Rechercher
Rechercher

Focus

Frontière maritime : Aoun s’aventure dans un champ de mines

Le président remet sur le tapis l’idée d’un décret élargissant la superficie de la zone contestée, ses détracteurs y voient la main de l’Iran.

Frontière maritime : Aoun s’aventure dans un champ de mines

Des véhicules de la Finul sur la route côtière de Nakoura au Liban-Sud, où ont eu lieu les négociations sur la démarcation de la frontière maritime entre le Liban et Israël. Photo d’archives Mahmoud Zayyat/AFP

Depuis que les négociations avec Israël sur la démarcation de la frontière maritime ont été suspendues, le président de la République Michel Aoun tente de les relancer, mais son attitude maximaliste pourrait bien faire dérailler le processus et coûter cher au Liban, dont l’exploitation des ressources gazières reste l’un des seuls espoirs pour sortir de la crise économique et financière. Les détracteurs du président voient ainsi derrière les exigences du Liban d’élargir la superficie de la zone maritime contestée, qui auraient contribué au blocage des dernières sessions de pourparlers, la main de l’Iran, alors que le Hezbollah cherche lui aussi à utiliser cette question comme moyen de pression dans de futures négociations américano-iraniennes.

Selon des sources qui suivent l’affaire de près, le chef de l’État s’active à remettre les négociations sur les rails pour pouvoir entamer l’exploitation des hydrocarbures sous son mandat (qui s’achève dans moins de deux ans), pour ainsi le renflouer et alléger les pressions sur le Liban. D’autant que le consortium mené par le français Total, associé à l’italien ENI et au russe Novatek, avec qui le Liban a signé en 2018 ses premiers contrats pour l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures offshore de deux des dix blocs délimités dans sa Zone économique exclusive (ZEE), a fait comprendre aux autorités libanaises qu’il ne mènerait pas de travaux d’exploration sans un accord politique et une couverture internationale qui mettrait fin au conflit et assurerait la stabilité. Si le ministère de l’Énergie a affirmé il y a quelques jours que le consortium prévoit en 2021 de « terminer les analyses de données » collectées sur le bloc n° 4, au centre-ouest de la ZEE, et se prépare à lancer le processus d’exploration du bloc n° 9, dans le sud de la ZEE et dont la délimitation est au centre du litige entre le Liban et Israël, on assure de source bien informée que les travaux restent aujourd’hui réduits au strict minimum.

La première surenchère

D’après des sources proches du chef de l’État, Michel Aoun a toujours affirmé que « ce dossier est le seul capable de mettre fin au blocus imposé au Liban et de réduire les pressions et les sanctions ». À plusieurs reprises, lorsqu’il était interrogé sur l’effondrement économique et financier, il répondait qu’il n’y avait rien à craindre, car le Liban entrera dans une ère de prospérité lorsqu’il commencera à exploiter ses ressources gazières. C’est dans cette perspective que le président Aoun a pendant longtemps tenté de contrôler cette question, s’y accrochant pour sauver son mandat. Mais celui-ci n’est passé entre ses mains que lorsque le président du Parlement Nabih Berry avait annoncé en septembre, après de longues négociations, la conclusion d’un accord-cadre qui a permis le lancement des pourparlers sur la base d’une zone litigieuse de 860 kilomètres carrés, selon une carte enregistrée auprès de l’ONU en 2011.

Lire aussi

Washington prêt à poursuivre sa médiation alors que les pourparlers sont gelés

Les pourparlers de Nakoura en présence du médiateur américain ont alors commencé sous de bons auspices début octobre, mais le Liban a affirmé lors du deuxième round des négociations fin octobre que la superficie de la zone contestée comporte une partie supplémentaire de 1 430 kilomètres carrés plus au Sud, s’étendant dans une partie du champ gazier de Karish. À quoi la délégation israélienne a riposté en fixant une frontière maritime beaucoup plus au Nord, conformément à la ligne 310, qui arriverait presque au sud de Saïda... Dans le cadre de cette surenchère, Israël a affirmé que cette ligne lui donnerait des droits sur les blocs 9 et 8, et même sur une partie du bloc 5. Fin novembre, les négociations avaient été reportées sine die. Israël avait alors accusé le Liban d’avoir changé de position à plusieurs reprises sur la démarcation de la frontière maritime, avertissant que cela pourrait mener à une impasse et ainsi freiner la prospection d’hydrocarbures offshore dans la région.

Un décret explosif ?

Pourquoi le Liban a-t-il fait monter les enchères ? Des sources de l’armée répondent que les cartes que possède le commandement militaire remontent à 1923 et sont basées sur la ligne de démarcation entre les mandats français et britannique. Le Liban est ainsi, selon elles, dans son bon droit. Et quand la délégation libanaise chargée des pourparlers avait présenté ces données au chef de l’État, ce dernier a demandé à ce que les négociations soient menées sur la base des 2 290 km².

Et le 31 décembre, Michel Aoun a convoqué à une réunion à laquelle ont participé le ministre sortant des Affaires étrangères Charbel Wehbé, et les membres de la délégation libanaise. Au cours de cette réunion visant à réactiver le dossier gelé, le président a souligné la nécessité de s’accrocher à la superficie des 2 290 km². Selon des sources proches du chef de l’État, il a également remis sur le tapis une proposition qu’il avait déjà formulée, avant la conclusion de l’accord-cadre, à savoir que le Liban promulgue un décret fixant la superficie de ses eaux territoriales et l’enregistre auprès de l’ONU, pour mener les négociations sur la base de ce document. À l’époque, les États-Unis avaient fait pression pour empêcher le président de prendre cette initiative, et le ministre des Travaux publics Michel Najjar (Marada), avait refusé de signer le décret, de même que le Premier ministre Hassane Diab alors que le tandem chiite avait clairement fait connaître son opposition.

Sauf que le président est récemment revenu à la charge. À la suite de cette réunion, la ministre de la Défense Zeina Acar s’est ainsi rendue à Aïn el-Tiné pour s’entretenir avec Nabih Berry. Selon des sources proches du président de la Chambre, ce dernier s’est opposé à la proposition présidentielle, estimant qu’elle n’attirerait qu’un surcroît de pressions et de problèmes au Liban. Il a aussi réitéré son attachement à l’accord-cadre qu’il avait annoncé. Car, affirment ses milieux, Nabih Berry sait parfaitement qu’en réclamant une superficie de 2 290 km² ou en promulguant un décret, le Liban ne réaliserait aucun gain, alors qu’Israël est déjà bien avancé dans l’exploitation des hydrocarbures.

Pour mémoire

Le Liban et Israël font monter les enchères

En outre, la promulgation d’un décret ouvrirait un nouveau conflit politique : qui devrait le signer, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères, comme le préconise le chef de l’État, ou le chef du gouvernement et le ministre des Travaux publics, comme le défendent ses détracteurs ? Plus important encore, la question est de savoir pourquoi cette idée est relancée dans les circonstances actuelles ? Lors d’une interview sur la chaîne MTV jeudi soir, le chef du Parti socialiste progressiste (PSP) Walid Joumblatt, qui a déploré que le Liban soit devenu « une province iranienne », a affirmé clairement que Téhéran était derrière cette position maximaliste. Quant à Nabih Berry, il considère selon des sources de Aïn el-Tiné que le chef de l’État veut faire de la surenchère et gagner ainsi les faveurs du Hezbollah.

Ce dernier, pour sa part, maintient l’ambiguïté sur sa position. Officiellement, le parti chiite affirme qu’il soutient l’État libanais dans ses choix, à condition qu’il n’y ait aucun compromis sur la souveraineté. Sans se prononcer clairement, des proches de la formation pro-iranienne laissent toutefois entendre que celle-ci n’est pas en faveur de la promulgation unilatérale du décret comme le veut Michel Aoun et qu’elle se rangerait ainsi du côté de Nabih Berry. Quand il avait commenté en novembre l’affaire pour la première fois, le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah avait déclaré que son parti se tenait derrière la légalité libanaise. Mais lors de son discours la semaine dernière, il avait changé de ton, affirmant que c’est « le Hezbollah qui protège le Liban face à l’ennemi israélien et que ce sont les missiles de la résistance qui protègent les ressources en hydrocarbures du pays », liant ainsi le dossier de la démarcation des frontières à son arsenal. Les détracteurs de la formation pro-iranienne estiment dans ce contexte que c’est le Hezbollah qui serait derrière la position maximaliste du président dans le but de gagner du temps, car le moment des négociations sérieuses entre le Liban et Israël n’est pas encore arrivé, ces négociations étant liées, selon eux, aux futurs pourparlers entre l’Iran et la nouvelle administration américaine de Joe Biden. À ce moment, ce seront tous les dossiers libanais qui seront sur la table des pourparlers, qu’il s’agisse de la politique, du gouvernement, de l’économie ou des frontières.


Depuis que les négociations avec Israël sur la démarcation de la frontière maritime ont été suspendues, le président de la République Michel Aoun tente de les relancer, mais son attitude maximaliste pourrait bien faire dérailler le processus et coûter cher au Liban, dont l’exploitation des ressources gazières reste l’un des seuls espoirs pour sortir de la crise économique et...

commentaires (14)

"Frontière maritime : Aoun s’aventure dans un champ de mines" pas grave, walaw, général et ancien chef de l'armée, il connaît bien ses explosifs comme il l'a bien confirmé avec l'explosion du port...

Wlek Sanferlou

21 h 35, le 11 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • "Frontière maritime : Aoun s’aventure dans un champ de mines" pas grave, walaw, général et ancien chef de l'armée, il connaît bien ses explosifs comme il l'a bien confirmé avec l'explosion du port...

    Wlek Sanferlou

    21 h 35, le 11 janvier 2021

  • Sûrement le Hezbollah veut faire venir du pétrole de l'Iran pour faire gagner les barbus, quelle honte ....

    Eleni Caridopoulou

    16 h 14, le 11 janvier 2021

  • Ce n’est pas une balle que le Général Haroun-Michel El Poussah et son gendre Iznogoud Bassil se tirent dans le pied, c’est carrément l’équivalent d’un million de chargeurs de mitrailleuses, Si au moins ils le faisaient intelligemment.... Mais non, il faut que cela soit exécuté au vu et au su de tous, tout cela pour faire plaisir au barbichu de banlieue planqué dans sa caverne. La prochaine fois que l’on évoquera les fameuses sept plaies d’Egypte, il faudra vraiment qu’un exégète local informe la communauté internationale qu’il existe un équivalent libanais à ces plaies-là, à savoir les mille et unes plaies du Aounisme. Nous n’avons pas fini d’en souffrir et d’en mourir.

    DC

    14 h 47, le 11 janvier 2021

  • Aoun veut faire le abaday! Bon, tres bien, vous allez attendre encore une decenie avant de re-discuter la situation avec les Israeliens qui ne vous attendent pas et qui explorent leur gisement.

    IMB a SPO

    14 h 18, le 11 janvier 2021

  • Au lieu de s'enliser dans des conjectures de politique intérieure ou régionale, il faut se pencher sur les obligations internationales fixées par la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (16 novembre 1973), dont vous ne parlez-pas. Ce Droit international fixé avec précision les critères de tracé des ZEE, qui permettent les forages off-Shore . Il faut également se pencher sur les décisions des opérateurs franco-italien avec lesquels le Liban a signé des contrats de d'exploration et de forage, qui refusent d'agir hors de la légalité internationale. Le résultat est que le Liban demeure entièrement dépendant des fournitures pétrolières iraniennes -soumise au boycott du Cinseil de sécurité de l'ONU !!!

    Saab Edith

    11 h 32, le 11 janvier 2021

  • Depuis la découverte de ces gisements méditerranéens, tous les pays concernés, Israël en premier, se frottent les mains devant l'inertie, l'incompétence et la nullité du pouvoir libanais. Continuez à tergiverser entre partis et chefs de guerre, que l'Iran et le barbu 6-feet-under continuent de rouler les mécaniques devant le voisin du sud qui viole 24/7 l'espace aérien et maritime libanais, il ne nous restera plus une seule goutte d'hydrocarbure.

    Robert Malek

    11 h 09, le 11 janvier 2021

  • A mon avis le retard ne servira pas l'Iran ni le Liban, mais un seul pays en bénéficie indirectement et applaudie peut-être silencieusement, dont le nom commence par la lettre "I" et se termine par sraël.

    MGMTR

    10 h 55, le 11 janvier 2021

  • LES LIBANAIS SE SOUVIENDRONT DU MANDAT ACTUEL COMME D,UNE MALEDICTION QUI S,EST ABATTUE SUR LE PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 52, le 11 janvier 2021

  • en attendant d'etre filme en train de piloter une petite barque au lieu d'un bateau d'exploration !

    gaby sioufi

    10 h 51, le 11 janvier 2021

  • Et l’autre qui parle de la souveraineté du Liban. Quel illuminé croit à une quelconque souveraineté lorsque le pays est pris en otage avec ses millions de citoyens par une bande de vendus qui, à chaque fois qu’on s’approche d’une possible solution pour mettre fin à leur occupation du pays Aoun et son Gendron montent au créneau pour les remettre en scelle et parler de résistance pour garder  leurs postes usurpés et imposés par les armes de leurs protecteurs traitres. A quand une justice qui se lève pour appliquer les sanctions sur des traitres avérés qui continuent de déchiqueter ce pays sans vergogne en se gargarisant de slogans fallacieux pour ne pas déposer leurs leurs armes illégaux et continuer leur pression sur son peuple pour anéantir le pays. Si c’est ça la souveraineté nous n’en voulons pas.

    Sissi zayyat

    10 h 38, le 11 janvier 2021

  • Les marionettes du monde entier sont animées par des ficelles...donc aussi chez nous...avec en plus des ficelles de toutes les couleurs, bien visibles...et surtout solides ! - Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 06, le 11 janvier 2021

  • TOUS LES MALHEURS DU LIBAN VIENNENT DUN BEAU-PERE, DU GENDRE ET DU BARBU, TOUS SOUS LES ORDRES DE L,IRAN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 05, le 11 janvier 2021

  • "son attitude maximaliste pourrait bien faire dérailler le processus". Mais c'est bien évidemment le but! Du moins pour le Hezbollah. Bien sûr, Aoun voudrait bien faire avancer les négociations pour marquer, au moins, un point positif au bilan de son mandat. mais qu'est-il , lui, simple président de la République, devant Hassan Nasrallah?

    Yves Prevost

    07 h 20, le 11 janvier 2021

  • Au mois de février 2020, le président nous avait sorti une salade du même acabit "Le Liban a donné jeudi le coup d'envoi de ses premières explorations d'hydrocarbures en Méditerranée menées par Total, un jour qualifié d'historique" on sait, malheureusement ce qu'il en est advenu.. là, sous "l'amicale pression" de ses alliés perses, il pose des conditions inacceptables afin de faire capoter les négociations ce qui risque de leur faire perdre un atout considérable. Là les israéliens auront beau jeu de surenchérir d'autant qu'ils sont en position de force et ils ne nous ont pas attendu afin de commencer l'exploration de ces zones... Encore un gâchis, un de plus.

    c...

    03 h 06, le 11 janvier 2021