Rechercher
Rechercher

Politique - Commentaire

Frontière maritime : des négociations, mais pour quoi faire ?

Frontière maritime : des négociations, mais pour quoi faire ?

Des véhicules de la Finul sur la route côtière de Naqoura au Liban-Sud où ont lieu les négociations sur la démarcation de la frontière maritime entre le Liban et Israël. Photo d’archives Mahmoud Zayyat/AFP

Le gestion du dossier de la frontière maritime est un condensé de tout ce qui ne va pas dans la vie politique libanaise : beaucoup de démagogie et aucune pédagogie ; une accumulation d’instrumentalisations et de surenchères politiques ; une absence de débat public digne de ce nom pour un sujet qui pourrait, sans que l’on sache encore dans quelles proportions, avoir un impact important sur le double plan économique et géopolitique. Un dossier où les mensonges, les mythes, les intérêts personnels et partisans, et les postures ont pris le pas sur tout le reste.

Le 26 février 2020, Michel Aoun célébrait un « jour historique pour le Liban » avec le lancement, le lendemain, des premiers travaux de forage dans le bloc 4. Dès le départ, la classe politique locale, dont la survie dépend en grande partie du système clientéliste, a appréhendé la possible découverte d’hydrocarbures dans les eaux libanaises comme un cadeau du ciel. Un nouveau gâteau à se partager en fonction des rapports de force du moment et qui permettrait de perpétuer la logique dans laquelle le pouvoir est installé depuis des années – voire, sous certains aspects, depuis des décennies – sans ne rien avoir à changer. Dans une telle période de crise économique et financière, cela n’a pas de prix.

Lire aussi

Hof à « L’OLJ » : Je ne comprends pas l’objectif des dernières revendications libanaises

Premier problème : si plusieurs données indiquent que les eaux libanaises sont riches en hydrocarbures (comme le sont les eaux chypriotes et israéliennes), il n’y a pour le moment aucune certitude. Le premier forage du bloc 4 s’est avéré infructueux. Celui concernant le bloc 9, qui suscite beaucoup de fantasmes, n’a toujours pas débuté en raison notamment du fait qu’il déborde sur la zone disputée avec l’État hébreu. Autrement dit : ni le pétrole ni le gaz ne va sauver le Liban à court terme, contrairement à ce que laissent entendre certains dirigeants politiques, à l’instar du président. Il n’est même pas impossible qu’il se passe des années avant que le pays ne fasse sa première découverte majeure en la matière. Et ce n’est que la première étape.

On en vient justement au deuxième problème : la quasi-impossibilité d’avancer sans un règlement de la question du tracé de la frontière maritime avec Israël. Là aussi, il y a un monde, si ce n’est plus, entre la réalité technique et les discours politiques. On s’écharpe sur les lignes 23, 29 et Hof, tandis que la majorité de la population ne comprend même pas de quoi il s’agit, sans même parler des enjeux que cela sous-tend. Après avoir été gelées pendant des années, les négociations ont repris à la surprise générale en octobre 2020. Ayant certainement obtenu le feu vert du Hezbollah, qui y voyait peut-être un moyen de donner un gage aux États-Unis, Nabih Berry a pris l’initiative sur ce dossier qui lui permettait de reprendre du poil de la bête après avoir été sérieusement secoué par le soulèvement d’octobre 2019. Mais très vite, les choses se sont compliquées. En raison, d’une part, de dissensions politiques entre le camp du président et celui du chef du Parlement, et, d’autre part, d’une évolution de la position de la partie libanaise. Cette dernière conteste la ligne Hof, du nom du diplomate américain ayant joué les médiateurs entre les deux pays entre 2010 et 2012, qui attribue 55 % de la zone disputée de 860 km2 au Liban et 45 % à Israël.

Lire aussi

Aoun : « Un signe de la volonté du Liban de préserver la stabilité et la paix régionales »

A-t-elle raison de le faire ? Du point de vue du droit international, elle ne manque pas d’arguments. Le Liban est effectivement lésé par la ligne Hof et pourrait revendiquer 1 430 km2 supplémentaires en plus de la zone disputée. Du point de vue politique, c’est moins évident. Les revendications maximalistes libanaises ont fait dérailler les négociations dans ce que les experts ont surnommé la « guerre des cartes », enterrant toute possibilité de trouver un accord rapidement. La zone réclamée par le Liban déborde notamment sur le gisement israélien Karish, une ligne rouge pour l’État hébreu. Ce dernier a besoin de clarifier les démarcations des frontières dans cette zone, mais reste tout de même en position de force puisqu’il exploite déjà deux grands gisements (le Léviathan et le Tamar) et n’est pas aussi pressé par le temps que ne peut l’être son adversaire. Le Liban doit-il insister dans la défense de ses droits ou chercher à conclure un accord au plus vite pour passer aux choses sérieuses ? Peut-on trouver un compromis entre les deux solutions ?

Débat serein

C’est ce qu’a semblé proposer Gebran Bassil dans son dernier discours, dans une volonté manifeste de tendre la main aux États-Unis qui l’ont sanctionné en novembre dernier. Alors que les négociations reprennent aujourd’hui après cinq mois de blocage, l’approche ne peut être balayée d’un revers de la main, mais les intentions doivent au moins être questionnées. Est-ce au gendre du président, qui n’a aucune position officielle dans l’exécutif, de définir la ligne libanaise ? Où commencent et où s’arrêtent les intérêts personnels et partisans dans cette affaire ? Michel Aoun a refusé de signer le décret amendant les revendications libanaises dans cette zone, après avoir pourtant milité pour que le texte soit modifié dans ce sens. Le président a compris que cela risquait de mettre un terme aux négociations. Mais d’autres calculs semblent entrer en jeu : le camp aouniste est accusé d’utiliser ce dossier comme une carte lui permettant de marginaliser ses adversaires et de négocier avec les Américains.

Lire aussi

Frontières maritimes : à quoi joue Gebran Bassil ?

Comme d’habitude, les petites querelles politiciennes empêchent toute forme de débat raisonnable et serein sur une question pourtant essentielle. Quel type de rapports le Liban souhaite-il entretenir avec son voisin du Sud ? Un règlement de la démarcation de la frontière est-il compatible avec la logique de résistance que prône le Hezbollah ? La géopolitique évolue très rapidement en Méditerranée orientale, avec une coopération étroite entre Israël, l’Égypte, Chypre et la Grèce. Les Émirats arabes unis, qui ont des intérêts communs avec ces pays et qui misent à fond sur leur amitié nouvelle avec l’État hébreu, pourraient également se joindre à la partie. Abou Dhabi est actuellement en négociation pour acquérir des parts dans un gisement de gaz israélien (le Tamar). Le Liban peut-il se permettre de se tenir à l’écart de toute cette dynamique ? Pour vendre son potentiel gaz, cela risque d’être compliqué. Pour être compétitif sur le marché, Beyrouth aurait intérêt à pouvoir bénéficier des infrastructures communes permettant l’exportation des hydrocarbures. Mais la question ne peut se résumer à cela compte tenu du contexte politique. Se mêlent ici des considérations économiques, géopolitiques, historiques, sur les plans local et régional, qui nécessitent de débattre sereinement, de définir une stratégie claire et cohérente, et de s’y tenir. Faute de quoi, quand le Liban deviendra un État pétrolier, cette ressource ne sera plus considérée par le reste du monde que comme de l’huile de roche.


Le gestion du dossier de la frontière maritime est un condensé de tout ce qui ne va pas dans la vie politique libanaise : beaucoup de démagogie et aucune pédagogie ; une accumulation d’instrumentalisations et de surenchères politiques ; une absence de débat public digne de ce nom pour un sujet qui pourrait, sans que l’on sache encore dans quelles proportions, avoir un impact...

commentaires (11)

Bon, le President fort a souleve un lievre au sujet des 1400 km2 en plus. Mais il n'a pas signe ce decret pour l'officialiser. Vous croyez vraiment qu'Israel va vouloir prendre en consideration ces desiderata? Bien sur que non,

IMB a SPO

17 h 54, le 04 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Bon, le President fort a souleve un lievre au sujet des 1400 km2 en plus. Mais il n'a pas signe ce decret pour l'officialiser. Vous croyez vraiment qu'Israel va vouloir prendre en consideration ces desiderata? Bien sur que non,

    IMB a SPO

    17 h 54, le 04 mai 2021

  • Entre-temps Israël se réjoui et gagne de l'argent???

    Eleni Caridopoulou

    17 h 22, le 04 mai 2021

  • Liban ou Libanestan? Nous sommes devenus comme toutes ces « Stan républiques » gérées par des autocrates pourris et corrompus, qui ont pris leur pays en otage pour leurs intérêts personnels. Dans notre cas, les négociations de notre president sont conditionnées par la levée des sanctions américaines autour de Bassil. Et puis, si les négociations devaient aboutir, est-ce que ce pauvre peuple pourra en profiter ou bien tout s'évaporera comme le reste? Ceci me mène a bien considérer la question...

    CW

    13 h 34, le 04 mai 2021

  • Lorsque les négociations de tous genres tournent autour des seuls intérêts des vautours au pouvoir cela ne présage rien de bon pour le pays ni pour ses citoyens. Ils négocierons jusqu’à brader nos chaussures usées pour rester au pouvoir et nous voir agonir pour pouvoir continuer à berner les quelques idiots qui continuent à penser que nos problèmes viennent des américains et des israéliens alors que ceux qui détiennent le pouvoir leur donnent le bâton pour nous taper avec parce qu’ils sont pourris et veulent conserver leur réputation de gens honnêtes auprès de leurs seuls partisans. Tandis que pour les autres autres libanais plus besoin de preuves imprimées sur papiers leurs fortunes colossales planquées et leur comportement plus que louches suffisent à les inculper. Il faut que ces tares de partisans nous explique comment des milliards ont disparus dans la nature alors que les libanais ne bénéficient toujours pas d’électricité, d’eau potable et n’ont pas accès à leur argent déposé dans les banques? Lorsque je lis les commentaires de quelques éberlués, j’ai envie de les secouer et de leur crier, reveillez-vous bande nazes c’est à cause de vous que ce pays n’arrive pas à se débarrasser de cette peste noire qui est le pouvoir, et vous serez les premiers contaminés. Ils continuent de leur trouver des excuses et accablent les autres alors que le ver est dans le fruit.

    Sissi zayyat

    12 h 06, le 04 mai 2021

  • deux questions sciemment omises par un peu tout le monde- une sorte de Kellon quoi : 1-comment se fait il qu'on est accepte Hoff alors que nous aurions eut droit a 2 fois plus de superficie-etait ce incompetence? trahison ? qui en sont les responsables? 2-comment a surgit -subitement- le nouveau trace en notre faveur SANS qu'americiains ni israeliens n'en aient ete mis au courant? qu'est ce que cette entourloupe ? cette mise en scene? CE MIRACLE de discretion/de secret si bien garde ? qui a agence tout ca ?

    gaby sioufi

    11 h 21, le 04 mai 2021

  • REQUETE A L,OLJ. PRIERE RETOURNER LA RUBRIQUE DES REACTIONS A SON ANCIENNE PRESENTATION FACILE A TOUS LES LECTEURS D,Y ACCEDER ET LIRE TOUS LES COMMENTAIRES CONTRAIREMENT AUX CACHES CACHES DES REACTIONS DE VOTRE NOUVELLE PRESENTATION. MERCI D,Y PRENDRE NOTE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 02, le 04 mai 2021

  • JE SUIS CONTENT DE LIRE DE RUDES LIBRES EXPRESSIONS, VU LA SITUATION CATASTROPHIQUE ET SANS ESPOIR DU PAYS, ETRE PUBLIEES. LA RELEVE Y EST BIEN REPRESENTEE. BRAVO.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 24, le 04 mai 2021

  • Le probleme c’est que tous les decideurs politiques dans ce dossier vital sont des incompetents et des corrompus. Ils ont fait leur pelote et ont amasse’ des fortunes immenses les mettant a l’abri, eux et leur descendants …pour des decennies a venir. Donc pour eux la delimitation des frontieres n’est pas fondamentalement vitale et leur sert de carte pour poursuivre leurs interets bassement politiciens. Comment esperer que l’interet des Libanais sera preserve’ avec cette association de malfaiteurs internationalement reconnus comme tels ?!!

    Goraieb Nada

    08 h 54, le 04 mai 2021

  • Le pays est gouverné par des personnes qui se moquent de l'intérêt national, et qui n'ont à coeur que leurs propres intérêts financiers, partisans et clientélistes. Le Liban devrait être placé sous tutelle internationale. La clique qui le gouverne depuis 40 ans a complètement failli et le mène à la ruine totale. Nous sommes placés au ban des nations civilisées. Ce pays est devenu une jungle, un espace de non-droit, un État Voyou. AU SECOURS!!! QUI VEUT BIEN ASSISTER UN PAYS EN DANGER DE MORT ET DE DISPARITION?

    Georges Airut

    04 h 12, le 04 mai 2021

  • Bravo, excellente analyse Mr Samrani: vous avez mis le doigt sur la plaie! Comme d’habitude, on va rater le coche, de la fanfaronnade doublée d’une ignorance et irresponsabilités crasses et, en attendant, tous les voisins qui ne sont plus en guerre avec Israël, vont y aller à fond dans l’exploitation de ces richesses alors que l’on discute sur nos droits maritimes sans même réaliser à qui on a affaire....exactement votre conclusion: le jour ou on pourra trouver quelque chose à exploiter, le monde sera passé aux énergies alternatives et, après moi le déluge!

    Saliba Nouhad

    02 h 11, le 04 mai 2021

  • Donnant donnant tel est la politique du gendre gate mais prefere du president Aoun. Je ne demande plus les 1470 m2 et vous allegez les sanctions contre moi cad vous annulez la corruption et vous gardez mon soutient a hezbollah un parti terroriste Cela me blanchi aupres de la population et je pourrai crier victoire sur les attaques contre moi que le peuple me lance et j'aurai aussi eu presque la totalite des 800km2 disputes deuxieme victoire cette fois ci pour le Liban LA VERITE DEPUIS LES ACCORDS QUI ONT PERMIS A AOUN DE VENIR A LA PRESIDENCE ET A TOUS LES PARTIS SIGNATAIRES DE CES ACCORDS DE SE METTRE D'ACCORD POUR SE PARTAGER LES MILLIARDS DE DOLLARS VOLES AU PEUPLE , NOUS VOILA A RECOMMENCER AU NEZ ET A LA BARBE DES LIBANAIS LE MEME SCENARIO MAIS CETTE FOIS CI AU PROFIT DU SEUL BASSIL

    LA VERITE

    00 h 47, le 04 mai 2021

Retour en haut