Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Comment doit-on comprendre le dernier discours de Hassan Nasrallah ?

En quelques mots, Nasrallah nous dit :

• Soit vous fermez vos « gueules », soit je vous abats.

• En même temps il dit : Vous me calomniez jour et nuit et ne respectez pas ma puissance. Vous m’obligez à en user pour vous faire taire.

• En même temps il dit : Grâce à moi vous existez. Si je n’avais pas conquis le Liban moi-même, d’autres l’auraient pris. Vous me devez votre liberté sous mon dictat. L’Iran ne peut être critiquée d’aider le Liban puisqu’il finance ma milice pour le salut du pays.

• En même temps il dit : L’ammonium et la drogue, c’est pas moi. Le port, c’est pas moi. Rafic Hariri, c’est pas moi. Le trafic vers la Syrie c’est pas moi. Celui qui ne me croit pas est un homme mort.

• En même temps il dit : Le secteur bancaire a failli. J’ai créé, d’une de ses côtes, le secteur bancaire Qard el-Hassan, comme Dieu créa Ève de la côte d’Adam.

• En même temps il dit : Je suis payé par l’Iran pour sauver le Liban. C’est ma mission divine, comme le fut ma victoire qui détruisit le Liban en 2006.

• En même temps il dit : Je veux un gouvernement, mais je le veux à mon image (Dieu a bien fait l’homme à son image, pourquoi pas moi ?).

• En même temps il dit : Que Hariri fasse le gouvernement avec Aoun, mais aux conditions de Bassil qui fait ce que je veux car il veut être le prochain président. Je veux bien des ministres indépendants à condition qu’ils dépendent de moi.

• En même temps il dit : Vive l’armée désarmée et vive ma milice aux fusées intelligentes. L’armée ne peut protéger le Liban, mais moi je peux protéger et l’armée et le Liban. Alors me désarmer, c’est trahir le Liban.

• En même temps il dit : J’ai fait appel à la justice pour me plaindre de vos fausses assertions et accusations, et je ne vous remettrai pas Ayache car je ne reconnais pas la justice du TSL.

• En même temps il dit : Votre justice ne s’applique pas à moi. Ma justice s’applique à vous. Et mes armes sont là pour rendre justice quand elle est mal appliquée à mon profit.

• En même temps il dit : L’armée doit révéler les résultats de l’enquête du port, maintenant que les principaux témoins ont été achevés par les agents ennemis et que les témoins gênants sont sous captagon dans des cellules de deux mètres carrés pour les mettre en condition.

Sacré Nasrallah !


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


En quelques mots, Nasrallah nous dit : • Soit vous fermez vos « gueules », soit je vous abats. • En même temps il dit : Vous me calomniez jour et nuit et ne respectez pas ma puissance. Vous m’obligez à en user pour vous faire taire.• En même temps il dit : Grâce à moi vous existez. Si je n’avais pas conquis le Liban moi-même, d’autres l’auraient...

commentaires (1)

JE SUIS SUR QUE CE RESUME A FAIT ROUGIR DE SATISFACTION NASROULLAH LUI-MEME. DU COUP, ROUGIR DE COLERE SES 2 ALLIES AOUN ET PTI GENDRE .

gaby sioufi

11 h 05, le 14 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • JE SUIS SUR QUE CE RESUME A FAIT ROUGIR DE SATISFACTION NASROULLAH LUI-MEME. DU COUP, ROUGIR DE COLERE SES 2 ALLIES AOUN ET PTI GENDRE .

    gaby sioufi

    11 h 05, le 14 janvier 2021