Rechercher
Rechercher

Communautés

L’Église maronite va élire trois nouveaux évêques

L’Église maronite va élire trois nouveaux évêques

Une partie des évêques réunis en synode. Photo Bkerké

Les travaux annuels du saint-synode de l’Église maronite se sont ouverts hier au siège patriarcal de Bkerké. Ils se tiennent sous la présidence du patriarche maronite, Béchara Raï, et en présence de tous les évêques maronites du Liban et d’outremer. À l’agenda de la réunion, qui se clôture samedi, l’élection de trois nouveaux évêques, ainsi que des questions d’ordre pastoral et national. Une retraite spirituelle de six jours avait précédé, la semaine dernière, les travaux proprement dits du saint-synode.

Les sièges épiscopaux à pourvoir sont ceux de Kornet Chehwan, après le décès de Mgr Camille Zeidan, ainsi que de Tripoli et de Tyr, pour limite d’âge. Suivant la tradition, les évêques ont prêté serment de garder le secret sur les délibérations qui conduiront à leurs élections, aussi bien avant qu’après le scrutin. Ils ont répété le serment après le patriarche, qui l’a prononcé phrase par phrase. Les décisions du synode seront annoncées dans une déclaration finale samedi prochain à midi.

Par ailleurs, le saint-synode examinera des questions d’ordre liturgique, ainsi que la question centrale de la formation des séminaristes. S’y ajouteront les questions relatives à la pastorale sociale de l’Église maronite. Un plan global complémentaire de celui des institutions maronites déjà à l’œuvre dans ce domaine, notamment Caritas-Liban, sera adopté, s’est engagé le patriarche.

Enfin, le saint-synode examinera des questions d’ordre national, maintenant qu’avec Saad Hariri, un Premier ministre a été désigné et que tout le monde est d’accord pour considérer que la formation du nouveau gouvernement doit se faire au plus vite.

« Le Liban a besoin d’un gouvernement indépendant dont l’une des tâches serait la reconstitution de l’autorité au moyen d’un processus constitutionnel, démocratique et pacifique, a affirmé le patriarche dans son allocution d’ouverture. Il est temps de mettre en œuvre ce que prévoit la Constitution à ce sujet et de réconforter un peuple plongé dans la peur du lendemain, le besoin et la méfiance. »

« Ce gouvernement, a-t-il poursuivi, doit être différent de tous ceux qui l’ont précédé pour combattre la pandémie du coronavirus (…) et faire face à la crise financière et bancaire, la pénurie de courant électrique, la dilapidation des fonds publics, l’extension de la corruption et l’indépendance de la magistrature ; ensuite, il faudra travailler à restructurer le pouvoir conformément à la Constitution. »



Les travaux annuels du saint-synode de l’Église maronite se sont ouverts hier au siège patriarcal de Bkerké. Ils se tiennent sous la présidence du patriarche maronite, Béchara Raï, et en présence de tous les évêques maronites du Liban et d’outremer. À l’agenda de la réunion, qui se clôture samedi, l’élection de trois nouveaux évêques, ainsi que des questions d’ordre...

commentaires (0)

Commentaires (0)