Rechercher
Rechercher

Société - Santé

L’hôpital Saint-Michel de Amchit, pionnier des soins intermédiaires pour le Covid-19

Un protocole vient d’être signé entre l’ordre de Malte, la Fondation de l’hôpital Saint-Michel et l’hôpital Notre-Dame Maritime pour la mise en place d’une unité inédite dans la lutte contre le coronavirus.

L’hôpital Saint-Michel de Amchit, pionnier des soins intermédiaires pour le Covid-19

Signant le protocole de partenariat (de g. à dr.) : Marwan Sehnaoui, Marcel Zakhia et Joseph Chami. Photo Michel Sayegh

Niché dans un cadre naturel et apaisant, au sein de la localité de Amchit, l’hôpital Saint-Michel, du haut de ses 160 ans, se refait une nouvelle jeunesse. Cette institution, premier hôpital dans le Mont-Liban fondé en 1857, avait été créée pour accueillir les populations démunies et délaissées de la région, sans distinction de religion, de race ou de nationalité, et sans aucune contribution financière en retour.

Aujourd’hui, en plein marasme sanitaire dû à la pandémie de Covid-19 qui a bouleversé le monde, et alors que l’ensemble du système de soins se trouve fragilisé, la Fondation de l’hôpital Saint-Michel, l’Association libanaise des chevaliers de Malte (ordre de Malte Liban) et l’hôpital Notre-Dame Maritime de Jbeil ont noué un partenariat permettant de faire face de concert dans la guerre contre le coronavirus. Selon le protocole d’entente signé entre les trois institutions, la fondation met à disposition l’établissement qu’elle a rééquipé selon les normes, et assure les frais de fonctionnement et la gestion administrative. L’ordre de Malte apporte son savoir-faire à travers la gestion médicale du projet et la fourniture d’appareils d’assistance respiratoire et de médicaments à usage hospitalier, notamment grâce au soutien de la Région Île-de-France. Quant à l’hôpital Notre-Dame Maritime, il contribue par ses ressources humaines et ses expertises.

Soulager les hôpitaux

Ce projet s’insère dans l’écosystème hospitalier local dans l’objectif de soulager les hôpitaux et de leur permettre de se concentrer sur les cas graves. Aussi propose-t-il une approche holistique du traitement du Covid-19, avec des tests PCR pour limiter la propagation du virus, une ligne verte pour orienter les malades et proposer à ceux qui en ont besoin un suivi médical à domicile (avec des équipements médicaux mis à leur disposition), une hospitalisation des cas intermédiaires, la rééducation des patients qui gardent des séquelles et, enfin, la vaccination à terme. Tout cela dans une totale gratuité des soins.

Le processus y est clairement défini, depuis la salle de triage des patients à l’entrée, où est évalué l’état du patient pour une sélection selon des critères stricts afin de minimaliser le risque, et jusqu’à l’hospitalisation dans des chambres équipées chacune d’un système de pression négative pour éviter la contamination, d’une caméra de surveillance et d’une salle de bains individuelle.

Le bâtiment, divisé en deux parties pour une meilleure isolation, abritera ainsi 10 chambres et 15 lits, avec un personnel soignant entièrement vacciné pour s’occuper des patients, des infirmières et aides-soignants présents 24 heures sur 24, ainsi que des médecins de famille, un pneumologue et un spécialiste en maladies infectieuses assurant une présence et un suivi quotidiens.

Une salle d’urgence est prévue pour le cas où l’état d’un patient s’aggravait. Il serait alors immédiatement transféré par les soins de la Croix-Rouge libanaise à l’hôpital Notre-Dame Maritime situé à Jbeil, à quelques minutes de Amchit.

Les représentants des institutions partenaires devant l’entrée de l’hôpital Saint-Michel. Photo Michel Sayegh

Une initiative autour de l’homme et de sa dignité

Lors de la signature du protocole en présence du président de la municipalité de Amchit ainsi que des représentants des trois institutions partenaires, Marcel Zakhia, gérant de la fondation, a déclaré que « cette initiative sociale et humanitaire s’inscrit dans la lignée de la mission que s’est fixée la Fondation de l’hôpital Saint-Michel au service de la population de la région de Amchit et, plus largement, du Mont-Liban, et ce depuis plus d’un siècle et demi ». Le Dr Joseph Chami, directeur de l’hôpital Notre-Dame Maritime, a pour sa part souligné « les valeurs communes qui unissent les institutions partenaires, chacune dans sa mission spécifique ».

Enfin, le président de l’ordre de Malte Liban, Marwan Sehnaoui, a mis l’accent sur la vocation qui unit lesdites institutions « autour de l’homme et de sa dignité ». Il a remercié toutes les personnes qui ont participé à la mise en place de ce projet, dont l’activité a débuté hier, et particulièrement le Pr Amine Haddad, directeur médical de l’ordre de Malte, et l’équipe de direction de la Fondation de l’hôpital Saint-Michel, pour les inlassables efforts qu’ils ont déployés, souhaitant qu’à travers cette initiative innovante, « nous puissions prouver par l’action que le Liban est vraiment un pays-message, terreau d’entraide et de coexistence. Les hommes aujourd’hui ont perdu l’espoir. À nous, à travers notre action, de leur donner une nouvelle source d’espérance ».


Niché dans un cadre naturel et apaisant, au sein de la localité de Amchit, l’hôpital Saint-Michel, du haut de ses 160 ans, se refait une nouvelle jeunesse. Cette institution, premier hôpital dans le Mont-Liban fondé en 1857, avait été créée pour accueillir les populations démunies et délaissées de la région, sans distinction de religion, de race ou de nationalité, et sans aucune...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut