Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

Paris fait le bilan de sa politique d’aide d’urgence au Liban

Paris fait le bilan de sa politique d’aide d’urgence au Liban

Éric Chevallier, directeur du Centre de crise et de soutien (CDCS) au ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, donnant sa conférence de presse à la Résidence des Pins hier. Ibrahim Amro/AFP

Venir en aide au Liban d’une part, maintenir un degré d’exigence envers sa classe politique pour préparer les moyen et long termes d’autre part : la France est un peu coincée entre ces deux logiques dans sa politique libanaise, et sa marge de manœuvre est particulièrement réduite par la persistance du blocage gouvernemental. Si à l’instar des principaux bailleurs de fonds, Paris conditionne ses aides économiques et financières à des réformes structurelles, la France a tout de même été contrainte d’allouer un budget pour répondre aux besoins immédiats de la population libanaise et tenter aussi de préserver quelques institutions-clés. En visite au Liban entre le 17 et le 22 avril, Éric Chevallier, directeur du Centre de crise et de soutien (CDCS) au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, a effectué un suivi des nombreux projets financés par la France. Celle-ci a engagé 50 millions d’euros dans les domaines prioritaires de la santé, de l’aide et de la sécurité alimentaires, de l’éducation et de la reconstruction depuis la double explosion au port le 4 août 2020. « La situation est extrêmement préoccupante. Sur le plan socio-économique, c’est sans doute l’une des pires que la population libanaise ait connues », a dit hier Éric Chevallier lors d’une conférence de presse à la Résidence des Pins, visant à faire le bilan de sa visite. Le directeur du CDCS a salué l’action et la détermination des ONG locales qui s’engagent au quotidien pour tenter de répondre aux besoins de plus en plus importants de la population. Paris considère ces ONG comme son principal interlocuteur dans sa politique d’aide d’urgence, mais constate dans le même temps les limites de cette logique qui ne permet pas de construire un plan de sortie de crise à moyen et long termes. « Il est impossible de prédire aujourd’hui à quoi ressemblera le Liban dans six mois », a constaté Éric Chevallier. « Tous les experts s’accordent à dire que le pays aura besoin d’une décennie pour se redresser, mais dans un pays de cette taille, beaucoup de choses peuvent tout de même changer dans un laps de temps réduit », a pour sa part estimé l’ambassadrice de France Anne Grillo. Cette dernière a également affirmé que la France était prête à utiliser tous les leviers possibles pour débloquer la situation, dans une claire allusion aux sanctions contre les dirigeants libanais.


Venir en aide au Liban d’une part, maintenir un degré d’exigence envers sa classe politique pour préparer les moyen et long termes d’autre part : la France est un peu coincée entre ces deux logiques dans sa politique libanaise, et sa marge de manœuvre est particulièrement réduite par la persistance du blocage gouvernemental. Si à l’instar des principaux bailleurs de fonds,...

commentaires (1)

Les visites du President Macron au Liban dans des circonstances extremes et l'engagement de la France continu au peuple Libanais brisent l'isolement du Liban et exposent la degradatio de ses dirigeants pour le monde entier. Merci aux Francais et a leur humanite. Il est certes vrai que la France tienne au Liban pour ses propres interets strategiques et economiques, mais dans ce contexte c'est l'interet des Libanais que la France supporte. La France qui a cree l'UE possede toutes les idees et solutions necessaires pour redresser le Liban avec les Libanais qui resistent perseverement a la chute de leur pays. Grace a la France, les pays membres de l'UE et les Etats;Unis parlent du Liban et de son futur. Ce qui est genant est le fait que les Representants Francais doivent encore s'adresser aux politiciens libanais qui ont perdu toute credibilite et respect dans le monde. Non seulement, ils ont pille ses coffres, ils vendent toutes ses ressources a d'autres pays dirig'es par des bandits. Joey Zugh

Fabia Midman

20 h 38, le 23 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Les visites du President Macron au Liban dans des circonstances extremes et l'engagement de la France continu au peuple Libanais brisent l'isolement du Liban et exposent la degradatio de ses dirigeants pour le monde entier. Merci aux Francais et a leur humanite. Il est certes vrai que la France tienne au Liban pour ses propres interets strategiques et economiques, mais dans ce contexte c'est l'interet des Libanais que la France supporte. La France qui a cree l'UE possede toutes les idees et solutions necessaires pour redresser le Liban avec les Libanais qui resistent perseverement a la chute de leur pays. Grace a la France, les pays membres de l'UE et les Etats;Unis parlent du Liban et de son futur. Ce qui est genant est le fait que les Representants Francais doivent encore s'adresser aux politiciens libanais qui ont perdu toute credibilite et respect dans le monde. Non seulement, ils ont pille ses coffres, ils vendent toutes ses ressources a d'autres pays dirig'es par des bandits. Joey Zugh

    Fabia Midman

    20 h 38, le 23 avril 2021

Retour en haut