Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Irak

Après la visite du pape, des chrétiens ravis mais sans illusion

"Il ne nous faut pas que des journées nationales, les grandes théories doivent être transformées en actes. Jusqu'ici on n'a ressenti aucun changement dans notre vie de tous les jours", déclare le père Nadheer Dakko.
Après la visite du pape, des chrétiens ravis mais sans illusion

Une Irakienne faisant le signe de la croix lors d'une messe en l'église Saint Joseph, à Bagdad, le 10 mars 2021. Photo AFP / AHMAD AL-RUBAYE

La première visite d'un pape en Irak a ravi les chrétiens de ce pays à écrasante majorité musulmane où nombre d'entre eux ont été persécutés, mais sa venue et ses appels à la liberté religieuse ne changeront rien, estiment des fidèles sans illusions.

C'est le cas de Wajdane Nouri qui ne veut surtout "pas oublier la joie" apportée par François à Bagdad, mais après des années "d'injustice", cette chrétienne ira bientôt rejoindre ses filles aux Etats-Unis. Dans la cathédrale Saint-Joseph où elle anime depuis longtemps la chorale et d'autres activités, tout porte encore la trace du pape argentin : immenses posters à son effigie, tapis rouge d'honneur et bouquets en masse... Le souverain pontife est entré dans l'histoire le 6 mars en prononçant une messe dans la capitale ravagée depuis 40 ans par des guerres, crises économiques et autres affrontements confessionnels. Auparavant, il a prié dans une église théâtre il y a dix ans du pire attentat anti-chrétiens en Irak. Mme Nouri a vécu toutes ces années de disette et de peur, et après "les persécutions et les injustices, il faut tirer des leçons", estime cette quinquagénaire. Pour elle comme pour les 400.000 chrétiens d'Irak, les mots du pape sur le fait que personne ne devrait être un "citoyen de deuxième classe" ou sur "la plaie de la corruption", ont particulièrement résonné. Leurs griefs, le souverain pontife en personne les a prononcé à haute voix.

Mais en 20 ans, la communauté chrétienne est passée de 6% à 1% de la population irakienne. Et il faudra lancer de grands chantiers pour stopper l'hémorragie, prévient le père Nadheer Dakko, prêtre à Saint-Joseph.

Lire aussi

Comment l’Irak s’est vidé de ses chrétiens

Le grand ayatollah chiite Ali Sistani a dit œuvrer pour que les chrétiens d'Irak vivent "en paix" et avec "tous leurs droits constitutionnels", et le Premier ministre Moustafa al-Kazimi a décrété une "journée de la tolérance". Mais "il ne nous faut pas que des journées nationales, les grandes théories doivent être transformées en actes. Jusqu'ici on n'a ressenti aucun changement dans notre vie de tous les jours", déclare à l'AFP le père Dakko.

"Toujours en ruines" 
En Irak, "il n'y a aucune opportunité pour les gens brillants", déplore Mme Nouri en pointant du doigt un système réputé pour son clientélisme, aux mains de partis majoritairement musulmans excluant de fait les chrétiens.

Sara, une autre chrétienne de la petite poignée de fidèles venus assister à une messe, a vu presque toute sa famille et ses amis s'exiler. "Ils ne pensent pas du tout à revenir", assure à l'AFP cette fonctionnaire. Et dans un pays où la Constitution affirme que "l'islam est la religion d'Etat et la source de la législation", les appels du pape à la "liberté religieuse et de conscience" risquent fort de rester lettre morte, prévient William Warda, de l'ONG Hammourabi de défense des minorités. Depuis des années, ce militant chrétien tente de faire changer la loi dite de la "carte d'identité" préjudiciable aux chrétiens. Ce texte prévoit le changement automatique de religion sur un document d'état civil d'une personne dont l'un des parents s'est converti à l'islam. Ainsi "des chrétiens ont été inscrits comme musulmans contre leur gré", assure le père Dakko.

Lire aussi

« Si le pape veut rencontrer les chrétiens d’Irak, qu’il vienne dans les pays de l’exode ! »

Quant à Saadallah Mikhaïl, il n'a toujours pas pu reconstruire sa maison à Mossoul, dans le Nord, qu'il a abandonnée en 2014 quand le groupe Etat islamique (EI) a débarqué. A la libération trois ans plus tard, ce chrétien de 61 ans a été parmi les premiers à être revenu. Mais il a dû louer une nouvelle maison car la sienne dans le Vieux Mossoul n'était plus qu'un tas de ruines encore miné aujourd'hui et dont personne ne peut approcher. "Les maisons de mes proches et de 3.000 chrétiens sont toujours en ruine et je ne pense pas qu'elles seront reconstruites bientôt", poursuit l'homme.

Si le pape était entouré de chrétiens à Mossoul et dans d'autres localités du Nord où il est passé, beaucoup étaient venus en visiteurs après s'être installés depuis plusieurs années au Kurdistan irakien voisin. Devant le pape, les responsables locaux n'ont cessé d'appeler les chrétiens à revenir "chez eux, à Mossoul. Mais on ne peut pas dire aux gens de revenir sans leur fournir la sécurité, des hôpitaux, des écoles et des infrastructures", martèle M. Warda.

La première visite d'un pape en Irak a ravi les chrétiens de ce pays à écrasante majorité musulmane où nombre d'entre eux ont été persécutés, mais sa venue et ses appels à la liberté religieuse ne changeront rien, estiment des fidèles sans illusions.
C'est le cas de Wajdane Nouri qui ne veut surtout "pas oublier la joie" apportée par François à Bagdad, mais après des années...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut