Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Trafic vers l'Arabie saoudite

La cargaison de grenades au captagon viendrait de Syrie, selon des sources proches de l'enquête

La cargaison de grenades au captagon viendrait de Syrie, selon des sources proches de l'enquête

Un policier saoudien montrant une saisie de pilules de Captagon dissimulées dans une cargaisons de grenades en provenance du Liban. Photo Twitter/@Spa_Eng

La cargaison de grenades truffées de Captagon découverte par l’Arabie saoudite en provenance du Liban avait été introduite au Liban depuis la Syrie avant d’être réexportée vers le royaume en tant que marchandise libanaise, selon les premiers éléments de l’enquête des douanes, rapporte notre correspondante Hoda Chedid, citant une source proche de l'enquête.

Cette affaire avait poussé l’Arabie saoudite à interdire vendredi l’exportation de fruits et légumes libanais, portant un coup au secteur agricole libanais.

Selon les premiers éléments de l’enquête des douanes, dont ont été informés lundi les responsables réunis sous l’égide du chef de l’Etat Michel Aoun à Baabda pour débattre des répercussions de cette affaire, la cargaison a bien été introduite depuis la Syrie. Une fois au Liban, une société libanaise fictive qui dispose d’un certificat du ministère de l’Agriculture a estampillé la cargaison comme un produit libanais, avant de la réexporter vers l’Arabie saoudite, selon la même source. Deux personnes liées à cette société fictive ont été arrêtées, d’après notre correspondante.

Selon des informations de notre correspondante Sarah Abdallah, un entrepôt de la localité de Taanayel, dans la Békaa, a été placé sous scellés sur ordre du procureur général près la cour de cassation, Ghassan Oueidate, dans le cadre de cette affaire. Cette cargaison de grenades en provenance de Syrie aurait été déchargé dans cet entrepôt avant d'être à nouveau chargé dans un conteneur à bord d'un camion immatriculé au Liban‎. 

L’Arabie saoudite, qui n’importe plus de produits en provenance de la Syrie en guerre, avait annoncé vendredi la suspension des importations de fruits et légumes en provenance du Liban, affirmant que des cargaisons étaient utilisées pour faire de "la contrebande de drogue" et accusant Beyrouth d'inaction. Cette disposition restera en vigueur "jusqu'à ce que les autorités libanaises fournissent des garanties suffisantes et fiables sur les mesures permettant de mettre fin aux opérations de contrebande systématique ciblant le royaume", selon les autorités saoudiennes.

Plus de 5 millions de comprimés de Captagon avaient été retrouvés dans les grenades en provenance du Liban.

Ibrahim Tarchichi, le président du Rassemblement des agriculteurs et paysans de la Békaa, avait affirmé à l’OLJ que les grenades saisies en Arabie saoudite ne viennent pas du Liban, mais de Syrie.

"Ce n’est pas la saison des grenades au Liban et de toute manière nous n’avons jamais exporté ce fruit. Nous en importons pour le marché local depuis 20 ans", a-t-il dit. "Depuis deux ans, des camions viennent en transit de Syrie jusqu’au port de Beyrouth, et suivent la ligne d’exportation syrienne. Toute la drogue saisie provient de ces camions", avait-il déjà lancé vendredi.


La cargaison de grenades truffées de Captagon découverte par l’Arabie saoudite en provenance du Liban avait été introduite au Liban depuis la Syrie avant d’être réexportée vers le royaume en tant que marchandise libanaise, selon les premiers éléments de l’enquête des douanes, rapporte notre correspondante Hoda Chedid, citant une source proche de l'enquête.Cette affaire avait...