Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

Pour Riyad, le Hezbollah est une « menace à la sécurité » régionale

Pour Riyad, le Hezbollah est une « menace à la sécurité » régionale

L’ambassadeur d’Arabie saoudite Walid Boukhari. Photo ANI

L’ambassadeur d’Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, a affirmé jeudi que le Hezbollah représente « une menace à la sécurité » régionale, des accusations qui risquent de peser davantage sur les relations déjà tendues entre Beyrouth et Riyad, bête noire du parti pro-iranien. Ces propos interviennent quelques jours après que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a qualifié le royaume saoudien de « terroriste » et accusé de « tenir en otage les Libanais résidant dans le Golfe ». Ces propos virulents avaient poussé le Premier ministre Nagib Mikati et le chef de l’État Michel Aoun à se démarquer de sa prise de position, au moment où Beyrouth tente de résorber la crise diplomatique avec les pays du Golfe, Arabie saoudite en tête.

« Riyad espère que les partis politiques (libanais) feront de l’intérêt suprême de leur pays leur priorité (...) et qu’ils mettront fin à l’hégémonie du Hezbollah sur tous les aspects de l’État », a plaidé M. Boukhari dans un communiqué transmis à l’AFP. « Les activités terroristes du Hezbollah et ses actions militaires dans la région menacent la sécurité nationale des pays arabes », a-t-il ajouté. L’ambassadeur a également appelé le gouvernement libanais à « faire cesser les activités politiques, militaires, sécuritaires et médiatiques qui portent atteinte à la souveraineté du royaume et des pays du Golfe, à leur sécurité et leur stabilité et qui sont en provenance du Liban ».

Réponse « décisive » du Hezbollah

De leur côté, les figures du Hezbollah poursuivent leur joute verbale avec les responsables saoudiens, notamment depuis que le roi d’Arabie Salmane ben Abdelaziz avait appelé lui-même fin décembre les autorités libanaises à « mettre un terme à la mainmise du Hezbollah terroriste sur l’État ». Jeudi soir, le numéro deux du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem, a lancé une nouvelle charge contre le royaume wahhabite. « La réponse du Hezbollah aux accusations saoudiennes sera décisive », a lancé le numéro deux du Hezbollah, accusant le roi saoudien de « tuer ceux qui ne sont pas du même avis que lui, attaquer ses voisins et normaliser ses relations avec Israël ».


L’ambassadeur d’Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, a affirmé jeudi que le Hezbollah représente « une menace à la sécurité » régionale, des accusations qui risquent de peser davantage sur les relations déjà tendues entre Beyrouth et Riyad, bête noire du parti pro-iranien. Ces propos interviennent quelques jours après que le secrétaire général du Hezbollah,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut