Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Timides contacts autour du gouvernement

Timides contacts autour du gouvernement

L'ambassadrice de France au Liban Anne Grillo, reçue par le député Gebran Bassil, chef du Courant patriotique libre, le 25 février 2021 à Laklouk. Photo envoyée par notre correspondante Hoda Chedid

Les contacts autour de la formation du gouvernement se poursuivent timidement, juste pour donner l’impression que quelque chose bouge à ce niveau, alors que l’impasse demeure totale.

Hier, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, a appelé le patriarche maronite, Béchara Raï, pour des concertations sur la question. Reçu dans l’après-midi à Bkerké, le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, a affirmé à son tour avoir discuté avec le prélat de la formation du gouvernement. Il n’a pas voulu en dire davantage, se contentant d’indiquer qu’il se charge « d’une partie des contacts » dans le cadre de la médiation qu’il entreprend pour rapprocher les points de vue entre Baabda et la Maison du Centre et que le chef de l’Église maronite se charge de l’autre.

Lire aussi

Pourquoi le Hezbollah a désormais plus besoin de Hariri que de Bassil

Dans le même temps, le chef du Courant patriotique libre (CPL), Gebran Bassil, recevait à Laqlouq l’ambassadrice de France, Anne Grillo, avec qui il a évoqué également l’impasse gouvernementale. Selon notre correspondante Hoda Chedid, M. Bassil a « longuement évoqué avec l’ambassadrice le dossier des relations bilatérales, l’intérêt français concernant la formation du gouvernement et la mise en place des réformes, ainsi que tout ce qui est requis du Liban sur les plans politique, financier et social, en se basant sur l’initiative française ». Mme Grillo et M. Bassil ont « insisté sur la poursuite des contacts entre les deux parties ».

Lire aussi

La communauté internationale s’impatiente

Parallèlement, à la demande de M. Hariri, une délégation du courant du Futur a entamé depuis hier une tournée auprès des responsables religieux pour les informer des résultats des récents déplacements du Premier ministre désigné, en France et dans les pays arabes, dans le cadre de ses efforts pour former un gouvernement, alors que le processus s’enlise. Conduite par la députée Bahia Hariri, la délégation s’est rendue à Dar el-Fatwa pour informer le mufti de la République, le cheikh Abdel Latif Deriane, « que le Premier ministre, depuis sa désignation, œuvre sans relâche pour aboutir à un gouvernement de mission, formé de personnes expertes et non partisanes, connues pour leurs spécialisations, afin de mettre en place les réformes nécessaires, stopper l’effondrement et lancer la reconstruction de ce qui a été détruit par l’explosion au port de Beyrouth », a indiqué le député Walid Baarini, au nom du groupe du Futur, à l’issue de l’entretien.


Les contacts autour de la formation du gouvernement se poursuivent timidement, juste pour donner l’impression que quelque chose bouge à ce niveau, alors que l’impasse demeure totale.
Hier, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, a appelé le patriarche maronite, Béchara Raï, pour des concertations sur la question. Reçu dans l’après-midi à Bkerké, le directeur de la Sûreté...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut