Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient

Chute drastique du débit d’un fleuve en Irak, Téhéran pointé du doigt

Précipitations en berne, construction de barrages en amont en Iran : des responsables en Irak ont déploré hier la chute drastique du débit d’un fleuve arrivant de chez le voisin iranien, un phénomène nuisant à l’agriculture et à la production électrique dans le pays en crise. Cette situation a poussé le ministre irakien des Ressources hydrauliques, Mahdi el-Hamdani, à appeler son gouvernement à déposer une plainte contre Téhéran devant la Cour internationale de justice. Parti d’Iran, le fleuve Sirwan alimente le barrage de Darbandikhan dans le Nord-Est irakien, avant de continuer vers la province agricole de Diyala et de se jeter dans le Tigre. Mais son débit s’est considérablement réduit. « Il y a eu une baisse sans précédent, reconnaît le directeur du barrage de Darbandikhan, Rahmane Khani. Le niveau de l’eau a baissé de 7,5 mètres en un an. » Interrogé sur les causes de cette baisse, il évoque « les faibles précipitations », mais aussi « la création de plusieurs barrages en Iran qui retiennent l’eau et une déviation du fleuve ». Il assure que cette année, son barrage a reçu environ 900 millions de mètres cubes d’eau du fleuve. En temps normal, « la moyenne annuelle est de 4,7 milliards de mètres cubes », souligne-t-il.


Précipitations en berne, construction de barrages en amont en Iran : des responsables en Irak ont déploré hier la chute drastique du débit d’un fleuve arrivant de chez le voisin iranien, un phénomène nuisant à l’agriculture et à la production électrique dans le pays en crise. Cette situation a poussé le ministre irakien des Ressources hydrauliques, Mahdi el-Hamdani, à appeler...

commentaires (1)

RESULTAT D'UNE INFEODATION A UN ENNEMI...A METTRE SUR LE COMPTE DE LA POLITIQUE HYPOCRITE DES UNS ET DES AUTRES, CE QUE LE POUVOIR ACTUEL ESSAIE DE CORRIGER, DE S'EN DEFAIRE UNE FOIS POUR TOUTE

Gaby SIOUFI

10 h 50, le 27 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • RESULTAT D'UNE INFEODATION A UN ENNEMI...A METTRE SUR LE COMPTE DE LA POLITIQUE HYPOCRITE DES UNS ET DES AUTRES, CE QUE LE POUVOIR ACTUEL ESSAIE DE CORRIGER, DE S'EN DEFAIRE UNE FOIS POUR TOUTE

    Gaby SIOUFI

    10 h 50, le 27 octobre 2021

Retour en haut