir des sportifs non vaccinés venant de l’étranger, à l’instar de Djokovic. Cette obligation d’être vacciné peut signifier qu’il n’y aura plus de bulle sanitaire stricto sensu autour d’une compétition internationale, mais ce n’est pas encore tout à fait tranché. Les prochaines compétitions internationales qui se dérouleront en France sont un tournoi de judo, le Grand Slam (5-6 février), ainsi donc que le tournoi des Six-Nations (5 février-19 mars).


Rafael Nadal et Naomi Osaka ont déboulé en trombe hier matin au premier jour de l’Open d’Australie de tennis, où leur première prestation était attendue après plusieurs mois d’absence du circuit. Ashleigh Barty a fait de même un peu plus tard, en session nocturne sur le court Rod Laver.L’Espagnol Nadal et la Japonaise Osaka avaient laissé entrevoir leur bon état de forme lors...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut