Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Explosions au port de Beyrouth

Les proches des victimes marquent le septième mois depuis le drame et réclament justice

Les proches des victimes marquent le septième mois depuis le drame et réclament justice

Un père tenant, le 19 février 2021, le portrait de sa fille tuée dans l'explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Les proches des victimes de l'explosion du 4 août au port de Beyrouth ont organisé un sit-in jeudi soir sur les lieux du drame, afin de marquer les sept mois écoulés depuis l'immense déflagration et réclamer justice aux autorités.

Lors d'un rassemblement devant la porte numéro 3 du port de la capitale, ils ont appelé le juge en charge de l'enquête, Tarek Bitar, à faire preuve d'impartialité et à accélérer cette enquête qui traîne en longueur.

"Sept mois sont passés depuis le drame. Croyez-vous que nous nous contenterons de compter les jours et les mois ?", a lancé un porte-parole des proches des victimes, alors que d'autres manifestants tenaient des portraits de leurs proches tués. "Vous avez une opportunité en or pour sortir la justice de la boue dans laquelle elle est empêtrée. Rejoignez-nous dans cette lutte contre les corrompus", a ajouté le porte-parole, en s'adressant aux "juges intègres" du pays. "Quant au juge Tarek Bitar, en charge de l'enquête, nous avons entendu de sa part des messages qui nous ont apaisés. N'hésitez pas, et commencez par les gros bonnets, afin que vous ne soyez pas accusé de partialité. Mettez de côté les calculs politiques", a imploré le porte-parole.

"À Ghazi Zeaïter (député et ex-ministre inculpé dans cette affaire, NDLR), nous disons : vous êtes accusé dans le meurtre de nos proches, et vous êtes susceptible de suspicion légitime", a conclu le porte-parole, en faisant référence au recours pour "suspicion légitime" qu'avaient intenté M. Zeaïter et le député Ali Hassan Khalil contre le juge Fadi Sawan, dessaisi depuis de l'affaire. 

Il y a quelques jours, les familles des victimes avaient donné au juge Bitar trois semaines pour dévoiler les premiers résultats concernant cette affaire. La double explosion meurtrière au port de Beyrouth a fait plus de 200 victimes et 6.500 blessés, ravageant des quartiers entiers de la capitale sans qu'aucun responsable n'ait été jugé jusque-là. Plusieurs responsables sécuritaires et politiques, notamment le Premier ministre sortant Hassane Diab, avaient été inculpés pour négligence par le juge Sawan.


Les proches des victimes de l'explosion du 4 août au port de Beyrouth ont organisé un sit-in jeudi soir sur les lieux du drame, afin de marquer les sept mois écoulés depuis l'immense déflagration et réclamer justice aux autorités.Lors d'un rassemblement devant la porte numéro 3 du port de la capitale, ils ont appelé le juge en charge de l'enquête, Tarek Bitar, à faire preuve...