Rechercher
Rechercher

Politique - Communautés

Raï réitère son appel à une conférence internationale, Kabalan opposé

Le patriarche maronite, Béchara Raï, a réitéré hier son appel à une conférence internationale pour sortir le Liban de la crise, une initiative qui avait été critiquée implicitement mardi par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et qui a été de nouveau contestée hier par le mufti jaafarite, Ahmad Kabalan.

« Les fondements de l’État se désintègrent, les responsables politiques font preuve d’un manque d’humanisme, ils mènent le pays à sa perte et les autorités politiques aggravent la situation en entravant le fonctionnement de l’État, notamment par leur incapacité à former un gouvernement et leur blocage de la justice », a déploré le patriarche dans son homélie hier à Bkerké. « Face à cette triste réalité, à l’impossibilité de mettre en place la moindre réforme, au dialogue impossible pour former un gouvernement de mission, nous avons appelé à une conférence internationale pour le Liban sous les auspices des Nations unies. L’objectif est de mettre de nouveau le Liban en lice, en améliorant le document d’entente nationale de Taëf, et de corriger les lacunes évidentes de la Constitution », a-t-il réaffirmé.

« Notre principal et unique objectif est de permettre à l’État libanais de renaître, retrouver sa vitalité, son identité, sa neutralité positive, son impartialité et son rôle en tant que facteur de stabilisation dans la région. À travers cette conférence, nous aspirons à un État unifié autour de son peuple et de sa terre, avec sa légitimité et sa souveraineté, ses institutions et son armée, sa Constitution et sa charte, un pays fort qui bâtit la paix sur la base de son intérêt national et du droit de son peuple à vivre en sécurité, et non sur la base des intérêts d’autres pays », a-t-il poursuivi, avant de souligner que le dessaisissement du juge Fadi Sawan du dossier de l’enquête et les « arguments et prétextes douteux » entourant cette affaire confortent l’appel à une « coopération avec des enquêteurs internationaux, étant donné la portée de ce crime contre l’humanité ».

Le mufti jaafarite a critiqué cet appel du patriarche, estimant qu’il s’agit d’« une rupture sévère avec la formule libanaise ». Selon lui une conférence internationale sur la crise libanaise « portera le coup de grâce au Liban ». « La souveraineté n’est pas une mode. L’internationalisation a été la cause des crises au Liban depuis la guerre civile. Le vide gouvernemental est causé par l’appétit de certains dinosaures internationaux et de leurs agents locaux, ni plus ni moins. Le Liban s’est engagé dans les batailles les plus féroces dans la région pour préserver son pouvoir de décision politique, sa souveraineté, sa coexistence et sa paix civile. Nous ne renoncerons jamais à cette souveraineté », a-t-il souligné dans un communiqué.


Le patriarche maronite, Béchara Raï, a réitéré hier son appel à une conférence internationale pour sortir le Liban de la crise, une initiative qui avait été critiquée implicitement mardi par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et qui a été de nouveau contestée hier par le mufti jaafarite, Ahmad Kabalan.« Les fondements de l’État se désintègrent, les...

commentaires (3)

Il me fait rire le mufti , la souveraineté du Liban et où on met les ayatollahs et l'Iran ?

Eleni Caridopoulou

18 h 39, le 22 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il me fait rire le mufti , la souveraineté du Liban et où on met les ayatollahs et l'Iran ?

    Eleni Caridopoulou

    18 h 39, le 22 février 2021

  • Kabalan y’a kabalan, ne vous emportez pas à chaque fois qu’on parle de la libération de notre pays en utilisant des phrases dont vous ignorez le sens. LA LIBERTÉ. C’est un mot cher aux cœurs des libanais patriotiques qui refusent la tyrannie et la violence des occupants de leur pays pour voir prospéré un pays ennemi. L’internalisation est sa seule solution face à des dictateurs armés qui menacent et vilipendent le peuple civil non armé pour l’humilier l’affamer et le soumettre. Ne faites pas le porte paroles des chiites alors que des dignitaires comme le cheikh Ali El Amin qui dénonce les agissements des vendus chiites comme ceux de leurs partenaires chrétiens de vouloir représenter ces confessions malgré le refus des représentés de les connaître comme tels. Ça n’est pas en tuant et en menaçant que l’on arrive à convaincre mais par le dialogue ouvert à tous pour pouvoir avancer vers la paix et le bon vivre entre communautés. Choses que vous refusez avec vos tuteurs qui ne connaissent que la haine et la division pour régner et comme seule réponse à leurs doléances vous utilisez votre seule arme, la tuerie pour faire taire comme si cela empêcherait quiconque de perpétrer la révolution jusqu’à la victoire. Il n’y a qu’une tuerie massive et générale qui pourrait dissuader les libanais de renoncer à leur but mais pour ça vous n’en êtes pas capables puisque lâches comme vous êtes, vous préférez les crimes camouflés.

    Sissi zayyat

    15 h 11, le 22 février 2021

  • L'internationalisation de la crise libanaise est déjà un fait. Kabalan le reconnaît lui-même: "Le vide gouvernemental est causé par l’appétit de certains dinosaures internationaux et de leurs agents locaux,". C'est justement pourquoi l'affaire doit être prise en main par une instance internationale LEGALE afin de juguler les appétits des "dinosaures", parmi lesquels, vient évidemment en premier lieu, l'Iran. "Le Liban s’est engagé dans les batailles les plus féroces dans la région pour préserver son pouvoir de décision politique, sa souveraineté". Exact! Il faut donc ne jamais se lasser de dénoncer la 5ème colonne que constitue, dans cette bataille, la milice iranienne.

    Yves Prevost

    07 h 13, le 22 février 2021

Retour en haut