Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Algérie

Un islamologue de renom sévèrement condamné pour « offense à l’islam »

Un tribunal d’Alger a condamné hier à trois ans de prison ferme un islamologue algérien de renom, Saïd Djabelkhir, poursuivi pour « offense aux préceptes de l’islam » et qui a promis de poursuivre son « combat pour la liberté de conscience ». Le chercheur de 53 ans, spécialiste du soufisme, « a été condamné à trois ans ferme » devant le tribunal de Sidi M’hamed, a déclaré un des avocats, Me Moumen Chadi, qui s’est dit « choqué » par la sévérité de la peine. « Il n’y a aucune preuve. Le dossier est vide. Nous nous attendions à une relaxe », a ajouté Me Chadi, qui a dénoncé un vice de forme. Interrogé à la sortie du tribunal, M. Djabelkhir, également surpris par la lourdeur du verdict, a déclaré qu’il ferait appel et irait jusqu’en cassation si nécessaire. Il n’a toutefois pas été placé sous mandat de dépôt. « On a le malheur de faire de la recherche en Algérie. Mais c’est un combat qui doit continuer pour la liberté de conscience, pour la liberté d’opinion et pour la liberté d’expression », a-t-il plaidé. Poursuivi par sept avocats et un autre universitaire pour « offense aux préceptes de l’islam et aux rites musulmans », il lui est notamment reproché d’avoir écrit que le sacrifice du mouton – tradition musulmane – existait avant l’avènement de l’islam, et critiqué certaines pratiques comme le mariage de filles prépubères dans certaines sociétés musulmanes.


Un tribunal d’Alger a condamné hier à trois ans de prison ferme un islamologue algérien de renom, Saïd Djabelkhir, poursuivi pour « offense aux préceptes de l’islam » et qui a promis de poursuivre son « combat pour la liberté de conscience ». Le chercheur de 53 ans, spécialiste du soufisme, « a été condamné à trois ans ferme » devant le tribunal...

commentaires (3)

Et voilà les lâches et els faibles d’esprit tremblent encore devant les fanatiques. Devant des idéologies agressives l’apaisement n’est jamais la solution car plus les rapaces sont nourris et plus ils en redemandent.

Liban Libre

19 h 12, le 23 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Et voilà les lâches et els faibles d’esprit tremblent encore devant les fanatiques. Devant des idéologies agressives l’apaisement n’est jamais la solution car plus les rapaces sont nourris et plus ils en redemandent.

    Liban Libre

    19 h 12, le 23 avril 2021

  • Le sacrifice du mouton ( pauvre ) était au temps d'Abraham

    Eleni Caridopoulou

    18 h 24, le 23 avril 2021

  • Dire des vérités est maintenant condamnable en terre d'Islam? De plus, cela se passe dans un pays qui se prétend être laïc !

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 34, le 23 avril 2021

Retour en haut