Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Iran

Acquittée, une employée du British Council de retour au Royaume-Uni


Acquittée, une employée du British Council de retour au Royaume-Uni

Aras Amiri, employée du British Council qui était détenue depuis 2019 en Iran. Photo tirée de la page Twitter Free Aras Amiri @AmiriFree

Le British Council, organisme de promotion de la culture britannique à l'étranger, a confirmé mercredi le retour au Royaume-Uni de l'une de ses employées, Aras Amiri, après son acquittement en Iran où elle avait été condamnée en 2019 pour espionnage.

"Nous sommes très heureux de confirmer qu'Aras Amiri, employée du British Council et citoyenne iranienne, a été acquittée par la Cour suprême d'Iran de toutes les charges retenues contre elle, à la suite d'un appel interjeté avec succès par son avocat. Elle a été libérée et est retournée au Royaume-Uni", a indiqué l'institution dans un communiqué.

Ce réseau d'instituts culturels britanniques présents dans 107 pays et qui n'a pas de représentation physique en Iran, avait fait état en mai 2018 de l'arrestation d'Aras Amiri. Cette étudiante iranienne résidant au Royaume-Uni avait été arrêtée alors qu'elle rendait visite à sa famille en Iran. La justice iranienne l'avait condamnée en mai 2019 à 10 ans de prison pour "espionnage" au profit du Royaume-Uni. La Première ministre britannique de l'époque, Theresa May, avait qualifié d' "hautement choquante" cette condamnation. En août 2019, une cour d'appel de Téhéran avait confirmé cette peine.

"Nous avons toujours réfuté les accusations initiales portées contre Aras", a souligné mercredi le British Council qui avait salué en août dernier son acquittement.

Ces dernières années, plusieurs citoyens irano-britanniques ont été emprisonnés en Iran, qui ne reconnaît pas la double citoyenneté. Le cas le plus médiatisé est celui de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une employée de la fondation Thomson Reuters arrêtée en 2016 et condamnée à cinq ans de prison pour participation à des manifestations contre le régime en 2009, ce qu'elle nie. Un mois après avoir fini de purger cette peine, Nazanin Zaghari-Ratcliffe, a été condamnée le 26 avril 2021 à un an de prison et à un an d'interdiction de quitter l'Iran. Son mari, Richard Ratcliffe, qui fait campagne activement pour la libérer, avait établi des parallèles entre les deux femmes, qui furent détenues ensemble à la prison d'Evin. Dans une tribune publiée par le journal The Guardian en 2019, il relevait qu'elles étaient "toutes deux arrêtés alors qu'elles étaient en vacances pour rendre visite à de la famille, toutes deux ciblées pour leurs liens avec le Royaume-Uni" et avaient toutes deux été visées par des "allégations d'espionnage cyniques".


Le British Council, organisme de promotion de la culture britannique à l'étranger, a confirmé mercredi le retour au Royaume-Uni de l'une de ses employées, Aras Amiri, après son acquittement en Iran où elle avait été condamnée en 2019 pour espionnage."Nous sommes très heureux de confirmer qu'Aras Amiri, employée du British Council et citoyenne iranienne, a été acquittée par la Cour...