Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Cri du cœur à l’adresse des écoles catholiques

En ce début de rentrée scolaire certains établissements dépendant du clergé catholique ont eu des réunions avec leurs professeurs pour entendre les revendications et souhaits de ces derniers pour envisager une rentrée scolaire sereine pour tous.

Les revendications des professeurs ne sont que plus basiques et bien évidemment liées à la crise économique et financière récurrente que traverse le Liban : inflation galopante, manque de l’essentiel (essence...). À titre de rappel, en 2017 le ministre de l’Éducation conscient des problèmes financiers du corps enseignant avait demandé que les salaires de ces derniers soient augmentés de six échelons. Les écoles catholiques ont été les seuls établissements à ne pas avoir suivi les directives du ministère de l’Éducation et ont refusé les augmentations consenties au corps enseignant.

À ce jour ce réajustement de salaires fait toujours partie d’une revendication principale des professeurs.

Lors desdites réunions, les responsables des écoles catholiques n’ont trouvé d’autre argument que de prêcher le sacrifice (vivre pour l’intérêt des élèves et des établissements scolaires en acceptant de se sacrifier et de ne recevoir ni aide ni augmentation…). Ils ont aussi demandé au corps enseignant d’arrêter de comploter contre eux…

Le sens du sacrifice et du devoir soit !

Mais enfin, comment les professeurs peuvent-ils assurer des cours en présentiel s’ils manquent du minimum vital ? Ils n’ont pas de quoi payer l’essentiel : loyer, électricité, eau, essence, médicaments et j’en passe… Et en plus ils doivent se fournir en masques et produits aseptisants… Comment faire ? Messieurs les responsables religieux (recteurs et autres…) en ces temps difficiles, troubles et incertains pour tous, pourquoi ne pas demander aux parents d’élèves de ne payer que les salaires révisés à la hausse des professeurs et les frais de fonctionnement basiques des écoles ?

Cela aiderait et soulagerait considérablement les parents qui connaissent eux aussi les mêmes problèmes que tous, cela rendrait hommage au corps enseignant qui se dévoue corps et âme pour les élèves…

Cela grèverait en revanche votre budget (mais en des temps pas si lointains, vos finances ont toujours été florissantes)… mais aussi vous pourriez faire une exception à la règle en faisant le sacrifice des frais scolaires non indispensables sachant que de surcroît vous avez reçu il y a peu des aides conséquentes de la France.

En faisant cela, les écoles catholiques assureraient toujours un excellent niveau et beaucoup de professeurs ne déserteraient plus leurs postes (comme cela se fait aujourd’hui).

Par pitié arrêtez de demander aux gens qui ont beaucoup de frais de se sacrifier. Redonnez à vos professeurs envie, dignité, considération et fierté d’être présents et d’œuvrer pour le bien des futures générations…

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


En ce début de rentrée scolaire certains établissements dépendant du clergé catholique ont eu des réunions avec leurs professeurs pour entendre les revendications et souhaits de ces derniers pour envisager une rentrée scolaire sereine pour tous.Les revendications des professeurs ne sont que plus basiques et bien évidemment liées à la crise économique et financière récurrente que...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut