Rechercher
Rechercher

Droits de l’homme

Rétablir la confiance entre l’armée et la population libanaise

Rétablir la confiance entre l’armée et la population libanaise

Les soldats de l’armée libanaise dispersent les manifestants, suite aux funérailles du manifestant Fawaz el-Samman, à Tripoli, en avril 2020. Ibrahim Chalhoub/AFP

Alors que l’exigence de transparence des institutions et d’une lutte efficace contre la corruption en leur sein demeure plus que jamais vivace au Liban, la loi sur l’enrichissement illicite votée le 30 septembre dernier a connu une première application avec les poursuites engagées, le 2 décembre, par le parquet de Beyrouth contre huit hauts gradés des forces armées libanaises – dont l’ancien commandant en chef de l’armée libanaise, le général Jean Kahwagi. Deux jours plus tard, 21 militaires et officiers des Forces de sécurité intérieure (FSI) ont été condamnés par le tribunal militaire sur la base de plusieurs chefs d’accusation, dont la dilapidation de fonds publics et la manipulation de factures.

Prise de conscience

Certes, dans un pays où le clientélisme et la corruption sont la norme, ce type d’affaire judiciaire devrait être banal. Ces deux affaires méritent pourtant que l’on s’y attarde. D’abord, parce qu’elles tendent à indiquer que la mise en cause de hauts gradés n’est désormais plus de nature à dissuader le lancement de poursuites au sein des institutions sécuritaires – l’implication de hauts gradés affaiblissant par ailleurs, de mon point de vue, la thèse d’une recherche de boucs émissaires. Ensuite, ces affaires pourraient aussi traduire une volonté de rebâtir une relation de confiance entre les citoyens et les institutions sécuritaires afin de permettre à ces dernières de jouer pleinement un rôle stabilisateur au Liban.

Dans cette hypothèse, activer l’obligation de rendre des comptes dans les affaires de corruption et tenter de mettre fin aux passe-droits, y compris s’agissant de responsables autrefois considérés comme à l’abri de toute poursuite, constituent indiscutablement une avancée. Cependant, cela ne suffit pas en soi à rétablir véritablement un lien de confiance avec la population. Pour parvenir à atteindre cet objectif, cette culture de la redevabilité doit aussi porter sur les accusations régulières de violation des droits de l’homme dont elles font l’objet.

Or, jusqu’à présent, les nombreux signalements de cas de torture ou de détention arbitraires dénoncés par les organisations de défense des droits de l’homme n’ont pas trouvé de réponse satisfaisante à cet égard. S’il est vrai que l’exercice du maintien de l’ordre s’avère particulièrement difficile dans ce contexte de crises économique et sociale et de multiplication des protestations, l’armée et les FSI doivent néanmoins répondre dans les faits à une question essentielle : sont-elles au service de l’État ou de la classe politique? Poser cette question, ce n’est pas y répondre d’emblée : seuls les mois qui viennent permettront de le faire. Ce n’est pas non plus préjuger de la véracité de l’ensemble des accusations – ce n’est pas le rôle des défenseurs des droits de l’homme que de se substituer à la justice, et il est important qu’ils se gardent de céder à cette tentation. Il s’agit simplement de pointer du doigt que la prise de conscience qui semble se dessiner en matière de lutte contre la corruption doit trouver son pendant en matière de violation des droits de l’homme et que cela implique pour les institutions sécuritaires de repenser totalement leur approche dans ce domaine, notamment en ce qui concerne la transparence des instructions diligentées et des sanctions éventuelles prises dans ce type d’affaire.

Couple contraint

Cette prise de conscience ne concerne d’ailleurs pas que l’armée, mais aussi, dans une certaine mesure, les bailleurs de fonds et la communauté internationale. Depuis plusieurs années, ces derniers ne cessent d’insister sur l’importance de la sécurité et de la stabilité du pays, et considèrent les forces armées comme un partenaire de premier plan à cet égard. Cependant, l’expérience libanaise récente montre aussi à quel point la conditionnalité des aides constitue un ingrédient essentiel pour la réussite des réformes. Or, depuis 2016, on peut constater que les questions des droits de l’homme se retrouvent désormais souvent reléguées au second plan dans les priorités des bailleurs de fonds, comme le montre par exemple la timidité de la plupart des réactions internationales dans certaines affaires, comme les cas de torture dénoncés à Ersal ou les rapatriements forcés de réfugiés syriens. Il est donc crucial que le progrès du pays et de ses institutions sécuritaires en matière de respect des droits de l’homme soit davantage mis en avant. Cela passe notamment par une coopération civile et militaire appropriée, une stratégie d’éducation aux droits de l’homme et une société civile forte pour garantir un contrôle efficace.

Un rapport publié en décembre 2019 par le Centre d’études stratégiques et internationales affirmait que dans le climat de défiance et de contestation qui s’est répandu au sein de toutes les confessions et régions libanaises, « deux sources de légitimité avaient émergé : les mouvements de la société civile locale et les forces armées libanaises ». Si, jusqu’à présent, et en particulier depuis le 17 octobre 2019, les deux membres de ce couple non conventionnel se sont surtout trouvés face à face, la double explosion du port de Beyrouth les a en quelque sorte contraints à commencer à collaborer. Pour poursuivre dans cette voie et renforcer la confiance entre les deux membres de ce couple, la poursuite de la lutte contre la corruption et la garantie du respect des droits de l’homme doivent plus que jamais être considérées comme deux ingrédients-clés de la stabilité.

Chercheur et ancien directeur exécutif de l’association ALEF « Act for Human Rights ».


Alors que l’exigence de transparence des institutions et d’une lutte efficace contre la corruption en leur sein demeure plus que jamais vivace au Liban, la loi sur l’enrichissement illicite votée le 30 septembre dernier a connu une première application avec les poursuites engagées, le 2 décembre, par le parquet de Beyrouth contre huit hauts gradés des forces armées libanaises –...

commentaires (7)

L'armée est une institution organisée par l’État. Son rôle est de protéger l'intégrité du territoire de son pays. Par ailleurs, un État souverain possède une population permanente, un territoire déterminé et un gouvernement qui n'est soumis à aucune influence politique extérieure. Ça c'est dans la vie normale. Au Liban, absolument rien de tout cela n'existe : la population actuelle est composée de Libanais, certes, mais aussi de réfugiés appartenant à d'autres pays, les frontières terrestres et maritimes sont constamment remises en question, et il n'y a pas plus dépendants que tous les gouvernements qui se sont succédé dans le pays. Donc pas d’État souverain, pas d’État tout court. Et sans État, il n'y a pas de contrôle de l'armée. Non seulement l'armée libanaise est livrée à elle-même mais elle est soumise aux pressions de puissances internes qui ont plus de poids que notre exécutif enfermé dans un laxisme, un égo et des intérêts claniques et personnels permanents. Dans ces conditions il est tout à fait normal qu'il y ait des bavures et de constater que la corruption gangrène même cette institution. Personnellement je pense que la confiance peut être rétablie entre l'armée et la population, mais il s'agit surtout que soit établie une confiance entre l'armée et un État digne de ce nom. En attendant il faut appuyer et soutenir notre armée, saluer son courage et espérer qu'un jour elle rejoigne le peuple dans son indignation face au comportement criminel de ses élus.

Robert Malek

19 h 46, le 20 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • L'armée est une institution organisée par l’État. Son rôle est de protéger l'intégrité du territoire de son pays. Par ailleurs, un État souverain possède une population permanente, un territoire déterminé et un gouvernement qui n'est soumis à aucune influence politique extérieure. Ça c'est dans la vie normale. Au Liban, absolument rien de tout cela n'existe : la population actuelle est composée de Libanais, certes, mais aussi de réfugiés appartenant à d'autres pays, les frontières terrestres et maritimes sont constamment remises en question, et il n'y a pas plus dépendants que tous les gouvernements qui se sont succédé dans le pays. Donc pas d’État souverain, pas d’État tout court. Et sans État, il n'y a pas de contrôle de l'armée. Non seulement l'armée libanaise est livrée à elle-même mais elle est soumise aux pressions de puissances internes qui ont plus de poids que notre exécutif enfermé dans un laxisme, un égo et des intérêts claniques et personnels permanents. Dans ces conditions il est tout à fait normal qu'il y ait des bavures et de constater que la corruption gangrène même cette institution. Personnellement je pense que la confiance peut être rétablie entre l'armée et la population, mais il s'agit surtout que soit établie une confiance entre l'armée et un État digne de ce nom. En attendant il faut appuyer et soutenir notre armée, saluer son courage et espérer qu'un jour elle rejoigne le peuple dans son indignation face au comportement criminel de ses élus.

    Robert Malek

    19 h 46, le 20 décembre 2020

  • Pour que la confiance revienne: Il faut rétablir l'idéologie de l'armée avant 1990 : Cad l'ennemi c'est celui qui porte des armes à l'intérieur du liban. Non les voisins qui combattent la milice refusée par les libanais eux mêmes. L'armée ne disant rien et collaborant avec cette mafia armée. L'armée qui ne fait rien lorsque des voyous de la police du parlement tirent sur les civils à balle réelles et/ou sur les yeux à balles de caoutchouc. Voilà comment rétablir la confiance. les salaires des officiers et soldats proviennent DU PEUPLE alors qu'ils défendent la classe politique qui assassine le pays et le peuple. . L'armée qui arrête des officiers à la retraite pour avoir cassé la photo du locataire endormi du palais. Voilà ce qu'il faut rectifier pour rétablir la confiance recherchée

    RadioSatellite.co

    19 h 06, le 20 décembre 2020

  • Bien sur les tortures à Ersal et le renvoi forcé de réfugiés est affreux. Mais , à votre avis, les yeux crevés des manifestants, les tirs à balles reéelles ou en caoutchouc, la permissivité des forces armées devant les raclées des abaday munis de gourdins, etc....est normal, et permis ?

    Zena Farah

    10 h 33, le 20 décembre 2020

  • pourquoi compliquer la chose : l'armee est au service de l'etat . mais il s'agit d'abord d'en avoir UN . de definir cette notion d'etat ou de de nation. en resulte et resume la fonction de l'armee et des autres services de securite, qui est de defendre le citoyen

    gaby sioufi

    10 h 10, le 20 décembre 2020

  • "l’armée et les FSI doivent néanmoins répondre dans les faits à une question essentielle : sont-elles au service de l’État ou de la classe politique? ". Ni l'un ni l'autre: elles sont au service de la PATRIE et de la NATION. Ce qui est très différent. Il n'y a que sous les régimes totalitaires que l'armée est mise au service de l'Etat.

    Yves Prevost

    07 h 54, le 20 décembre 2020

  • Trop tard

    Robert Moumdjian

    04 h 15, le 20 décembre 2020

  • "... la loi sur l’enrichissement illicite votée le 30 septembre dernier ..." - donc avant le 30 septembre dernier, l’enrichissement illicite était ... licite? Je ne comprends pas...

    Gros Gnon

    01 h 55, le 20 décembre 2020