Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Karpowership cesse d'alimenter le Liban en courant électrique

"Aucune compagnie ne peut travailler dans un tel environnement plein de risques directs et injustifiables", déplore l’entreprise turque, filiale de l’opérateur Karadeniz, à qui l’Etat libanais loue deux navires-centrales.

Karpowership cesse d'alimenter le Liban en courant électrique

La centrale électrique de Zouk, dans le Kesrouan, le 15 décembre 2009. Photo d'archives AFP/Joseph EID

L’entreprise turque Karpowership, filiale de l’opérateur Karadeniz, à qui l’Etat libanais loue deux navires-centrales, a annoncé vendredi matin qu'elle cessait d'alimenter le Liban en courant, mettant ainsi à exécution une menace lancée il y a quelques jours afin de protester contre des impayés de la part de l'Etat et contester des poursuites en justice dont elle fait l'objet.

Les deux navires-centrale opèrent au Liban depuis 2013, fournissant jusqu'à 25% de son électricité, selon l'entreprise. Cette décision fait donc craindre un blackout total dans un Liban déjà en grave crise économique et qui souffre d'un important déficit chronique en alimentation électrique.

"Environnement plein de risques"

Dans un communiqué vendredi matin, Karpowership se dit "désolée de mettre à l'arrêt les moteurs de ses navires-centrales après avoir déployé tous ses efforts pour éviter cela". "Nous avons fait preuve de flexibilité durant 18 mois avec l'Etat libanais, et nous avons assuré le courant électrique sans obtenir les montants qui nous sont dus et sans aucun plan de paiement, car le Liban traverse une période très difficile. Toutefois, aucune compagnie ne peut travailler dans un tel environnement plein de risques directs et injustifiables", a expliqué la société.

Pour mémoire

Karpowership menace de suspendre la production des navires-centrales

Réagissant à la décision de Karpowership, Electricité du Liban (EDL), qui gère le réseau électrique du pays, a confirmé que la société turque a mis ses moteurs à l'arrêt à 8h vendredi matin à Zouk et Jiyé, entraînant une perte de 240 MW d'alimentation en courant. EDL explique ensuite qu'elle a activé plusieurs groupes électrogènes dans les centrales à moteurs inversés de Zouk et Jiyé et dans une centrale à Tyr, ce qui devrait assurer une production supplémentaire de 130 MW "afin de compenser partiellement le déficit entraîné par la suspension des moteurs des navires-centrales".

Dès mardi, le président de la commission parlementaire des Travaux publics, des Transports, de l'Energie et de l'Eau, Nazih Najm, avait prévenu que le Liban pourrait être plongé dans l'obscurité dès la fin de cette semaine si Karpowership mettait sa menace à exécution.

L’État loue à la filiale de Karadeniz deux navires-centrales, l’Orhan Bey et le Fatmagül Sultan, depuis 2013, amarrés à Jiyé (Chouf) et Zouk Mosbeh (Kesrouan), respectivement au sud et au nord de Beyrouth, qui déploient une capacité de 370 mégawatts (MW), soit près d’un quart des capacités totales disponibles dans le pays. Le gouvernement libanais a des arriérés de paiements de dix-huit mois vis-à-vis de l'entreprise turque, pour un montant de 180 millions de dollars.

En outre, Karpowership est dans le collimateur de la justice depuis mars dernier après le déclenchement d’enquêtes par le juge d’instruction de Beyrouth pour faits de "corruption" et de "blanchiment d’argent". Le procureur général financier Ali Ibrahim a interdit, en fin de semaine dernière, à la société turque de faire sortir du territoire ses deux navires-centrales, afin de garantir que la filiale de l’opérateur turc Karadeniz ne se déroberait pas à son obligation de payer 25 millions de dollars à l’État au cas où la justice confirmerait sa participation à des "transactions financières et opérations de courtage litigieuses". Le directeur de Karpowership, Ralf Faysal, qui faisait partie des personnes aux arrêts depuis plusieurs semaines dans le cadre de cette affaire, a récemment été libéré sous caution. Les sources proches du dossier contactées évoquent une affaire "totalement politique", le secteur de l’électricité en général, et celui de la location des navires-centrales en particulier, ayant régulièrement alimenté des tensions entre les partis au pouvoir.

Lire aussi

L’appel d’offres pour le gasoil en suspens depuis plus d’une semaine

La location de ces barges avait été présentée comme une solution temporaire pour combler le déficit de production d’EDL, le temps que le pays construise des centrales permanentes. Un chantier qui n’a finalement jamais été mené en raison des conflits d’intérêts des différents partis au pouvoir, ne laissant d’autre choix au pays que de continuer à compter sur Karpowership.

240 MW en moins

Une suspension de l’activité de l’Orhan Bey et du Fatmagül Sultan risque donc d’entraîner encore plus le Liban vers le blackout. Etant déjà en sous-régime, les deux barges fournissaient 240 MW de courant à l'Etat, au lieu de 370 prévus.

EDL a déjà mis en garde en fin de semaine dernière contre un rationnement généralisé et sévère du courant, après la suspension d’une avance pour payer son approvisionnement en carburant. Elle enregistre une baisse de 200 MW de sa production de courant, de 1 250 à 1 050 MW, à la suite de la suspension par le Conseil constitutionnel des effets de la loi n° 215/2021 qui devait permettre de débloquer une avance de 300 milliards de livres libanaises (200 millions de dollars au taux officiel de 1 507,5 livres le dollar) pour payer une partie des tankers commandés par le fournisseur de courant. Une suspension décidée à la suite d'un recours présenté par des députés des Forces libanaises, qui s'opposaient à l'octroi de cette avance. En conséquence, et faute de solution, l’approvisionnement en courant dans l’ensemble du pays sera réduit jusqu’à l’arrêt total des centrales électriques d’ici au 22 juin prochain, a averti EDL la semaine dernière.


L’entreprise turque Karpowership, filiale de l’opérateur Karadeniz, à qui l’Etat libanais loue deux navires-centrales, a annoncé vendredi matin qu'elle cessait d'alimenter le Liban en courant, mettant ainsi à exécution une menace lancée il y a quelques jours afin de protester contre des impayés de la part de l'Etat et contester des poursuites en justice dont elle fait l'objet.Les...

commentaires (13)

Pour ceux qui se demandent encore pourquoi le Aoun bloque la formation d’un nouveau gouvernement ils ont la réponse qui ne souffre d’aucun doute. Il ne veut pas qu’on aille fouiller les dossiers de l’EDL et des autres ministères qui les mettent en porte à faux et les déclarent responsables principaux de la destruction du pays après l’avoir pillé. Leur juge attitrée devrait commencer par enfoncer les portes de ce ministère scrupuleusement gardé pour rétablir la vérité que tous les libanais attendent à savoir ont sont passés les milliards injectés dans ce ministère et qui n’ont servi qu’à les rendre riches et puants mais continuent à accuser tout le monde de leurs crimes impardonnables en multipliant les discours fallacieux qui les enfoncent encore plus dans l’opprobre et le déshonneur. A ce jour aucun magistrat n’a osé évoquer le problème de l’EDL et on se demande pourquoi cet écran de fumée qui les aveugles et les empêche de faire leur boulot. Vendus aussi les justiciers de ce pays sont aussi coupables par leur silence et leur inaction que les autres vendus politiques qui les ont nommé pour assurer leur immunité.

Sissi zayyat

12 h 35, le 16 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Pour ceux qui se demandent encore pourquoi le Aoun bloque la formation d’un nouveau gouvernement ils ont la réponse qui ne souffre d’aucun doute. Il ne veut pas qu’on aille fouiller les dossiers de l’EDL et des autres ministères qui les mettent en porte à faux et les déclarent responsables principaux de la destruction du pays après l’avoir pillé. Leur juge attitrée devrait commencer par enfoncer les portes de ce ministère scrupuleusement gardé pour rétablir la vérité que tous les libanais attendent à savoir ont sont passés les milliards injectés dans ce ministère et qui n’ont servi qu’à les rendre riches et puants mais continuent à accuser tout le monde de leurs crimes impardonnables en multipliant les discours fallacieux qui les enfoncent encore plus dans l’opprobre et le déshonneur. A ce jour aucun magistrat n’a osé évoquer le problème de l’EDL et on se demande pourquoi cet écran de fumée qui les aveugles et les empêche de faire leur boulot. Vendus aussi les justiciers de ce pays sont aussi coupables par leur silence et leur inaction que les autres vendus politiques qui les ont nommé pour assurer leur immunité.

    Sissi zayyat

    12 h 35, le 16 mai 2021

  • Je ne me lasse pas de répéter que l’affaire des bateaux turcs centrales électriques touche en premier lieu l’ancien ministre de l’énergie, dont je tais le nom. Il avait négocié avec les sociétés turques en secret, sans consulter le gouvernement, ce qui a aboutit à un contrat sans avoir lancé un appel d’offres au préalable. Quant à l’échange de commissions et de ristournes, c’est au prochain gouvernement d’éclaircir cette énigme. On récolte ce qu’on sème...

    Honneur et Patrie

    19 h 34, le 14 mai 2021

  • Vous ne comprenez donc rien? les 25 millions c'est une clause qu'ils doivent payer au cas ou la justice trouve qu'il y a eu des commissions payes dans ce contrat.PUISQUE NOTRE JUSTICE N'A RIEN TROUVE A CE JOUR CAR ELLE PREFERE CONSACRER SON TEMPS CONTRE LES MANIFESTANTS QUE CONTRE LE S DIRIGEANTS RESPONSABLE DES COMMISSIONS, ON NE PEUT PAS COMPRENDRE COMMENT UN JUGE PEUT BLOQUE RLES NAVIRES SANS PREUVE ( et si il y a preuve , veullez enfin nous kes donner ) LA VERITE CE DOMAINE D EL'ELECTRICITE DEPUIS DES ANNEES GARDE PRECIEUSEMENT AVEC LE CPL PUE LA CORRUPTION A TOUS LES NIVEAUX, LOCATIONS, PETROLE ETC..MAIS LA SEULE VERITE EST QUE QUAND MmMERKEL EST VENUE AVEC LES PROFFETIONNELS LES PLUS IMPORTANT DANS CE DOMAINE CAD SEIMENS, LE PETIT GENDRE N'A RIEN TROUVE A DIRE QUE : "SIEMENS NE NOUS A PAS FAIT UNE OFFRE" tout en se gardant de dire qu'on ne lui a rien demande . CAR CE PRESIDENT DE SEIMENS FAISAIT DU TOURISME AU LIBAN AVEC MERKEL ET NE CHERCHAIT PAS DES AFFAIRES POUR SA SOCIETE HONTE A VOUS IRRESRESPONSABLES DU CPL DANS TOUTE CETTE AFFAIRE ET VOUS POUVEZ ETRE SUR QUE VOUS LE PAIERAEZ TRES CHER LORS DES PROCHAINES SELECTIONS SI VOUS NE LES BLOQUER PAS AVE CVOTRE AMI L'ENTERRE SOU TERRE DEPUIS 2006,rappeler vous que pas une seule voix s'est fait entendre en votre faveur parmis les Libanais emigres depuis le 17 octobre 2019 alors que vous aviez sillonner le monde pour aoir leurs voix lors de p election precedente

    LA VERITE

    18 h 49, le 14 mai 2021

  • alors c'est 240 MW d'alimentation perdues de ce fait ou 370 MW ? aussi qu'est ce cette C curiosite de séquestrer les 2 navires generateurs pour 25 millions de $ dus a l'etat libanais( meme pas encore dus) alors que ce meme etat leur doivent plus de 180 Millions de $ en arrieres. VEUT ON AU MOINS NOUS DONNER DES CHIFFRES EXACTS? VEUT ON CESSER DE MENTIR ?

    gaby sioufi

    16 h 13, le 14 mai 2021

  • Et c’est tout? On a payé cette location le prix de 4 centrales électriques, et c’est tout? Ils débranchent et s’en vont? Vive le Liban Fort!

    Gros Gnon

    16 h 07, le 14 mai 2021

  • ET CETTE AFFAIRE DES APPELS D,OFFRES POUR L,ELECTRICITE N,A PAS COMMENCE PAR LES BARGES MAIS A FINI PAR LES BARGES. TANT DE CHANGEMENTS ET TANT D,APPELS D,OFFRES POUR DIVERS PROJETS. UNE CHOSE EST CERTAINE ABOU ABDO ELBASSILI N,A PAS MANGE SEUL LE GATEAU. IL FUT PARTAGE PAR TOUS LES CAMPS. POURQUOI LES BARGES ? LES COMMISSIONS SUR LES AUTRES PROJETS N,ETAIENT PAS A LA MESURE DES ENBONPOINTS DE NOS MAFIEUX. AVEC LES BARGES C,ETAIT LA MER.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    15 h 36, le 14 mai 2021

  • LES MEMES TURQUES ONT PROBABLEMENT ACHETE LES 8 BARGES CANADIENNES. LES SIX SONT MOUILLES EN RADE DU PIREE DEPUIS DES ANS ET LES DEUX SEULEMENT ONT ETE LOUEES A LA CHETIVE VACHE LIBANAISE POUR LUI SOUTIRER, AVEC LES CORROMPUS, LE MAIGRE LAIT QUI RESTAIT ENCORE DANS SES PLUS MAIGRES MAMELLES. AUJOURD,HUI ELLE AGONISE MESSIEURS KARADENIZ.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    15 h 11, le 14 mai 2021

  • EXCUSEZ MON ERREUR. 180 MILLONS DE DOLLARS POUR 18 MOIS D,ARRIERES CA FAIT 10 MILLIONS DE DOLLARS PAR MOIS. - ON A JETE L,ARGENT PAR LA FENETRE A LA MER ET DANS LES POCHES.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    14 h 41, le 14 mai 2021

  • 18 MILLIONS DE DOLLARS POUR 18 MOIS D,ARRIERES. CAD UN MILLION DE DLRS PAR MOIS. ET DIRE QUE CES BARGES RECONDITIONNEES ET CANADIENNES D,ORIGINE SI MA SOUVENANCE NE ME TROMPE PAS, ONT ETE OFFERTES POUR ACHAT A 300.000.- DLRS PIECE LIVREES ET PROPRIETE. QUI ETAIT LE CHAMPION POUR LOUER LES BARGES ET 24/24 HEURES D,ELECTRICITE ? HARIRI ? OU ABOU ABDO ELBASSILI ? LA LATTA FUT ET EST ENORME. LE SCANDALE DU SIECLE.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    14 h 35, le 14 mai 2021

  • OLJ faites vous exprès ?!? Pq le droit de réponse du Hakim est rester dans la section « dernières nouvelles » ?!?!?

    Bery tus

    14 h 30, le 14 mai 2021

  • Les responsables qui se sont succédés à la tête de cette administration devront rendre des comptes, bien entendu l'on entendra leurs piteuses litanies en essayant de se défausser, une fois de plus... Le gouvernement libanais a des arriérés de paiements de dix-huit mois, pour un montant de 180 millions de dollars !!! L'on peut comprendre, à juste titre, que cette compagnie nous a, au fil des années, extorqué des sommes pharamineuses, mais l'on doit aussi admettre qu'il est parfaitement logique, avec une telle ardoise, qu'elle arrête la production d'électricité. On attend la réaction de "nos" responsables qui, probablement, déclareront que la compagnie turque doit la "modique" somme de 25 millions de dollars à l’État ... Il serait temps d'entamer un audit sur les vingt dernières années et de poser des noms sur les responsables de cette faillite.

    C…

    14 h 05, le 14 mai 2021

  • QU'EST DEVENU LA COMMISSION DE 8% QUE CES BATEAUX PAYENT D'APRÈS LES RUMEURS ? ET QUI ENCAISSE CETTE 8% ?

    Gebran Eid

    14 h 05, le 14 mai 2021

  • Ça c’est l’entreprise à qui l’on a loué l’électricité à 4 fois le prix??

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 35, le 14 mai 2021

Retour en haut