Rechercher
Rechercher

Etats-Unis

La rhétorique de Trump alimente les menaces contre les agents électoraux, dit un élu républicain



La rhétorique de Trump alimente les menaces contre les agents électoraux, dit un élu républicain

Donald Trump à la Maison Blanche, le 29 novembre 2020. REUTERS/Yuri Gripas

Un ministre républicain de Géorgie a clairement fait le lien mercredi entre les allégations de fraudes électorales martelées par Donald Trump et les menaces reçues par des agents électoraux dans son Etat.

Le secrétaire d'Etat local Brad Raffensperger a rebondi lors d'une conférence de presse sur des propos tenus la veille par le responsable de la supervision des élections en Géorgie, Gabriel Sterling, qui a appelé le président à dénoncer publiquement ces intimidations.

"Même après que ce bureau ait demandé au président Trump d'essayer d'apaiser la rhétorique violente née de ses déclarations continues de victoire dans des Etats où il a clairement perdu, il a tweeté: +Exposez les fraudes massives en Géorgie+", a regretté l'élu. "C'est exactement ce genre de langage qui nourrit cet environnement de menaces croissantes contre des agents électoraux, alors qu'ils font tout simplement leur travail", a-t-il ajouté.

Donald Trump refuse toujours, plus de quatre semaines après l'élection, de reconnaître sa défaite face au démocrate Joe Biden, et assure que la victoire lui a été volée dans une poignée d'Etats-clés dont la Géorgie.

Il a beau avoir perdu l'extrême majorité des recours en justice, et été contredit par son propre ministre de la Justice Bill Barr, il n'en démord pas. "Cette élection est un scandale bien plus énorme (FRAUDE) qu'on aurait pu l'imaginer", a-t-il encore tweeté mercredi.

"M. le président, on dirait bien que vous avez perdu dans l'Etat de Géorgie", avait pourtant déclaré la veille Gabriel Sterling, lui-même républicain. "Vous avez le droit d'aller devant les tribunaux, mais (...) il faut que vous vous exprimiez pour dire: arrêter d'inspirer les gens à commettre de potentiels actes de violence". Sinon, a-t-il mis en garde, "quelqu'un pourrait être blessé, se faire tirer dessus, être tué".

M. Sterling a assuré qu'un policier était désormais posté devant son domicile, que la femme de M. Raffensperger avait reçu des menaces "sexualisées" et qu'un employé de l'entreprise Dominion, qui fournit des machines de vote et a été mis en cause par le président, avait reçu un noeud coulant, symbole des sinistres lynchages aux Etats-Unis.


Un ministre républicain de Géorgie a clairement fait le lien mercredi entre les allégations de fraudes électorales martelées par Donald Trump et les menaces reçues par des agents électoraux dans son Etat.Le secrétaire d'Etat local Brad Raffensperger a rebondi lors d'une conférence de presse sur des propos tenus la veille par le responsable de la supervision des élections en Géorgie,...