Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête sur les explosions de Beyrouth

Raï s'en prend aux "juges à la solde des politiciens"

Le patriarche maronite appelle à une enquête "neutre" sur les affrontements de Tayouné. 

Raï s'en prend aux

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, lors d'une messe à Bkerké. Photo ANI

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a dénoncé, dimanche, la nouvelle suspension de l'enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, critiquant avec virulence "certains juges à la solde des responsables politiques", qui "renforcent les doutes" des Libanais sur la justice dans leur pays. 

"En plus du blocage du gouvernement, les activités des juges neutres et courageux sont également entravées", a déploré le patriarche, qui s'est dit "extrêmement inquiet" de ces obstacles, dans son homélie dominicale à Bkerké. Il a critiqué "certains juges qui renforcent les doutes envers la justice en bloquant, suspendant ou gelant l'enquête sur l'explosion du port ou en semant le doute sur ce qu'a accompli" le magistrat Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur le drame du 4 août 2020.

"Avant que la justice ne demande au peuple d'avoir confiance en elle, les juges doivent avoir confiance les uns dans les autres", a-t-il déclaré, qualifiant de "crime" le fait que certains magistrats veulent donner un aspect partisan, confessionnel ou communautaire à la justice", notamment dans les enquêtes sur le port et les affrontements de Tayouné. "Certains juges sont-ils désormais à la solde des responsables, partis et communautés", s'est offusqué le prélat, regrettant que l'enquête sur la double explosion subisse "recours après recours, demande de récusation après demande de récusation, suspension après suspension", tandis que les "esprits des martyrs, les proches des victimes et le monde entier attendent" la justice. 

Lire aussi

À nouveau dessaisi temporairement, Bitar sera-t-il finalement déboulonné ?

L'enquête sur le port a été temporairement suspendue, une nouvelle fois, après que le juge Habib Mezher, président d’une chambre de cour d’appel, qui serait proche du chef du législatif et du mouvement chiite Amal, Nabih Berry, a notifié jeudi le juge Bitar, d’une demande en récusation portée contre lui par l’ancien ministre des Transports Youssef Fenianos. M. Mezher a demandé à M. Bitar son dossier, afin d'étudier une éventuelle récusation. Il ne serait toutefois pas compétent pour trancher sur la demande présentée par M. Fenianos, selon la cour d'appel.

Des proches d'habitants du quartier de Aïn el-Remmané,  détenus pour leur implication présumée dans les affrontements armés du 14 octobre, contre des manifestants d'Amal et du Hezbollah, assistaient à la messe à Bkerké. Ces violences, qui avaient éclaté le 14 octobre en marge d'une manifestation du tandem chiite pour réclamer la récusation du juge Bitar, avaient fait sept morts et 32 blessés. Mgr Raï a, dans ce contexte, appelé à ce justice soit faite "de manière neutre" sur ces événements, alors que les proches des détenus estiment que les arrestations ont été faites de manière arbitraire, dans un seul des camps concernés. "Nous appelons à ce que l'enquête soit rapidement menée et toutes les personnes innocentes soient libérées", a-t-il insisté. 


Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a dénoncé, dimanche, la nouvelle suspension de l'enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, critiquant avec virulence "certains juges à la solde des responsables politiques", qui "renforcent les doutes" des Libanais sur la justice dans leur pays. "En plus du blocage du gouvernement, les activités des juges neutres et courageux sont...

commentaires (3)

Pauvre Patriarche , Pauvre Juge Bitar; Vous êtes tous entouré de personnes au pouvoir malveillantes qui ne recherchent que couvrir la vérité sur l'explosion du port de Beirut.

DRAGHI Umberto

19 h 57, le 07 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Pauvre Patriarche , Pauvre Juge Bitar; Vous êtes tous entouré de personnes au pouvoir malveillantes qui ne recherchent que couvrir la vérité sur l'explosion du port de Beirut.

    DRAGHI Umberto

    19 h 57, le 07 novembre 2021

  • Pas de reformes sans le nettoyage des ecuries d'Augias du corps juduciaire.

    Michel Trad

    17 h 27, le 07 novembre 2021

  • ILS TRAVAILLENT CONTRE LE JUGE BITAR ET BEAU-PERE ET GENDRE SE DEMENENT POUR LEUR COMPTE AFIN D, ANNULER LES LEGISLATIVES. - LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL !

    OLJ, LA CENSURE EST UNE HUMILIATION A VOS ABONNES

    17 h 05, le 07 novembre 2021

Retour en haut