Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Levée des subventions : le récit du duel Aoun-Salamé

Le chef de l’État s’estime victime d’un complot majeur de la part des protagonistes traditionnels, y compris de son Premier ministre désigné.

Levée des subventions : le récit du duel Aoun-Salamé

Photo d’archives AFP

La levée des subventions : c’est la décision que le pouvoir en place tente d’éviter, et que les opposants encouragent. C’est ce que le président de la République, Michel Aoun, veut absolument éluder. M. Aoun a été soumis à de fortes pressions internes et internationales pour lever les subventions, mais il n’a pas cédé. Selon des sources diplomatiques occidentales, le chef de l’État avait été précédemment interrogé à ce sujet. Il y avait opposé un refus catégorique et demandé au gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, de les maintenir de quelque manière que ce soit, car il ne souhaitait pas que son mandat connaisse le plus grand effondrement social.

Tout au long des réunions qui se sont tenues au cours des dernières semaines, Michel Aoun a continué à insister sur la nécessité de poursuivre le programme des subventions. Malgré les réticences du gouverneur, un compromis a fixé la subvention au taux de 3 900 livres pour le dollar, à condition que cela se poursuive jusqu’à fin septembre, le gouvernement sortant étant censé dans l’intervalle mettre en place le projet de carte d’approvisionnement.

Lire aussi

Ne nous laissons pas piéger par le débat trompeur sur les subventions

Cependant, la soirée du 11 août annonçait une explosion sociale et politique majeure, lorsque la BDL a publié une circulaire levant les subventions sur les carburants. Cette note a été rendue publique après une réunion à Baabda du Conseil supérieur de la défense (CSD), sous l’égide du président Aoun et en présence de M. Salamé. La décision avait été en fait prise par le conseil central de la BDL, un jour avant la réunion du CSD, tenue en l’absence du Premier ministre sortant, Hassane Diab. Selon ce que confirment des sources politiques, M. Diab rejette lui aussi la levée des subventions. Il a donc justifié son absence en disant qu’il était en contact avec une personne testée positive au Covid-19 pour ne pas avoir à endosser la responsabilité de la décision.

Les sources proches du gouverneur indiquent que ce dernier avait informé tout le monde de la décision prise, y compris le président, et qu’il avait explicitement fait part de la situation au CSD. Nul ne s’y étant opposé, il en a déduit un aval implicite. Or il se trompait. De sources proches de M. Salamé, on estime que le silence de M. Aoun visait à lui tendre un piège destiné à le pousser à annoncer cette décision et donc à justifier son limogeage.

Mikati peu fiable
Depuis le premier jour de la désignation de Nagib Mikati pour succéder à M. Diab, le président Aoun était déterminé à limoger Riad Salamé. Il a demandé au Premier ministre désigné de s’engager dans cette voie en vue de mettre en œuvre l’audit juricomptable de la BDL et à tenir le gouverneur pour responsable. À l’époque, M. Mikati avait répondu que l’audit avait été approuvé par le Parlement et que tous les protagonistes s’y engageaient, mais M. Aoun n’était pas rassuré sur les intentions du Premier ministre désigné. Les sources de la présidence considèrent en effet que M. Mikati a tenté de noyer le poisson et n’a pas fourni de réponse claire. Le chef de l’État a alors continué d’exercer des pressions, tandis que M. Salamé était interrogé par la justice dans le cadre de l’enquête locale le visant notamment pour détournement de fonds et enrichissement illicite. Un second interrogatoire est d’ailleurs prévu en septembre prochain.

Des sources qui suivent l’affaire indiquent que M. Aoun œuvrerait sur deux axes. Si M. Mikati ne s’engageait pas à révoquer le gouverneur lors de la première séance du gouvernement, il y aurait alors une seconde possibilité, celle d’une décision de justice qui mènerait forcément à le mettre à l’écart.

Lire aussi

Ce qu’il faut retenir de l’interview de Riad Salamé

De sources diplomatiques occidentales, on confirme cependant qu’il y a un refus international, notamment américain, de laisser faire M. Aoun dans ce domaine. Washington soutient toujours le gouverneur et refuse que le premier vice-gouverneur, Wassim Mansouri, de confession chiite, prenne le relais. Mais le chef de l’État a trouvé une issue légale à ce problème consistant à nommer un maronite par intérim à la tête de la banque centrale en cas de décision judiciaire.

Parallèlement, les négociations pour former un gouvernement se poursuivent, M. Salamé sent le danger et M. Aoun veut coincer M. Mikati pour obtenir la destitution du gouverneur en échange de la formation de son gouvernement. Bien entendu, M. Salamé bénéficie du soutien de diverses forces politiques, surtout celui du courant du Futur de Saad Hariri, des anciens Premiers ministres, du président de la Chambre, Nabih Berry, et des États-Unis. Toutes ces forces et d’autres soutiennent la démarche de levée des subventions et considèrent que les marchandises subventionnées sont introduites en contrebande en Syrie et que le régime syrien en profite. M. Salamé est dans l’impasse, il renifle le danger, décide alors de retourner la situation face à M. Aoun et annonce la fin des subventions.

De multiples sources, certaines proches du Hezbollah et d’autres du président de la République, confirment que la décision de Riad Salamé de lever les subventions est convenue entre lui et Nagib Mikati, et qu’elle a l’aval de M. Berry. Le Premier ministre désigné a ainsi préféré décharger son gouvernement de cette tâche, en laissant à celui de Hassane Diab le soin de s’en acquitter. Des sources proches du Hezbollah indiquent que la décision de M. Salamé et l’accord conclu entre lui et Nagib Mikati sont le fruit d’une coordination avec les Américains et les Français qui veulent la levée des subventions et considèrent cette levée comme un mal nécessaire, tout comme les protagonistes politiques libanais l’avalisent dans le but de porter le coup de grâce au mandat de Michel Aoun.

Le « putsch »
Des sources proches du chef de l’État affirment que l’action de M. Salamé est une opération vindicative contre M. Aoun et contre toutes les tentatives pour le traduire en justice. On reproche de mêmes sources à M. Mikati d’avoir suggéré une atmosphère positive devant le chef de l’État, alors qu’en réalité, il avait conclu en sous-main un accord avec le gouverneur, ce que le président a considéré comme un coup de poignard dans le dos. D’autre part, des sources politiques opposées à Michel Aoun disent qu’il a fermé les yeux sur la décision de M. Salamé de lever les subventions, car il voulait en profiter pour l’écarter en poussant la population à s’insurger contre cette décision. Quelques heures après que la décision a été prise, le président a senti venir un coup d’État, et le chef du Courant patriotique libre n’a pas tardé à considérer le geste comme un putsch dont l’objectif est d’entraver la formation du gouvernement. Le lendemain de la décision, M. Aoun a convoqué le gouverneur au palais présidentiel et lui a demandé de revenir sur sa décision, mais ce dernier a refusé, réclamant à cette fin une loi permettant de toucher aux réserves obligatoires.

Lire aussi

Les dernières obsessions de Michel Aoun

Selon ses sources, Michel Aoun est convaincu qu’un grand nombre de ses opposants tente de l’assiéger, il a donc décidé de renverser la donne en appelant à une séance extraordinaire du gouvernement sortant et en envoyant un message au Parlement sur la nécessité de sanctionner le gouverneur. Hassane Diab a refusé d’accepter la tenue de la séance. Au moment où le communiqué de Baabda a été publié, MM. Diab et Mikati se sont accordés à rejeter la décision, ce dont le chef de l’État a eu vent et qui lui a confirmé que Nagib Mikati ne serait pas fiable. De leur côté, les anciens Premiers ministres avaient eux aussi demandé à M. Diab de rejeter l’appel du président. Interrogé, Fouad Siniora déclare à L’Orient-Le Jour : « Le président de la République exerce ses pouvoirs comme il l’entend. Il prétend qu’il est en mesure d’inviter le gouvernement sortant à tenir une séance anticonstitutionnelle, alors qu’auparavant il disait qu’il n’avait pas les prérogatives lui permettant de convoquer le même cabinet, alors en fonctions, pour discuter du dossier du nitrate d’ammonium dans le port, ce qui aurait sauvé Beyrouth de l’explosion dévastatrice. » M. Aoun considère donc ce qui se passe comme un complot majeur contre son mandat par toutes les forces politiques traditionnelles, et il en impute la responsabilité à M. Mikati, aux anciens Premiers ministres et à Nabih Berry. Des sources proches du Hezbollah indiquent que les États-Unis sont intervenus auprès de M. Diab pour l’empêcher de convoquer une réunion extraordinaire. Le message américain à Diab était clair : « Ne jouez pas le jeu. »

Des sources diplomatiques affirment pour leur part que cette démarche a poussé M. Aoun à hausser les enchères avec M. Mikati. Le chef de l’État veut toutes les garanties, la première étant la destitution de Riad Salamé lors de la première séance du Conseil des ministres. Si M. Aoun n’obtient pas ces garanties, il n’acceptera pas de former le gouvernement. « Le président n’est pas sérieux quant à la formation du gouvernement. S’il avait voulu le former, il n’aurait pas demandé au gouvernement sortant de se réunir », tacle Fouad Siniora.

La levée des subventions : c’est la décision que le pouvoir en place tente d’éviter, et que les opposants encouragent. C’est ce que le président de la République, Michel Aoun, veut absolument éluder. M. Aoun a été soumis à de fortes pressions internes et internationales pour lever les subventions, mais il n’a pas cédé. Selon des sources diplomatiques occidentales, le chef...
commentaires (12)

Aoun se croit toujours Président ! mais au fait, Président de quoi et de qui ? A la connaissance du commun des mortels, un Président est au service d’un pays, et pas le contraire. Un Président prend les décisions adéquates pour l’intérêt du peuple et du pays. Un Président défend le peuple quoi qu’il arrive, pas selon ses intérêts personnels ou familiaux. Alors quel Président Mr Aoun prétend-il incarner ? il serait judicieux de nous le dire. L’article de Mr Mounir Rabih, encore lui, nous développe avec excellence comme d’habitude les dessous des cartes, et mentionne entre les lignes les incapacités de Aoun et de son équipe à diriger le pays. Il a pris un Pays qui marchait sur une patte, s’est dépêché de le mettre sur une chaise roulante, puis de le rendre tétraplégique, au point de devoir l’achever faute de soins palliatifs. Le Pays se meurt, tous les indicateurs sont au rouge ; et notre fakhamette El Raïs se prend pour une star qui fait ses caprices. Chaque jour il a une tête de turc différente, tantôt c’est Hariri, puis Diab , Adib et soudainement change de registre, en désignant Riad Salamé. Bref ! L’autre c’est l’excuse récurrente qu’il agite à souhait, quand il n’a pas de réponse à son impéritie pour trouver une solution à ses contradictions incessantes. Accroché à un pouvoir illusionnaire, il se complaît à regarder le Pays s’effondrer à ses pieds sans bouger d’un cil.

Le Point du Jour.

22 h 50, le 17 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Aoun se croit toujours Président ! mais au fait, Président de quoi et de qui ? A la connaissance du commun des mortels, un Président est au service d’un pays, et pas le contraire. Un Président prend les décisions adéquates pour l’intérêt du peuple et du pays. Un Président défend le peuple quoi qu’il arrive, pas selon ses intérêts personnels ou familiaux. Alors quel Président Mr Aoun prétend-il incarner ? il serait judicieux de nous le dire. L’article de Mr Mounir Rabih, encore lui, nous développe avec excellence comme d’habitude les dessous des cartes, et mentionne entre les lignes les incapacités de Aoun et de son équipe à diriger le pays. Il a pris un Pays qui marchait sur une patte, s’est dépêché de le mettre sur une chaise roulante, puis de le rendre tétraplégique, au point de devoir l’achever faute de soins palliatifs. Le Pays se meurt, tous les indicateurs sont au rouge ; et notre fakhamette El Raïs se prend pour une star qui fait ses caprices. Chaque jour il a une tête de turc différente, tantôt c’est Hariri, puis Diab , Adib et soudainement change de registre, en désignant Riad Salamé. Bref ! L’autre c’est l’excuse récurrente qu’il agite à souhait, quand il n’a pas de réponse à son impéritie pour trouver une solution à ses contradictions incessantes. Accroché à un pouvoir illusionnaire, il se complaît à regarder le Pays s’effondrer à ses pieds sans bouger d’un cil.

    Le Point du Jour.

    22 h 50, le 17 août 2021

  • Le chef de l’État veut toutes les garanties, la première étant la destitution de Riad Salamé lors de la première séance du Conseil des ministres. Si M. Aoun n’obtient pas ces garanties, il n’acceptera pas de former le gouvernement. mais dans quel pays vivons nous? un president qui conditionne la survie d'un pays a une clause de renvoie d'un individu alors que 5 millions de Libanais frole la mort avec tous les jours de retard. LA VERITE AOUN N'EST PAS A SON PREMIER COUP DANS CES CAS .PERSONNE N'OUBLIE LES 2 ANS ET DEMI SANS PRESIDENT CAR C'EST MOI( et hezbolla ) OU PERSONNE maudit soit le jour ou la France l'a sauve des syriens en 1989

    LA VERITE

    16 h 34, le 17 août 2021

  • Article intéressant et apparemment bien documenté...Mais une indigestion de "sources": "Des sources proches du chef de l'Etat", "des sources politiques", "Les sources proches du gouverneur", "Des sources proches de M. Salamé", "Les sources de la présidence", Des sources qui suivent l'affaire", "De sources diplomatiques occidentales", "De multiples sources", "Des proches des mêmes sources"...Ouf, la coupe est pleine!

    otayek rene

    15 h 40, le 17 août 2021

  • le gendre venait de declarer il y a 2/3 jours qu,ils avaient - au pluriel - deux sont les beliers de l,apocalypse - conseille salame de couper les subventions mais par etapes et non comme tous les deux nous chantent aujourd,hui comme quoi ils refusaient categoriquement. et au conseil lorsque salame a revele le plan de couper les subventions aoun n,a point exprime son opposition. il voulait que salame le fasse pour l,en accuser seul et essayer de s,en debarrasser. les deux beliers de l,apocalypse conseillent sans cesse l,emploie des reserves obligatoires pour reduire ainsi a zero les economies d,une vie du peuple libanais. non que j,innocente salame. il est des kellon ye3ne kellon !

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 56, le 17 août 2021

  • LOOOOOL. Ces incompétents faute de pouvoir justifier l'échec lamentable du mandat...EH BIEN Oui...C'est tjrs la faute des autres...LAMENTABLE. TFEEEEEEHHHH. Oui dégagez alors si vous vous sentez victimes. Vous soulagerez aussi bien le pays que votre SUPER EGO

    LE FRANCOPHONE

    12 h 54, le 17 août 2021

  • m aoun a tt a fait raison de declarer haut et fort, meme a tout bout de champ que l'univers entier veut sa perte, veut deconstruire tout ? ! ce qu'il accompli ?! mais m aoun devra un jour tres prochain "S'AVOUER" a contre coeur bien sur, que cE SERAIT SEULEMENT a cause de son alliance avec le diablotin iranien, honni par les arabes autant que par le reste du monde, certainement pas pour comploter contre SON MANDAT ?!

    Gaby SIOUFI

    12 h 37, le 17 août 2021

  • Canailles, crapule et compagnie. Arguments fallacieux pour se renvoyer la patate chaude de l'effondrement du pays. Alors qu'ils en sont conjointement responsables. Voleurs, incompetents, incapables, paresseux et menteurs. Est-ce des insultes ou un simple constat-critique M. Nasrallah ???? Kellon ya3ne kellon.

    Michel Trad

    12 h 05, le 17 août 2021

  • Aoun ne veut pas que son mandat connaisse le grand effondrement? Parce que pour lui ça n’est pas déjà le cas depuis la première minute où il a occupé son poste en prenant comme conseiller le nabot de gendre docteur S en catastrophes de tout genre pour paver la voie de Baabda quitte à détruire le pays? Leur projet de céder le pouvoir à une milice terroriste pour les protéger pendant qu’ils vident les caisses et saquent le lays en est la meilleure preuve. Si Aoun devrait s’en prendre à quelqu’un c’est d’abord à lui même ensuite à ses conseillers qui n’ont eu de cesse de l’orienter vers l’échec cuisant que connaît son mandat grâce à leurs conseils qui allaient toujours dans le sens de leurs intérêts personnels en occultant ceux du pays et de ses citoyens. S’il n’a pas vu venir le désastre c’est qu’il n’est pas digne de sa fonction et s’il l’a ressenti et a continué dans son aveuglement et ses projets de destruction massive c’est qu’il mérite d’être jugé pour haute trahison. Son entêtement à laisser naître un gouvernement pour sauver le pays suffit pour le condamner pour non assistance à son pays et à son peuple en danger. Dans quelle langue faudrait il lui expliquer qu’un président a avant tout la mission d’assurer la sécurité et les besoins de la population qui l’a mandaté pour exercer sa fonction en toute âme et conscience. Au lieu de cela il leur promet l’enfer et s’active inlassablement à les jeter dedans.

    Sissi zayyat

    11 h 36, le 17 août 2021

  • Aoun continuera à bloquer la formation du gouvernement jusqu'à son éviction de Baabda. Jamais le Liban n'aurait connu autant de méchanceté émanant d'un acteur politique majeur.

    Esber

    11 h 32, le 17 août 2021

  • > le fin mot de l'histoire est bien la : decision judiciaire, obtenue a la st. glin glin . en 2023 ( fin du mandat de r salame ).

    Gaby SIOUFI

    09 h 46, le 17 août 2021

  • Article bien ecrit qui nous raconte ce qui se passe dans les coulisses. Je felicite L'orient le Jour de nous fournir davantage de ces articles d'analyse qu'auparavant.

    ..... No comment

    09 h 32, le 17 août 2021

  • "… Michel Aoun ne souhaitait pas que son mandat connaisse le plus grand effondrement social …" - c’est comment déjà l’expression? L’enfer est pavé de bonnes intentions?…

    Gros Gnon

    07 h 10, le 17 août 2021

Retour en haut