Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Si j’étais président de la République !

Si j’étais président, et si j’étais vraiment intègre, je ne solliciterais plus des véreux incompétents qui s’accaparent le pouvoir de père en fils depuis des décennies et qui ont transformé ce beau Liban en champ de ruines.

Si j’étais président, et si j’étais vraiment intègre, je déclarerais officiellement mon incapacité à sortir le pays de la crise, j’instaurerais l’état d’urgence, je nommerais un gouvernement militaire et je me mettrais sous la protection de l’armée.

Si j’étais président et si j’étais vraiment intègre, je citerais haut et fort les noms des mafieux au plus haut sommet de l’État, même ceux les plus proches, et je demanderais à l’armée nationale de les arrêter et de les jeter en prison.

Si j’étais président et si j’étais vraiment intègre, je cesserais de parler, le discours et les mots ne suffisent plus, je serais dans une situation de non-assistance à pays en danger, mon peuple agonise et manque de tout.

Si j’étais président, et si j’étais vraiment intègre, j’agirais sur-le-champ, je renverserais la table, sinon je tirerais ma révérence par respect pour mon statut et j’appellerais le peuple et la société civile à choisir ses nouveaux représentants.

Si j’étais président et si j’étais vraiment intègre, je me poserais la question : suis-je réellement encore président ? Sinon, qui tire les ficelles ? Les ambassades, le président du Parlement, le gouverneur de la Banque du Liban, les forces occultes, qui ? Dites-le nous. Les faits sont têtus, vos mots n’ont plus rien à voir avec vos actes, votre immobilisme devient douteux et insupportable.

Si j’étais président et si j’étais vraiment intègre, je comprendrais vite que la peur, l’humiliation, la honte et la faim laissent présager le pire scénario. Le Liban meurt peu à peu !

Dirigeants libanais, dirigeants arabes et dirigeants des « pays amis », je vous hais tous !

Mon Liban, je te hais aussi, mais d’amour !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Si j’étais président, et si j’étais vraiment intègre, je ne solliciterais plus des véreux incompétents qui s’accaparent le pouvoir de père en fils depuis des décennies et qui ont transformé ce beau Liban en champ de ruines.
Si j’étais président, et si j’étais vraiment intègre, je déclarerais officiellement mon incapacité à sortir le pays de la crise, j’instaurerais...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut