Rechercher
Rechercher

Agenda - Ambassades

Un événement solidaire pour marquer la Semaine internationale de la cuisine italienne

Un événement solidaire pour marquer la Semaine internationale de la cuisine italienne

De gauche à droite, Mazen el-Murr, Massimiliano Bugliosi, Nicoletta Bombardiere. Photo DR

« Nous apportons du bonheur à ceux qui en ont le plus besoin. Nous avons préparé un déjeuner comme celui que nous servons à nos familles en Italie », souligne, derrière les fourneaux, Massimiliano Bugliosi, l’un des meilleurs chefs italiens établis au Liban. Samedi, à l’initiative de l’ambassade d’Italie et pour marquer la Semaine internationale de la cuisine italienne, un déjeuner a été offert aux habitants de Geitaoui, en coopération avec l’ONG « Nation Station », qui a vu le jour après l’explosion au port de Beyrouth et qui a, depuis, aidé à la restauration des appartements détruits par le drame du 4 août 2020, a ouvert un dispensaire et qui sert désormais des plats chauds quotidiennement à 250 personnes du quartier.

« Notre prochain projet consiste en l’installation de panneaux solaires pour 150 maisons du quartier, afin que le plus grand nombre d’habitants puisse avoir de l’électricité », note Mazen el-Murr, habitant du quartier et un des fondateurs de Nation Station. Ce jour-là, il servait le vin aux organisateurs et aux hôtes d’honneur, notamment l’ambassadrice d’Italie, Nicoletta Bombardiere, le directeur de l’agence italienne du commerce, Claudio Pasqualucci, et le chef de la section économique, Emanuele d’Andrassi.

Dans ce Liban où plus de 80 % de la population a sombré dans la pauvreté, on a du mal à différencier les organisateurs et leurs invités des bénéficiaires de l’ONG. Ces derniers font partie de ce qui composait la classe moyenne de Beyrouth. Beaucoup d’entre eux avaient un emploi, des projets d’avenir, une vie. Certaines femmes sont venues avec d’élégants foulards autour du cou tandis que des hommes ont opté pour des chemises couleur pastel et des blazers bien coupés. La plupart sont des retraités qui ont épuisé leurs économies ou dont l’épargne, bloquée à la banque, ne vaut plus rien.

Tous sont de vieux locataires de la ville et leurs maisons ont été touchées par l’explosion du port. Ce sont en fait les nouveaux pauvres de Beyrouth.

« Nous avons voulu célébrer différemment cette année la Semaine de la cuisine italienne à travers la solidarité. Nous voulions, par le biais de ce déjeuner, partager la joie. Nous n’oublions pas les personnes qui sont dans le besoin », a déclaré l’ambassadrice d’Italie. « D’autres événements sont prévus plus tard en décembre pour marquer cette semaine de la cuisine italienne. Aujourd’hui, c’est une journée de joie et de partage où des plats italiens, confectionnés comme les plats qu’on sert les dimanches à la maison en Italie, sont servis », a-t-elle ajouté.

« Sur le plan commercial, nous allons organiser en divers points de Beyrouth et de sa banlieue, du 10 au 19 décembre, des expositions et des dégustations pour présenter les meilleurs produits italiens au public libanais », a noté de son côté Claudio Pasqualucci.


« Nous apportons du bonheur à ceux qui en ont le plus besoin. Nous avons préparé un déjeuner comme celui que nous servons à nos familles en Italie », souligne, derrière les fourneaux, Massimiliano Bugliosi, l’un des meilleurs chefs italiens établis au Liban. Samedi, à l’initiative de l’ambassade d’Italie et pour marquer la Semaine internationale de la cuisine...