Rechercher
Rechercher

Proche-Orient

Rare rencontre entre ministres jordanien et israélien


Rare rencontre entre ministres jordanien et israélien

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkénazi, le 2 décembre 2020, arrivant à la Knesset, le Parlement israélien. Photo d'archives AFP/ POOL / Alex KOLOMIENSKY

Les ministres des Affaires étrangères jordanien Aymane Safadi et israélien Gabi Ashkenazi ont eu un rare entretien destiné à pousser à une relance des négociations de paix entre Israël et les Palestiniens, au point mort depuis plus de six ans.

La rencontre a eu lieu jeudi au pont Allenby (ou roi Hussein) reliant la Jordanie à la Cisjordanie occupée, après une tournée du président palestinien Mahmoud Abbas dans des pays arabes pour obtenir des soutiens à la cause palestinienne, selon l'agence jordanienne Pétra vendredi. M. Safadi a réitéré devant son interlocuteur la position jordanienne selon laquelle la création d'un Etat palestinien indépendant est essentielle pour mettre fin au conflit israélo-palestinien. "Il n'y a pas d'alternative à la solution à deux Etats", israélien et palestinien, a-t-il dit, cité par Pétra. "Il est nécessaire de retourner à la table des négociations (...) pour trouver un règlement sur la base d'une telle solution".

Vendredi, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a appelé les Palestiniens à revenir à la table des négociations, dans une vidéo diffusée sur la page Facebook du bureau de coordination des activités israéliennes dans les Territoires palestiniens (Cogat) et sous-titrée en arabe. S'adressant au "public palestinien et à sa direction" il les a appelés à ne pas "rester tournés vers le passé. Le Moyen-Orient change, il est dans votre intérêt de revenir négocier".

Les Palestiniens ont annoncé en novembre la reprise de la coordination avec Israël, stoppée en mai en raison du projet d'Israël d'annexer, conformément à un plan de règlement américain, des pans de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé depuis 1967. Israël a suspendu ce projet après un accord de normalisation des relations signé en septembre avec les Emirats arabes unis. Les pourparlers entre Israël et les Palestiniens sont au point mort depuis 2014.

Le plan proposé par l'administration de Donald Trump en janvier a été salué par Israël mais rejeté pas les Palestiniens. Il prévoit également la reconnaissance de Jérusalem comme "capitale indivisible" d'Israël. Les Palestiniens souhaitent faire de Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Les Palestiniens ont coupé les ponts avec l'administration Trump et espèrent désormais de meilleures relations avec le président américain élu, Joe Biden. La Jordanie a signé la paix avec Israël en 1994. Elle avait menacé en mai de reconsidérer ses relations avec l'Etat hébreu s'il allait de l'avant dans ses plans d'annexion en Cisjordanie.


Les ministres des Affaires étrangères jordanien Aymane Safadi et israélien Gabi Ashkenazi ont eu un rare entretien destiné à pousser à une relance des négociations de paix entre Israël et les Palestiniens, au point mort depuis plus de six ans.
La rencontre a eu lieu jeudi au pont Allenby (ou roi Hussein) reliant la Jordanie à la Cisjordanie occupée, après une tournée du président...