Rechercher
Rechercher

Économie - Hydrocarbures

Pertes colossales pour les compagnies pétrolières en 2020

Les défis s’accumulent pour les compagnies pétrolières : déjà pressées d’agir contre le changement climatique, elles ont connu un choc historique avec la crise du Covid-19, qui s’est traduite par des pertes historiques en 2020. Les cinq plus grandes compagnies privées du monde – BP, Chevron, ExxonMobil, Shell et Total – viennent d’annoncer des pertes nettes cumulées de 77 milliards de dollars pour 2020. Sans compter les 5,5 milliards perdus par le géant norvégien Equinor.

La pandémie de Covid-19 a massivement réduit la demande en mettant à l’arrêt des secteurs entiers de l’activité économique. Pendant ce temps, les pays producteurs ont tardé à ajuster leur offre. Cela s’est traduit par une chute des cours, qui ont même été brièvement négatifs au printemps dernier. Cette crise s’ajoute à la remise en cause du modèle des compagnies pétrolières, de plus en plus sous pression afin de faire plus contre le changement climatique.

Les groupes européens tentent en particulier de prendre le virage de la transition énergétique en investissant de plus en plus dans l’électricité d’origine renouvelable. Une dynamique qui tranche avec les programmes d’économies et les abandons de projets dans les hydrocarbures. Les renouvelables offrent notamment des revenus plus stables que ceux des hydrocarbures, par nature volatils. Même si cette volatilité du baril n’est pas forcément le facteur principal, aux yeux de certains observateurs. « Les causes des diversifications d’aujourd’hui sont à rechercher du côté des politiques contre le changement climatique et des pressions des financiers, d’actionnaires, voire de clients qui pèsent sur les pétroliers pour se décarboner », estime François Lévêque, professeur à Mines-ParisTech.

Mais les compagnies pétrolières américaines s’aventurent peu vers de nouveaux rivages. « Elles ont des logiques de rentabilité à plus court terme et les marchés américains n’aiment pas trop les entreprises qui se diversifient », remarque François Lévêque.


Les défis s’accumulent pour les compagnies pétrolières : déjà pressées d’agir contre le changement climatique, elles ont connu un choc historique avec la crise du Covid-19, qui s’est traduite par des pertes historiques en 2020. Les cinq plus grandes compagnies privées du monde – BP, Chevron, ExxonMobil, Shell et Total – viennent d’annoncer des pertes nettes cumulées de...

commentaires (1)

est ce de vraies pertes ou un manque a gagner relatif aux benefices des annees precedentes ?

gaby sioufi

10 h 46, le 11 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • est ce de vraies pertes ou un manque a gagner relatif aux benefices des annees precedentes ?

    gaby sioufi

    10 h 46, le 11 février 2021

Retour en haut