Rechercher
Rechercher

Pour une égalité des genres - Afghanistan

Comment les femmes afghanes ont conquis 27 % du Parlement après des décennies de guerre

Depuis les années 70, les droits des femmes en Afghanistan sont loin d’avoir été stables. Mais après 20 ans de guerre civile, les Afghanes ont réussi à inverser la tendance, conquérant 27 % des sièges au Parlement. Un exploit considérable mais laborieux.

Comment les femmes afghanes ont conquis 27 % du Parlement après des décennies de guerre

Des députées afghanes au cours d’une sessione parlementaire. Credit: Afghan Parliament Media Department

Les femmes ont fait leur entrée au Parlement afghan pour la première fois il y a cinquante ans, durant ce que l'on appelle souvent la "décennie de la démocratie". Cette période, qui a débuté en 1964 sous le règne de Mohammad Zahir Shah, a posé les fondations d’un État afghan moderne. Seules quatre femmes siégeaient au Parlement sur 216 députés, mais le pays présentait des perspectives d’évolution prometteuses en matière d’égalité des genres et des libertés individuelles.

Dix ans plus tard, un coup d'État pacifique organisé par le cousin de Zahir Shah, Mohammed Daoud Khan, et la révolution de Saur menée par le Parti démocratique populaire d'Afghanistan en 1978, ont mis fin à cette belle promesse et à la monarchie parlementaire. Les portes du parlement sont restées fermées à tous pendant les 15 années suivantes, et particulièrement aux femmes pendant les gouvernements ultérieurs marqués, eux, par un contexte d'agitation culturelle et religieuse, de guerre civile et de 15 années sous le régime des talibans.

Après la chute des talibans en 2001, un accord a été signé à la Conférence de Bonn pour confier la rédaction d’une nouvelle et huitième constitution aux 35 membres de la Commission constitutionnelle afghane. Celle-ci stipulait dans son article 22 que tous les citoyens afghans, hommes et femmes, avaient les mêmes droits et devoirs devant la loi. Elle garantissait également les droits des femmes afghanes, maintes fois bafoués par le régime taliban, qui leur interdisait souvent l'accès aux soins de santé et à l’éducation.

Mohammad Ashraf Rasoli, aujourd'hui conseiller auprès du ministre afghan de la Justice, était à l’époque membre de la commission. Il se souvient du débat animé qu’a suscité cet article durant la révision du projet de Constitution au Parlement. "Cela a créé beaucoup de controverses, car il y a différentes interprétations de l'islam à cet égard", explique-t-il. A tel point que le débat a duré plusieurs jours. "Finalement, nous avons décidé que tous les citoyens afghans, hommes et femmes, ont des droits et des devoirs fondamentaux devant la loi. Les Afghanes doivent jouir des mêmes droits que les hommes, car elles sont des êtres humains".

La nouvelle Constitution de 2005 comprenait également un quota de sièges parlementaires destinés aux femmes, tant à la Chambre du peuple (chambre basse) qu'au Conseil des anciens (chambre haute). "Il y a eu beaucoup de débats sur cette question. Tout le monde a estimé qu’une partie des sièges devrait être réservée aux femmes, étant donné qu’elles ont beaucoup souffert dans notre société". Cette mesure a permis aux Afghanes de jouer un véritable rôle dans les processus décisionnels et législatifs et d’ouvrir, dans une certaine mesure, la voie à l'égalité entre les femmes et les hommes dans le pays. Aujourd’hui, la loi garantit aux femmes d’occuper deux sièges à la Chambre du peuple par province —soit 27 % des sièges, selon l'expert juridique afghan Waheed Farzayi— , ou un seul si la province n’en vaut que deux ou trois.

Si ce quota garantit qu’un minimum de femmes siègent au Parlement, elles pourraient parfaitement remporter tous les sièges d'une province, à condition de gagner l'élection avec 73 % des voix ou plus. Lors des dernières élections parlementaires de 2018, certaines députées ont obtenu plus de voix que leurs homologues masculins. Actuellement, 69 sièges sur 249 à la Chambre du peuple sont occupés par des femmes, soit 27,7 %. Sur les 102 sièges de la chambre haute, 34 sont nommés par le président du pays, dont la moitié est réservée aux femmes. Selon la Banque mondiale, la part des sièges parlementaires occupés par des femmes est plus importante en Afghanistan que dans la plupart des pays voisins et même dans certains pays développés — 6 % en Iran, 20 % au Pakistan, 24 % au Tadjikistan et 25 % en Chine et au Turkménistan. Dans la région, seul l’Ouzbékistan (32 %) a une plus grande proportion de femmes au parlement que l'Afghanistan.

Certains considèrent toutefois que, sans ces quotas, seule une poignée de femmes se présenteraient aux élections parlementaires à cause de la nature conservatrice de la société afghane et du manque de sensibilisation aux droits des femmes. "Les sièges spéciaux ont des avantages mais également des inconvénients", estime la députée Shinkai Karukhil. "Ils offrent l’opportunité aux femmes de participer à la politique et d'acquérir de l'expérience. Mais, comme ils sont assurés, les femmes qui concourent au Parlement peuvent ne pas nécessairement être en mesure de représenter les militants féministes, et ne pas se sentir responsables de lutter pour les droits des femmes en Afghanistan".

Des militants pour les droits des femmes estiment aussi qu’il reste de nombreux défis à relever pour assurer la parité et une représentation équitable dans le pays, même si le fait d’accorder aux femmes une place spéciale au Parlement est l'une des plus grandes avancées féministes des deux dernières décennies. “Malheureusement, il y a encore des problèmes autour du vote pour les candidates", explique Mari Akrami, responsable du réseau Afghan Women’s Network. "Et le fait que peu de gens votent pour des députées a un impact sur les droits des femmes dans tout le pays". Des droits qui ont mis des décennies à être conquis, comme les 27 % des sièges parlementaires réservés aux femmes, et qui, selon elle, pourraient être menacés par les négociations de paix menées actuellement entre le gouvernement afghan et les talibans.


Cet article est publié dans le cadre de “Towards Equality”, une opération de journalisme collaboratif rassemblant 15 médias d’information du monde entier qui mettent en lumière les défis et les solutions pour atteindre l’égalité des genres.


Les femmes ont fait leur entrée au Parlement afghan pour la première fois il y a cinquante ans, durant ce que l'on appelle souvent la "décennie de la démocratie". Cette période, qui a débuté en 1964 sous le règne de Mohammad Zahir Shah, a posé les fondations d’un État afghan moderne. Seules quatre femmes siégeaient au Parlement sur 216 députés, mais le pays présentait des...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut